7.650 euros d’abattement fiscal par journaliste… payés par les autres salariés !

Il ne faut pas trop chercher pour trouver l’une (essentielle) des raisons qui poussent l’ensemble des media de ce pays, quelles que soient leurs caractéristiques respectives, et la grande majorité des « journaleux » et des « potiches souriantes » qui y officient à servir la soupe aux différents représentants de la caste politicienne PS-Ecolo que nous subissons.

Non, il faut juste dire « 7 650″ euros…

… comme l’abattement fiscal consenti aux journalistes, mais aussi aux rédacteurs, photographes, directeurs de journaux, critiques dramatiques et musicaux, ainsi qu’à certains contribuables travaillant dans les secteurs de la culture!

Non, il faut juste lire le compte-rendu de la séance du 23/11 dernier, au Sénat, commission des finances, (1) où, devant le dépôt d’un amendement à la loi des finances pour diminuer de moitié cet abattement fiscal, le rapporteur de la commission et le ministre du budget ont, hypocritement, justifié ce montant (et cette « niche ») comme étant « une aide à la presse » et l’ont fait rejeter…

Une lecture plus complète du compte rendu de cette séance permettra à chacun de voir, qu’en même temps, ces responsables gouvernementaux socialistes ont fait adopter le rejet de l’exonération fiscale des heures supplémentaires pour les salariés qui, jusqu’à présent, en bénéficiaient… « No comment », comme disait l’autre!.

C’est vrai que les salariés des différents types d’entreprises de notre pays ne distribuent pas chaque jour, abondamment, la « bonne parole » socialisante et écolo compatible comme le font les « journaleux » des media et les minettes aguichantes qui présentent « les infos » sur les différentes chaînes » des télés privées, notamment…

Car il faut savoir aussi que l’essentiel des vecteurs de « l’information » relève, en France, du privé… et que tous sont contrôlés par des groupes financiers que l’on retrouve souvent aux commandes de la mondialisation . Et qui bénéficient, de plus, chaque année, de 133 millions d’euros (au moins) d’aides publiques pour leur secteur de presse qui n’est, souvent, qu’une partie de leur activité.

Quelques exemples, mais le lecteur a les moyens d’en savoir plus (2) …

La groupe « Le Monde » des milliardaires « de gôche » (si, si) Pigasse, Bergé, Neil (propriétaire de « Free ») a palpé, en 2010, 17 millions d’euros de subventions directes,
« Le Parisien » (groupe Amaury) 20 millions; « Libération », dont l’actionnaire principal est Edouard de Rothschild, 14 millions, « Ouest France », 12 millions ….et tous les autres, à l’avenant, sans oublier « L’Humanité » , dont Lagardère et Bouygues sont actionnaires, qui a perçu 0,54 euro d’aide par exemplaire diffusé.

Cela date, bien sûr, de l’ère UMP (et de bien avant, encore) …mais la réalité actuelle est que le Hollande et sa clique accentuent encore et les niches fiscales journalistiques (en un moment où nos impôts croissent et embellissent, c’est bon à savoir!) et les aides diverses aux patrons de presse, dont on est sûr, du côté élyséen, qu’ils renverront l’ascenseur.

Et d’autant plus que tout ce beau monde de la Finance, de la Presse et de la Politique politicienne se croise, se fréquente, se rencontre, s’interpénètre (si l’on ose dire quand on sait les nombreux couples formés ici et là…), s’invite sans cesse de « dîners en ville » en cocktails mondains (ou en « séminaires d’études »)
….tandis qu’ au sein du très couru (par « les zélites ») club Le Siècle qui ne coopte que les « meilleurs d’entre les meilleurs » cohabitent Claude Bébéar, Jean-Marie Colombani, Alain Minc,, Anne Sinclair, Hubert Védrine, Elisabeth Guigou, Alain de Pouzilhac, Serge July, Franz-Olivier Gisbert, Nicole Notat (3), Nicolas Sarkozy, Jean-Pierre Raffarin, François Fillon, Lionel Jospin, Laurent Fabius, Louis Schweitzer, Michel Pébereau, Claude Imbert, Laurent Joffrin, Denis Jeambar, Anne-Marie Couderc, David Pujadas, Emmanuel Chain, Nicolas Beytout, Edouard de Rothschild, Jean-François Copé, Michèle Cotta, Pierre Moscovici, Sylvie Pierre-Brossolette, Martine Aubry, Louis Gallois, Jean-Claude Trichet, Philippe Jaffré, Ernest-Antoine Seillière, Pascal Lamy, Arlette Chabot ( liste non exhaustive, bien entendu).

