L’ordre des choses, d’Albert Pesses

Un poète engagé, proche de nous ? Je l’ai rencontré.

Le poème ‘ La tournante » avait été publié par Riposte laïque:

Nique nique nique

Nique la fille à peine pubère

Nique nique nique don

A cinq ou six on va s’la faire

Nique don don nique dondaine

Sus ! la baïonnette au canon

Le poète, au langage cru, dénonçait les viols collectifs dans les cités.
J’aime particulièrement  » Nuits de novembre » qui décrit les émeutes et dénonce sans concession la violence ciblée ( écoles ) :

Mais c’est d’abord à l’école

Qu’il faut inscrire sa volonté

Et choisir de les brûler

Fait de vous des étrangers

Le pari de l’intégration

Il n’est pas si dur à gagner

Moins de haine et vous l’aurez

Mais est-ce que vous voulez

J’aime aussi  » Charles Richard Drew  » qui inventa le plasma :

C’est quand même un beau paradoxe

Que le savant qui permit de sauver

Tant et tant de vies humaines

Grâce au plasma fut un nègre

Le poète chante l’amour, l’amour jeune mais aussi moins jeune, il chante surtout la femme, l’amour-désir  » goût de mer, goût de sel, goût de femme » mais aussi l’amour enfui, l’amour guéri :

Qu’il est triste de ne plus être triste en pensant à toi  »

Ce poète, c’est Albert Pesses. Vous trouverez ses oeuvres sur le site « la cité des poètes » et pourrez commander ses recueils. Vous pourrez savourer son poème le plus célèbre :

Le badge

Il était beau ce badge

Jaune et bordé de noir

Il était beau ce badge

Comme un astre vraiment

Mireille Popelin

Print Friendly

Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans A LIRE A VOIR. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.