Laurence Ferrari, symbole de la capitulation médiatique devant l’islam

Publié le 14 juin 2010 - par - 275 vues
Share

Honte à Laurence Ferrari, honte à toutes les femmes libres qui, comme elle, trahissent le combat des musulmanes qui risquent leur vie pour ne pas porter le voile !

Madame Ferrari a la chance de vivre dans un pays républicain laïque et démocratique où les femmes sont libres et émancipées. Personnalité du monde médiatique et petite diva du milieu people, elle véhiculait jusqu’à présent l’image d’une femme libre…jusqu’à ce fameux soir du 7 juin où elle est apparue sur les écrans avec ce foutu voile sur la tête.

Ce jour là, elle s’est comportée comme une petite fille obéissante, comme une femme soumise, comme une femme honteuse d’être libre. Comme tout journaliste capable de se renier pour battre des records d’audimat, elle a accepté de se soumettre aux préceptes machistes de l’islam, elle a osé arborer le foulard de la honte pour pouvoir interviewer un dictateur. En se comportant ainsi, elle a insulté toutes les femmes musulmanes qui refusent, au péril de leur vie, de porter le voile. Elle a enfoncé des poignards dans le dos de toutes les iraniennes qui luttent depuis trente ans pour se libérer de l’enfer d’un apartheid sexiste dicté par les mollahs. Alors que ces femmes subissent au quotidien les contrôles de la police des mœurs, qu’une répression sanglante s’abat sur une jeunesse révoltée où les femmes sont aux premiers rangs, elle leur fait l’affront de se couvrir la tête du voile islamique pour donner la parole à celui qui perpétue contre son peuple les crimes les plus abominables.

Honte à Madame Ferrari, honte aux responsables de TF1 qui ont programmé cette interview. Ils osent dire que « c’était le seul moyen pour elle de réaliser cette interview exclusive », mais quel intérêt avait cette interview ? Quel intérêt de donner la parole à l’un des plus grands dictateurs qui sévit actuellement sur la scène internationale et qui menace nos démocraties ? Quel intérêt de poser des questions stupides à un tel personnage ? On en connait d’avance les réponses. Qui doute de ses positions pro-palestiniennes ? Qui doute encore de ses supercheries et de ses mensonges ? N’a t il pas déclaré vouloir écraser Tel Aviv ? Tous les pays occidentaux savent que l’Iran ne respecte pas le traité de non prolifération nucléaire, et qu’Ahmadinejad se moque des menaces de sanctions de l’ONU. En mai dernier, son discours contre les Etats Unis, qu’il accusait de mettre en danger les pays non-nucléaires (comme l’Iran ?), avait même provoqué le départ de plusieurs délégations dont celle de la France.

Et quand ce dictateur notoire déclare d’emblée s’adresser au « bon peuple de France », on a déjà envie d’éteindre sa télé tellement c’est consternant. Mais comment une chaine Française peut elle à ce point se compromettre avec ce fasciste islamique ? Qui ne sait pas qu’en Iran ce sont les lois de la charia qui s’appliquent depuis plus de trente ans et que le peuple Iranien est un peuple asservi qui souffre et qui veut se sortir de cette dictature ? Qui n’a pas vu les images terribles de la répression meurtrière contre le grand mouvement contestataire des étudiants Iraniens qui eu lieu il y a un an ? Qui n’a pas entendu les témoignages toujours actuels sur les arrestations de masse, les disparitions à répétition, les exécutions sommaires et les tortures dans les geôles de la république islamique d’Iran ? Ahmadinejad muselle le peuple iranien et impose la terreur islamique, c’est le seul moyen pour lui de rester au pouvoir. Mais il dira sans détour à Madame Ferrari que l’Iran est un pays libre où les gens peuvent s’exprimer. Que peut-il dire d’autre, il ne va pas dire qu’il torture et assassine les gens et que ses geôles regorgent de prisonniers d’opinion ?

Laurence Ferrari a évité volontairement d’approfondir les questions qui dérangent. Elle aurait pu évoquer la barbarie de la police religieuse iranienne, les punitions et les exécutions publiques, la potence pour les homosexuels, l’emprisonnement pour les syndicalistes, mais elle a préféré, comme tous les « démocrates » fascinés par le régime stalinien, baisser les yeux sagement devant un dictateur qui assassine son peuple et méprise les femmes. Elle préfère également oublier, comme ceux qui la défendent en prétextant qu’elle navait pas d’autre choix vestimentaire, que le voile islamique est bien autre chose qu’un accoutrement de circonstance, c’est le symbole de la soumission des femmes aux hommes, c’est un signe d’esclavage avant d’être un signe religieux. Elle aurait dû avoir le courage de refuser de le porter au nom du combat émancipateur de toutes les femmes du monde. Elle a manqué une bonne occasion de se distinguer en montrant fièrement ce que c’est que d’être une femme Française libre et émancipée, elle aurait dû enlever son voile devant Ahmadinejad. Là, elle aurait eu de la classe et du talent la petite Laurence Ferrari !

Sihem Habchi, la présidente de « Ni putes Ni soumises », affirme, de son côté, que ce voile est un moindre mal car si Madame Ferrari avait laissé sa place à un homme elle « cédait à un certain machisme ». Je ne suis pas d’accord avec Sihem Habchi, et surtout lorsqu’elle ajoute que « l’important c’est de se rappeler qu’en Iran des femmes sont emprisonnées parce qu’elles refusent de porter le voile ». C’est justement en apparaissant voilée que la journaliste Française commet le pire au regard des droits des femmes. Elle insulte ouvertement celles qui combattent l’obscurantisme, celles qui ont le courage d’affronter les dogmes ou les traditions archaïques qui les voilent, les marient de force, les tuent pour l’honneur, les excisent et les renvoient au second rang de l’humanité. Résister au voile, dans une dictature islamique, comme l’est l’Iran, c’est risquer la répudiation, la flagellation, la prison et parfois la mort.

Alors quand on est journaliste, quand on est Française et quand on est une femme libre, on n’a aucune excuse. Porter le voile parce que c’est ce qui se fait dans le pays d’un dictateur, c’est se faire l’alliée des ennemis de la liberté. TFS1 a servi la soupe à Ahmadinejad en lui donnant la parole devant les caméras, c’est lamentable et honteux pour la France. Pendant combien de temps allons nous subir la capitulation de nos médias face à l’offensive de ce nouveau fascisme qu’est l’islam politique ?

Je ne résiste pas à vous faire part de cette réaction d’un internaute : Dans le fond, en 1933, ces journalistes en mal de popularité auraient été tout à fait capables de faire le salut hitlérien ou mussolinien pour décrocher une interview de ces dictateurs ! Honte et abjection sur ces collabos de l’islam (surtout quand on sait que l’on torture et on pend quotidiennement dans les prisons de Téhéran). Bravo pour cette indignation ! Bravo à Alain Rubin qui n’en disait pas moins dans son article publié dans le précédent numéro de RL.

Le soir de ce lundi 7 juin 2010, Madame Laurence Ferrari a fait honte à la France entière, elle a fait injure à tous les défenseurs des libertés, elle a insulté toutes les femmes qui luttent au péril de leur vie pour se délivrer du voile et de la burqa .

Brigitte Bré Bayle

Les commentaires sont fermés.