Point de naïveté ici: il n’y a qu’apparence de contradiction entre des « patrons de presse » qui relèvent de groupes financiers souvent mondialistes (« Vivendi » pour « Canal+ » et annexes, par exemple) et des rédactions qui se présentent comme « proches du peuple de France ». Chacun joue sa partition à sa place dans une orchestration globale.

Avez-vous vu un seul organe de presse français, de quelque nature qu’il soit, mettre en cause la mondialisation, l’européisation, la parole « officielle » en matière de politique étrangère (lors des pseudo-printemps arabes, notamment), la validité des décisions sociétales socialistes et écolos (quand il ne les encense pas ou y prépare l’opinion par des reportages orientés)?

Quand la défense de ces choix imposés et présentés comme inéluctables ne participe pas de l’économique et qu’elle relève de l’idéologique et du sociétal, l’on voit se répandre partout et sans cesse la parole arbitraire et fascisante (car elle empêche toute autre expression) de « l’immigration, chance pour la france », du « multiculturalisme, panacée pour notre pays », de l’islamophilie valorisant honteusement une religion politique qui n’est ni de paix, ni d’amour, ni de tolérance, de la repentance qui tue notre Histoire, du dénigrement de la nation….

Qui ne voit que ces discours s’inscrivent parfaitement dans la mondialisation politique et économique qu’imposent les « super structures » financières?

Qui peut croire qu’Edouard de Rothschild accepterait de perdre de l’argent avec « Libération » s’il ne trouvait pas son compte politique et idéologique dans le terrain qu’occupe ce journal et qui n’est pas celui du « Figaro » , le groupe « Dassault » labourant d’autres strates de la société et veillant, lui aussi, à ce que ses intérêts mondiaux ( au Moyen Orient, par exemple) ne soient pas gênés par le contenu du journal?
« Lagardère », « Bouygues » au secours de « L’Humanité »: mais ils sont intéressés par les marchés d’Orient, aussi le guili-guili coco compatible de « L’Huma » ( et de la CGT: de « L’Huma » à « l’ouma » dit-elle aujourd’hui) à l’islam est-il une aubaine!

Là encore, on pourrait multiplier les exemples et affiner une analyse qui dévoilerait encore plus la collusion presse-gouvernement-pensée unique et imposée pour enfumer les Français et les conduire, moutons moutonnants et consentants, prisonniers de leur vision manichéenne de l’espace politique et de son fonctionnement ( ah, la « droite » d’un côté, « la gauche » de l’autre…), vers leur propre asservissement.

Cela vaut bien, de la part de ceux qui sont au pouvoir, 133 millions d’euros pour les magnats propriétaires…. et 7650 euros par journaliste et assimilés.

Empédoclatès

1 – Projet de loi de finances pour 2013
http://www.senat.fr/seances/s201211/s20121123/s20121123011.html
: http://www.senat.fr/basile/visio.do?id=d45534920121123_12&idtable=d45534920121123_12|d138946-74417_4|d138946-74414_15|d138946-74441_8|d138946-74438_26|d138946-74419_1|d45534920121128_3|d138946-74373_4|d138946-74389_29|d138946-74385_9&_c=fiscalit%E9+journalistes&rch=ds&de=20111203&au=20121203&dp=1+an&radio=dp&aff=38946&tri=p&off=0&afd=ppr&afd=ppl&afd=pjl&afd=cvn

 

2 – http://www.press-directory.com/groupes-de-presse.html

3 – Nicole Notat, ex secrétaire nationale de la CFDT et PDG de Vigeo, a été élue le 12 novembre 2010 présidente de l’association « Le Siècle ». Elle succède à Denis Kessler (PDG du groupe d’assurances SCOR et ancien vice-président du MEDEF)


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans MEDIAS. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.