Gromph ! Gromph ! Je suis un joli cochon rose !

Depuis longtemps, très longtemps, nous vivons ensemble, toi, l’homme et moi le cochon rose. Dans notre beau pays, la France. Mais aussi en Espagne, en Italie, en Grèce…
Dans notre beau pays, la France, j’ai vécu au Moyen Age avec les paysans (les vitraux des églises en témoignent). Dans les villes, affublé d’une clochette, je nettoyais les rues des déchets, épluchures etc. A la campagne, les paysans m’élevaient, je pouvais être libre et me nourrir de glands et de châtaignes. Le pauvre serf, accablé d’impôts, de corvées pour le seigneur avait, au moins ses pourceaux pour nourrir sa famille.

Dans le cochon, tout est bon !

Maintenant, mes soies servent pour fabriquer des pinceaux, des brosses. Sais-tu que mes organes sont utilisés en chirurgie, ils sont identiques aux tiens, Homme, et ma peau sert aux grands brûlés ?
Ma chair, côtelettes, grillades, jambon et ce bon saucisson de Lyon, avec un bon pinard, c’est bon ! et le boudin, et les saucisses, et les rillettes ! dans bien des villages, il y a une fête du cochon.

Ils ont des groins d’cochons

Vive la Bretagne

Ils ont des groins d’cochons

Vive les Bretons !

Noël Jamet a remporté le samedi 3 juillet le concours départemental du cri du cochon à Milizac ( Finistère ) . Affublé d’oreilles et d’un groin de cochon, il a imité à la perfection le cri du cochon que l’on emmène à l’abattoir. Ce concours est une tradition en Bretagne.

Moi, le petit cochon rose, je ne veux pas disparaître !

Car les ennemis du cochon ne sont pas les hommes mais leurs dieux !
Si, en chrétienté, je vis plutôt bien, j’ai quand même eu mauvaise réputation : les prédicateurs et les théologiens me considéraient parfois comme un attribut du diable ! Je personnifiais plusieurs vices, la saleté, la gloutonnerie, la colère et …la luxure.Dans l’enfer du  » jardin des délices » de Jérôme Bosch , c’est une truie qui enlace un homme : on comprend ainsi le terme  » cochonnerie « .
Mais heureusement, je suis le compagnon de Saint- Antoine, qui nourrit les malades, les pauvres de ma chair succulente…

Les interdits judaïques et islamiques

L’interdit judaïque est clairement exprimé dans l’ancien testament. Cependant, au 20e et 21e siècle, les juifs n’ont jamais demandé de menus sans porc à l’école publique ! D’ailleurs, une majorité de juifs sont laïques et ne respectent pas ces interdits à la lettre.

Il n’en est pas de même dans la civilisation islamique.
Dans le Coran, le porc est le seul animal clairement désigné. Il est impur, il est « haram » et, dans les écoles laïques qui luttent encore pour me sauver, on voit les élèves en majorité de religion musulmane poursuivre de leurs cris  » haram ! haram ! « une petite portugaise mangeant du porc. ( Vénissieux )

Avec une belle unanimité dans la lâcheté, les élus , de droite ou de gauche ont cédé devant les assauts islamistes et ont, hypocritement, sorti le « menu sans viande » pour ne pas l’étiqueter  » sans porc ».
Cette même hypocrisie, à Villeurbanne, fait accepter une enseigne  » Multifood » qui veut dire toutes les nourritures ? Mais en fait, elle n’offre que du hallal et pas de porc !

Avec même, parfois, des prières sur le parking privé de l’immeuble voisin : l’interdit alimentaire islamique progresse en même temps que la prière publique…

Moi, le petit cochon rose, je grogne plus fort : Gromph ! Gromph !

Oui, je vous explique : gromph quand je suis content et cromph quand je suis en colère .
Les élus cèdent  » copains comme cochons  » avec les islamistes pour avoir la paix sociale et les voix des musulmans .
Vas-tu m’abandonner, homme de peu de foi ? N’as-tu pas honte ?
Adieu, porcs, jambon, pinard et saucisson ?
Vas-tu te laisser « hallaliser » partout, à l’école, dans les services publics, dans les Quick ( qui sont publics pourtant) dans les fêtes votives, traditionnellles ?

Non ! Je vais t’aider ! Et me mettre en colère ! cromph ! cromph !

Tope-là, main-patte. Et cochon qui s’en dédit !

Tu connais l’histoire des  » 3 petits cochons roses  » ? La maison de paille, la maison en bois et la maison en pierre.
Le loup arrive, il veut manger le cochon rose. Il détruit la maison en paille, brûle la maison en bois, mais la maison en pierre ? Le petit cochon fait passer le loup par la cheminée, et le loup tombe dans le piège : une marmite d’eau bouillante !

Sauvé le petit cochon rose !

J’ai oublié de vous dire : le cochon est un animal très intelligent !
Nous, les hommes, le sauverons et le garderons encore longtemps.

Mireille Popelin

Print Friendly

Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans HUMOUR ET DERISION. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.