Contre le communautarisme, de Julien Landfried

Publié le 24 novembre 2007 - par - 346 vues
Share

« Contre le communautarisme » Editions Armand Colin – de Julien landfried : cofondateur de l’Observatoire du communautarisme ([www.communautarisme.net->www.communautarisme.net])

Ce livre est un outil indispensable pour tous les laïques que nous sommes dans leur travail militant : c’est ainsi que je l’ai utilisé le mardi 22 Mai 2007 pour un débat avec un groupe de retraités de la Fonction publique (40 environ ).

 » Le système communautaire fait directement concurrence au principe du Bien Commun et de l’intérêt général  » dit l’auteur .
La communauté juive : c’est le modèle de communauté qui a réussi : et les autres communautés vont tout faire pour obtenir le même statut de victime et obtenir, bien sûr, réparation.
L’auteur conteste la représentativité de ces communautés :
Les représentants de ces communautés, qui parlent en leur nom, ne parlent qu’au nom d’une minorité qui se proclame représentante de ladite « organisation communautaire » ( expression que préfère l’auteur ).

Ces organisations peuvent être :
– ethniques, religieuses, régionalistes ou sexuelles.
Après avoir identifié les différentes communautés, l’auteur définit le projet de chacune :
 » Le projet de ces différentes communautés, sous couvert d’affirmations identitaires ou culturelles, revient à fragmenter le corps politique français, auparavant uni dans le cadre de la nation  »
Je ne choisirai que quelques communautés (pour éviter article trop long).

régionalistes : la Corse est l’exemple le plus probant : le référendum sur la réforme institutionnelle en juillet 2003 : les ethnonationalistes corses (20% du corps électoral) n’ont pas réussi à influencer l ‘électorat corse ! Il faut mesurer cela : il y a 4 ans, la Corse a failli sortir du cadre républicain !

Et il y a d’autres régions où des régionalistes autonomistes veulent casser le cadre NATIONAL de la France les basques, les bretons… NDLR

Communauté musulmane : il faudra bien sûr remarquer que ceux qui se proclament défenseurs de cette communauté ne sont que quelques-uns, qui parlent au nom de la minorité la plus importante. Ils ont trouvé un porte-voix :
« les indigènes de la République  » le discours public ( qui ignore superbement les luttes anticoloniales NDRL) dénonce  » les discriminations racistes dans l’accès au travail, au logement etc… Mais surtout, il vise à « convoquer la philosophie des Lumières au tribunal de l’histoire ». Le discours antidiscriminatoire est en fait « une critique radicale de l’idée républicaine  »

L’identité ethnique devient l’identité religieuse (NDLR)
Et la critique des religions devient dangereuse (caricatures de Mahomet), c’est l’islamophobie assimilée au racisme .
 » Le filon du communautarisme  » va inspirer bien des minorités :
Le C.R.A.N dit représenter la communauté noire (en fait quelques dizaines de cotisants) mais son impact est redoutable :
L’historien Olivier Pétré-Grenouilleau (excellent livre sur l’esclavage) a été violemment pris à partie par le collectif des Antillais, des Réunionnais etc… Accusé de négationnisme, il a subi des menaces, pourquoi ?
Parce qu’il a parlé de la traite atlantique, de l’esclavage des  » Blancs » mais aussi de » la traite par les Arabo-musulmans sur les Noirs et de la traite intra-africaine elle-même  »
Ces menaces, ces procès, ces intimidations et fatwas (qui menacent même de mort ) visent à affirmer que toute critique d’une religion, d’une communauté est l’expression d’une phobie

Judéophobie- islamophobie-homophobie … sont devenus…des racismes
Le livre de Julien Landfried est une arme redoutable pour lutter  » contre le communautarisme  »

Mais sur le site, vous trouverez aussi un entretien qui complète le livre.
Comment expliquer que ces communautés trouvent autant de relais pour exprimer leur discours victimaire ?
Elles ont pour alliés les médias : une certaine presse a décidé en 1970 -1980 que la NATION est un problème et qu’il faut lui substituer
le multiculturalisme- le multicommunautarisme ( j’ajouterais le multiconfessionnalisme NDLR)

Mais où est donc passée la classe ouvrière ? Il y a un phénomène de substitution là aussi : la classe ouvrière est remplacée par les sans papiers : le sans- papiérisme : C’est la ligne politique de Besancenot ;  » les immigrés sont les principales victimes du libéralisme ».

