2013 : Légion d’honneur pour l’islamiste Oubrou, tribunal pour le patriote Hilout

Lors des vœux qu’il a présenté aux lecteurs de Riposte Laïque, avec Christine Tasin, Pierre Cassen n’a pu masquer, dans le bilan de l’année 2012, son indignation devant le fait qu’un procureur de la République, Aurore Chauvelot, ait pu demander 2 mois de prison avec sursis contre Pascal Hilout. Ce dernier, né au Maroc, sous le prénom de Mohamed, a fréquenté les écoles coraniques depuis l’âge de cinq ans. Pourtant, parce qu’il est un esprit libre exceptionnel, il a réussi à s’émanciper de cette doctrine mortifère et totalitaire. Il est venu vivre en France, il milite pour l’assimilation et contre l’endogamie islamique qui casse le creuset de fusion que la France à toujours été. Ce sont les mariages aux pays des parents et grands-parents qui engendrent aujourd’hui, comme il dit, « un regroupement clanique qui a pris la relève du regroupement familial des années 70 ». Amoureux de la France, de ses valeurs, de la beauté, il n’a de cesse d’alerter nos compatriotes sur les dangers de l’islam, et de nous expliquer, comme Hamid Zanaz, Wafa Sultan ou Hamdane Ammar, qu’islam et islamisme, c’est du pareil au même.

C’est pourtant cet homme là à qui une Aurore Chauvelot voulait infliger 2 mois de prison avec sursis, et à qui les prétendus anti-racistes osaient demander 75.000 euros de dommages et intérêts.

Mais Pierre Cassen ne connaissait pas la plus belle. Il ne savait pas que pendant ce temps là, la France s’apprêtait à honorer un autre musulman, né au Maroc, en la personne du recteur UOIF de la mosquée de Bordeaux, Tarecq Oubrou en personne, promu au grade de chevalier de la Légion d’Honneur.  L’homme ne cache pas son admiration pour le fondateur des Frères musulmans, dont la doctrine est : « Le Coran est notre constitution ». Il déclarait, récemment : «L’Islam touche à tous les domaines de la vie. Comme le veut le Coran, c’est un Etat, c’est un pays, dans le sens géographique, c’est à dire qu’il regroupe toute la communauté dans une géographie où il n’y a pas de frontières. La frontière entre deux pays musulmans est une hérésie méprisable par l’Islam… La politique des Musulmans ce n’est pas la politique des autres, la politique des autres est construite sur le mensonge ». Autrement dit, le Califat doit remplacer les Etats-Nations, France comprise.

Depuis un certain temps, il joue les musulmans modérés, ce que notre ami Hamdane Ammar avait parfaitement démasqué.

Dans une émission à Sud Radio, où Pierre Cassen était en duplex (mais malheureusement pas en ligne à ce moment là), il avait osé affirmer, montrant son grand sens de la takkia, qu’en islam, on avait le droit de changer de religion, ou de devenir athée, alors que chacun sait que l’apostat est puni de la peine de mort.

Dans le livre « Ces maires qui courtisent l’islamisme », Joachim Veliocas démontre la connivence de cet imam avec des associations qui ne cachent pas leur proximité avec des organisations terroristes, comme l’IIIT (Institut international de la pensée islamique). Surtout, il décortique qui est réellement l’imam UOIF de Bordeaux : un musulman qui veut appliquer la charia de manière progressive, et qui donc appelle ses coreligionnaires à « attendre le moment propice » pour agir, et à ne pas aller trop vite. Il est convaincu, comme il l’a affirmé, que « Rome peut être conquise sans avoir à combattre ». Cela n’empêche pas des islamo-collabos comme Juppé de faire croire qu’ils ont affaire à « un musulman modéré ».

Dans la France de Normal 1er, on donne donc, le 1er janvier 2013, la Légion d’honneur à un islamiste qui rêve de voir la France disparaître, remplacée par la oumma et le Grand Califat… Mais on traînera devant les tribunaux Pascal Hilout, coupable de tellement aimer la France qu’il ne veut pas la voir devenir islamique.

Cela ne vous pose pas de problèmes, Messieurs Hollande et Valls, et Madame Taubira ?

Jeanne Bourdillon


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RIPOSTE LAIQUE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.