EDITO DE CYRANO

De Béziers à Poitiers, réhabiliter la France et honorer Charles Martel

RencontresCharlesMartelProgrammeLe 14 mars dernier, à la veille des Assises pour la Liberté d’expression, Robert Ménard défrayait la chronique. Il osait, dans un pays où la version du FLN sur les événements algériens fait loi, débaptiser une rue du 19 mars 1962, date selon lui honteuse pour la France, et lui donner le nom d’un militaire, par ailleurs résistant, Hélie Denoix de Saint-Marc. Ce dernier avait participé au putsch des généraux, avant d’être réhabilité en 1978 et élevé au rang de Grande Croix de la Légion d’Honneur par Sarkozy, en 2011.

Ce geste du nouveau maire de Béziers mettait un grand coup de pied dans la fourmilière de l’idéologie de la repentance. Il permettait de remettre à l’ordre du jour un débat historique tronqué par les héritiers des porteurs de valises du FLN. Il remettait au devant de la scène des vérités occultées, comme les massacres de nos compatriotes, après le 19 mars 1962, et surtout l’abominable abandon des harkis, livrés aux tortionnaires du FLN. Surtout, Robert Ménard osait dire qu’il était honteux qu’un pays fête un événement qui était une défaite de la France. Il osait réhabiliter le colonialisme, sans en nier certaines limites, rompant avec le politiquement correct.

Près de trois mois plus tard, c’est à Poitiers, le dimanche 7 juin, que se produira un autre événement, qui ne nous laisse pas insensible pour plusieurs raisons. Le « Cercle des Chats Bottés », association locale, organisera les premières rencontres Charles Martel. Cette association, culturelle, fut créée en 2012 par notre cofondatrice, Brigitte Bayle, qui en fut la présidence jusqu’à sa mort, le 22 décembre 2013. Sous sa direction, plusieurs conférenciers de haute qualité se déplacèrent à Poitiers, dont le dernier fut Paul-Marie Coûteaux. Ses amis ont décidé d’honorer au mieux sa mémoire en poursuivant son œuvre. C’est ainsi que depuis la disparition de Brigitte, sous l’impulsion de son fidèle lieutenant Jacques et de ses amis, Alain de Peretti et Béatrice Bourges firent profiter les Poitevins de leurs talents de conférenciers.

Le 21 octobre 2012, les militants de Génération Identitaire, en occupant le toit d’une mosquée en construction, à Poitiers, remettaient à l’ordre du jour l’existence de Charles Martel, qui, par sa victoire, en 732, contre les armées du gouverneur d’Al Andalus, Abd-al-Rahman, préserva la France de la conquête musulmane, que subirent nos voisins espagnols huit siècles durant.

Pourtant, peu de nos enfants, malgré l’initiative de Robert Ménard, ne connaît la véritable histoire de l’Algérie, telle que Charly Cassan et Marie Havenel la racontèrent dans un documentaire émouvant.

[youtube]lghZQSfhDWY[/youtube]
https://www.youtube.com/watch?v=lghZQSfhDWY

De même, la bataille de Poitiers, et le contexte dans lequel elle se déroula, n’est absolument plus enseigné dans les écoles françaises. On préfère y parler des traditions de tribus africaines.

Encore plus scandaleux, nous n’avons trouvé trace que de deux rues Charles Martel, en France, à Nancy et à Nîmes, alors que notre pays lui doit les treize siècles qui ont succédé à sa victoire historique.

C’est pour que nos compatriotes se réapproprient leur Histoire, comme l’initiative de Robert Ménard (qui nous l’espérons sera suivie par d’autres maires) l’a permis, que le « Cercle des Chats Bottés » organise, ce dimanche 7 juin, à Poitiers, ces premières rencontres Charles Martel. Nous faisons confiance aux amis de Brigitte Bayle pour nous proposer une initiative culturelle de haut niveau, avec des intervenants qui expliqueront des vérités historiques sur les massacres musulmans de l’époque, et le contexte de cette bataille victorieuse. Et bien évidemment, les images et internet immortaliseront ces moments, et en feront des outils militants accessibles à tous.

Nous sommes naturellement sensibles au fait que les organisateurs, présents aux Assises pour la liberté d’expression, aient sollicité Pierre Cassen pour animer la journée, et Christine Tasin pour y intervenir.

L’intérêt surtout, treize siècles plus tard, sera également d’expliquer qu’il y a bien évidemment une continuité entre la bataille de Poitiers et l’offensive islamiste qui se déroule sous nos yeux. Il n’en montrera que davantage l’indécence de Boubakeur, qui ose réclamer deux fois plus de mosquées en deux ans, et la trahison de tous ceux, FN excepté, qui, par leur silence, ont accepté cette requête, qui aurait dû valoir à son auteur l’expulsion immédiate.

Par un de ses hasards extraordinaires, il se trouve que ce même jour se clôturera, à Poitiers, le congrès du Parti socialiste ! De la part de ces islamo-collabos, il faut être particulièrement gonflé pour oser tenir son congrès dans la ville qui, grâce à Charles Martel, sauva la France de la barbarie islamique… quand eux, par l’immigration de masse et la soumission à l’islam, livrent notre pays aux disciples de Mahomet.

Nous n’oublierons pas de rappeler qu’avec le recul, certains regrettent profondément la victoire de Poitiers…

meluchehitlerislamNous conseillons à nos amis qui veulent assister à cette initiative de s’inscrire au plus vite, les places sont limitées…

Frais d’inscriptions : 25 euros, apéritif et repas compris

Ecrire à : [email protected]

L’adresse ne sera communiquée aux inscrits que 3 jours avant l’événement.

AGENDA

Mercredi 22 avril, à Aix-en-Provence, à 18 heures

perettiaix

Dimanche 26 avril, à 12 heures

Banquet républicain de Résistance républicaine en CORSE. Repas 20 euros tout compris, à régler avec l’inscription, Résistance républicaine, 101 avenue du général-Leclerc, 75685 Paris cedex 14, avant le 5 avril.

Avec Pierre Cassen, fondateur de Riposte laïque et Christine Tasin, Présidente de Résistance républicaine

Share
Partager
Ce contenu a été publié dans EDITO DE CYRANO. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.