Mais (NDLR) cette ligne politique plus avantageuse en voix a envahi la ligne politique du PCF  » le parti de la classe ouvrière » .
exemple : une agence d’intérim trafiquait avec 130 ouvriers étrangers sans -papiers prêtés à différentes entreprises du BTP, payés au SMIC parfois moins, mais l’amie roumaine au grand coeur qui dirigeait cette entreprise avait, elle, un salaire confortable de 4000 € …
(« Humanité » du 16/11/2007 ) – Mais ce même journal prône la défense des sans -papiers comme ligne politique !

« Les sans-papiéristes refusent de voir que l’immigration a un impact sur les conditions de travail et de rémunération des personnes non-qualifiées de la  » classe ouvrière »
Résultat de cette politique ligne Besancenot ?
1,9% de voix pour le parti de la classe ouvrière, le PCF ( NDLR)

Un autre passage intéressant de cet entretien avec Julien Landfried est celui où il dénonce  » la dépréciation de la nation politique, de la nation comme espace historique et le processus idéologique de destruction de l’image que le peuple pouvait avoir de lui-même » Le Français, c’est le « beauf », le colon, le travailleur blanc, macho, raciste, inculte. C’est l’image du Français devenue dominante dans les élites culturelles de GAUCHE . Et que certains appellent « les petits blancs » (NDLR)
Ce mépris du peuple, le peuple l’a très bien compris ! Et il a sanctionné ce mépris à plusieurs reprises !

L’Europe :
Julien Landfried évoque le décalage saisissant entre le « boboland » parisien qui a voté OUI au TCE et le pays réel qui, lui, a voté NON à 55%.

Mais il faut dénoncer cette Europe censée apporter la paix universelle et le bonheur (version des socialistes) et qui est en fait un projet CAPITALISTE : supprimer les états-nations pour l’extension d’un capitalisme sauvage et destructeur. et le mini-traité qui est petit mais garde la même nuisance sera voté par le parlement, en négation totale de la souveraineté populaire !
Débat lundi 19/11/2007 à Lyon avec Jean-Luc Mélenchon (PS , noniste) et Cohen-Seat ( PC) .Une petite soixantaine de participants, alors que cette salle était trop petite avant le référendum.

Question (que je pose ) : « Vous dites, Monsieur Cohen-Seat, que le PCF a fini par accepter l’Europe alors que pendant de longues années, il a été contre? mais il avait raison d’être contre! Tous les communistes ne sont pas d’accord pour accepter l’Europe ! Et que comptez-vous faire pour faire respecter notre NON ?  »

Jean-luc Mélenchon est le plus critique envers les erreurs du PS à propos de l’Europe .  » Maintenant, je ne voterais pas pour Mastricht ! On s’est trompé. C’est une question très importante, l’Europe !  »
Mais Cohen-Seat , le communiste a presque défendu l’Europe! Inspiré par les idées de Besancenot, il va finir par dire qu’il faut accepter l’Europe parce qu’elle permettra d’internationaliser les luttes ! car nous les communistes, nous sommes internationalistes !  »
Mais comment ce projet , l’Europe, défendu contre le peuple par la droite, Sarkozy en tête , peut-il être CELUI de la GAUCHE ?
Et comment la partie la plus révolutionnaire de cette gauche peut-elle avaler cette couleuvre ?

Il va falloir revenir à la nation républicaine, nation civique et politique qui s’oppose à l’ethnique  » dit Julien Landfried.
C’est aussi le choix et le combat de tous les laïques.
Une critique cependant : la nécessité de la laïcité n’est pas suffisamment revendiquée, et le combat contre l’islam politique pas assez mis en avant : dans l’affaire du gîte des vosges, la militante voilée est une militante du voile partout. Le MRAP, la LDH et la LICRA ont participé à ce lynchage d’une femme du PEUPLE (elle a travaillé à 14 ans) jamais condamnée, non-raciste, sans religion , condamnée lourdement, obligée de vendre son gîte. Victoire du communautarisme religieux, mépris du peuple, Mouloud Aounit se vante d’avoir ouvert une brèche dans le camp des laïques !

Le livre de Julien Landfried est un outil indispensable, je le répète, pour traiter de tous les communautarismes.

Mireille Popelin

Share

Les commentaires sont fermés.