Jean-Paul Orcel, auteur-compositeur-interprête de SOS ma France !

Publié le 30 août 2010 - par - 1 219 vues
Share

Riposte Laïque : Nous venons de découvrir ton dernier vidéo-clip, SOS ma France.

http://www.youtube.com/watch?v=RCRKqxTR5Qk&feature=related

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Jean-Paul Orcel : Exercice très périlleux que de parler de soi sans emm… le monde !Auteur-compositeur-Interprète, autodidacte. Jusqu’en 1974, je n’ai pratiquement fait que chanter mes chansons avec quelques intermèdes dans de petits métiers, camelot, démonstrateur, chauffeur routier etc lorsque les besoins se faisaient sentir. Ceci-dit, je n’en tire aucun mérite, c’était le plein emploi et bien d’autres l’ont fait.

Été 1966, la machine s’emballe, Guy Lux organise « A l’Australienne » émission réservée aux A-C-I, ma soeur me pousse à me présenter, ça marche et le soir même la France entière plébiscite ma chanson « Maille à l’envers, maille à l’endroit » qui sortira deux mois plus tard sous le label Barclay pour remporter dans la foulée la Marguerite d’Or de la chanson francophone de Télé Monte Carlo. De Monréal à Paris, de Bruxelles à Abidjan, partout où la francophonie respirait, ma chanson était écoutée.
1974, creux de la vague, décès de ma compagne, déprime complète, je m’installe en Touraine pour me consacrer à ma passion pour la peinture ancienne et en vivre jusqu’à ce jour.

En 2004, parution de mon recueil de poésie « EMBARCADÈRE », un article de presse fait état de mon passé de chanteur, quelques tourangeaux encore bercés par « Maille à l’envers… » viennent me demander de remonter sur scène pour leurs asso., le succès est au RDV, nouvelle écriture, nouvelles chansons, nouvel album « Le vieux loup gris » le public s’élargit, de tous âges, bref, la mayonnaise prend mais les médias ne la goûtent pas, derrière un prétexte fallacieux : »la chanson à texte n’intéresse plus personne »…

Riposte Laïque : Quel a été le détonateur qui t’a fait écrire ces paroles ?

Jean-Paul Orcel : Il est justement là, le détonateur ! A chaque nouvel an, j’adresse mes voeux par un poème. Or, ces dernières années, j’ajoute dans mes rimes une pincée d’actualité et un bouquet parfumé de mes préoccupations républicaines (exemple en pj.). Or, j’ai remarqué que cette nouvelle forme de poésie était nettement saluée par de plus nombreux témoignages de sympathie que par le passé.

Ce constat, plus cette aversion que je traîne depuis longtemps pour les pseudo artistes et plus encore leurs mentors qui dénaturent et offensent impunément notre culture et disons-le, le prestige de notre drapeau, devaient fatalement se traduire par « SOS ma France ! »
L’occasion s’offrait à moi de contourner les médias en m’adressant directement aux français dont les commentaires, les courriels, les messages sont autant de témoignages qui viennent me soutenir.
Au passage, merci à tous ces blogueurs de tous horizons qui ont salué et inséré dans leurs pages SOS ma France (même si nous sommes encore loin du buzz) !

Riposte Laïque : Je te pose la question du bobo de service : n’as-tu pas peur de stigmatiser, par ces paroles, une population déjà victime de discriminations sociales ?

Jean-Paul Orcel : Ne renversons pas les rôles, vous parlez de victimes, QUI est VICTIME ? L’agressé ou l’agresseur ? Qui ? s’en prend aux victimes de discrimination sociales sinon ceux qui profitant de leur faiblesse les exhortent à la haine et à la délinquance !!! Et qui ? sont les mercantis de ces enjeux mercantiles… J’aimerais le savoir… Et puis, de par le tiers-monde, combien échangeraient volontiers leur sort pour celui d’une victime de discriminations sociales française. D’où vient cette propension qu’ont tant de personnes à oublier (ou faire semblant) que toutes les cinq minutes un enfant meurt de faim ? Comme je la trouve encore Belle ma France !

Riposte Laïque : Pourquoi avoir choisi une fête foraine comme cadre de ton interprétation ? Et pourquoi, sur la fin de ton clip, quand on voit plusieurs drapeaux, ne voit-on jamais le drapeau français ? Hasard, ou es-tu sensible aux thèses régionalistes ?

Jean-Paul Orcel : Né en 1940, mes premiers souvenirs datent de la Libération (écoute ma chanson « 40 » tout y est dit). Alors pour moi, l’image de la France en fête a toujours dominé l’idée que je me fais de mon pays. La France, c’est la FÊTE ! Les autos tamponneuses, c’est le symbole du débat, on se tamponne mais l’agressivité, on s’en tamponne !
J’étais, pour le débat sur l’identité nationale, dommage… une fois de plus, on a dansé le tango. Pour le reste, échangeons nos lunettes, tu vois des drapeaux, je vois des bannières (anonymes et de théâtre) quand au drapeau français, ne serait-il pas superflu dans une chanson qui ne parle que de la France ?

Riposte Laïque : Aurais-tu pensé écrire une chanson pareille il y a 20 ans ? Comment vois-tu, toi qui chante un SOS ma France, notre pays dans 20 ans ?

Jean-Paul Orcel : Ma compagne décédée en 1974 était métisse, mon épouse née à Paris est métisse, un de mes meilleurs
amis est d’origine maghrébine, aucun d’eux n’a eu ni à souffrir ni à se plaindre du racisme puisqu’il était devenu pratiquement inexistant en France.Si j’avais eu il y a 20 ans une chanson à écrire je l’aurais intitulée « Ne réinventons pas le racisme ! »

En ce qui concerne l’avenir, je crois trop en l’Homme pour être pessimiste et puis, méfions-nous de Marianne, elle a ses caprices,
parfois imprévisibles, mais qui ressemblent souvent à ces « leçons » d’Histoire que tant de nations nous envient.

Riposte Laïque : Es-tu disponible, pour défendre, par tes chansons, la cause de notre pays, et les valeurs républicaines et laïques, dans des soirées militantes ?

Jean-Paul Orcel : Oui, tant que celles ci ne sont pas teintées d’extrémisme. Précision : je suis « furieusement » apolitique, pour moi, un artiste « encarté » est un artiste qui tôt ou tard perd son âme, ce qui ne
m’empêche pas d’adhérer à des idées, voir à des causes si celles-ci me semblent justes ou justifiées. Mon seul « parti », la Poésie. Puisse cela, dans ma modeste mesure, contribuer au crédit de Riposte Laïque que je veux chaleureusement remercier pour cette première interview sur le net.

Riposte Laïque : Et maintenant, quels sont tes projets ?

Jean-Paul Orcel : M’employer à redonner la place qu’elle mérite à la poésie chantée.

Propos recueillis par Pierre Cassen

http://www.jeanpaulorcel.com

Les commentaires sont fermés.