Le préfet de police de Paris « autorise » et protégera les Assises sur l’islamisation de nos pays

Publié le 17 décembre 2010 - par
Share

Peine perdue pour les élus de gauche du 12ème arrondissement, pour le maire socialiste de Paris Bertrand Delanoë, pour Mouloud Aounit et son reliquat de Mrap islamogauchiste, et pour toutes les officines de l’islam radical qui ont écrit à la préfecture de police de Paris pour demander – ou parfois exiger – l’« annulation » (sic !) de notre rassemblement international de samedi !

En passant, notons que tous ces censeurs relèvent soit de la gauche et de l’extrême gauche, soit de l’islam politique, mais pas de la droite. Rien d’étonnant chez les partisans de la charia, mais par contre c’est très consternant de constater que ceux qui veulent museler la liberté d’expression appartiennent tous au camp qui se réclame le plus des valeurs de liberté et de démocratie !

Tous ces donneurs de leçons de morale intégriste, tous ces nouveaux curés de la religion droitsdelhommiste alliée de celle de Mahomet, fidèles laquais ou procureurs de la police de la pensée, connaissent bien mal le droit français, et en particulier la liberté d’expression et de réunion inscrite dans le marbre de notre Constitution et plus explicitement dans nos lois depuis 1881 : « Les réunions publiques sont libres ». Point barre !

Leurs prétextes fallacieux et souvent mensongers leur ont valu un retour de bâton véhément de la part d’internautes et de citoyens indignés qui en ont plus que marre de ces méthodes totalitaires, et qui ne sont pas gênés pour s’exprimer par courriel ou en postant leur indignation en réaction aux articles de presse et aux articles des blogs des Savonarone de pacotille.

Qu’il est comique de voir ceux qui adorent bouffer du curé et du pape – et qui pourtant répugnent à bouffer de l’imam et du gourou enturbanné – se faire bouffer à leur tour pour leurs attitudes de prêtres ânonnant leur catéchisme et leurs dogmes démentis par la réalité ! Ils ont trahi Montesquieu, ils ont trahi Voltaire, ils ont trahi Victor Hugo, ils ont trahi Jean Jaurès, ils ont trahi Léon Blum, ils ont trahi la République, ils ont trahi la Résistance, ils ont trahi les droits de l’Homme, et maintenant ils commencent à payer le prix de toutes ces tromperies. Les Français commencent à leur en faire payer le prix, et ce n’est qu’un début.

Le harcèlement du préfet de police de Paris par la caste des grands inquisiteurs bardés de leurs robes écarlates ou verdâtres n’a servi à rien. En effet, suite à la déclaration du rassemblement dans les formes prévues par la loi à la préfecture de police, celle-ci a émis jeudi après-midi un communiqué indiquant qu’elle n’avait aucune raison d’interdire les Assises contre l’islamisation de nos pays. La préfecture rappelle que « la liberté de réunion fait partie des libertés fondamentales », et déclare qu’elle ne peut « interdire la tenue d’une réunion que s’il s’agit du seul moyen d’assurer l’ordre public », ce qui veut dire qu’elle considère que l’ordre public n’est aucunement menacé par notre rassemblement.

Les insultes et les diffamations des professionnels de la censure politique et religieuse ne trompent quasiment plus personne, même pas le préfet de police de Paris, et n’ont servi à rien, sinon à prendre le risque de se faire convoquer devant la 17ème chambre correctionnelle pour leurs écrits ; avec même la circonstance aggravante de pratiquer la discrimination politique ou d’avoir insulté et diffamé à raison de la non-appartenance des personnes visées à une religion déterminée. Hé oui, toutes les lois qu’ils ont soutenues mordicus en faveur de leurs alliés de l’islam conquérant se retourneront contre eux, si elles ne sont pas abrogées d’ici là.

Ils ont cru qu’ils pouvaient livrer Marianne à Mahomet dans leur marché aux esclaves, peine perdue ! Ils n’ont pas compris que Marianne est l’héritière de sang et d’âme de Vercingétorix et de Jeanne d’Arc, et qu’aucun Français digne de cet héritage millénaire n’acceptera qu’on la prostitue dans un harem barbaresque, fût-il annoncé par la lanterne rouge (ou plutôt verte) fournie par Nicolas Sarkozy, Martine Aubry ou Daniel Cohn-Bendit.

Saluons la bonne volonté de la préfecture de police de Paris. Elle n’était aucunement obligée de publier un tel communiqué, puisque selon la loi elle n’a pas à « autoriser » (et c’est pourquoi je mets des guillemets) une réunion ouverte au public ou une manifestation dans la rue, mais uniquement à les interdire si elles risquent de troubler l’ordre public, ce qui n’est pas le cas pour nos Assises comme la préfecture le reconnaît. Ce communiqué fait donc taire toutes les rumeurs initiées par ceux qui espéraient décourager les organisateurs des Assises ou ceux qui veulent y assister.

De plus, prévenue des intentions belliqueuses de plusieurs opposants gauchistes ou islamistes aux Assises, la préfecture décide de mandater un représentant qui assistera ès qualité à notre réunion, conformément à la loi de 1881, afin de prévenir ou constater toute voie de fait de la part de participants indésirables qui pourraient s’y infiltrer.

Il y a peu de chance que cela se produise, puisque les organisateurs ont été invités par les autorités à surveiller avec attention les entrées et écarter toute personne indésirable. Un service d’ordre très conséquent sera mis en place. En outre, plusieurs orateurs prévus à la tribune font eux-mêmes l’objet d’une protection rapprochée étant données les menaces qu’ils ont reçues de la part de fous d’Allah. Sur ce point, Bertrand Delanoë devrait être de notre côté, non seulement comme homme de gauche, mais aussi parce qu’il serait dommageable pour lui que la ville qu’il administre soit le cimetière d’un nouveau Théo Van Gogh.

Ceux qui pensaient que leurs intimidations et leurs intentions affichées d’en découdre physiquement allaient faire peur à des citoyens voulant assister aux Assises ont perdu leur temps, et s’ils mettent leur plan jihadiste ou « antifaf » à exécution, ils risquent fort de passer quelques heures en garde à vue. On peut d’ailleurs s’étonner que les élus de gauche et les « antiracistes » n’aient pas dénoncé ces va-t-en-guerre et ces égorgeurs du clavier, comme par exemple certains internautes de Forsane Alizza. Mais il est vrai que ceux-ci leur étaient fort utiles pour inventer un prétexte de « débordement » et de « trouble à l’ordre public ».

Comme vous le voyez, vous pouvez venir sans crainte aux Assises sur l’islamisation de nos pays. Tout est prévu pour votre sécurité personnelle, par les organisateurs tout comme par le préfet de police de Paris.

Le communiqué de la préfecture de police précise même qu’un dispositif de sécurité sera mis en place tout autour du lieu de réunion afin de « protéger la sécurité des habitants » et « interpeller toute personne dont le comportement troublerait l’ordre public ». De plus, les contre-manifestations déclarées à la préfecture ont toutes été déplacées à bonne distance de l’Espace Charenton. Ils y pourront étaler leurs tapis de prières et leurs sandwichs kebab-halal sous les banderoles coraniques et néo-communistes, en tentant vainement d’accorder l’Internationale avec les Allah Akbar, ou de régler la sono entre les susurrations doucereuses d’un quelconque rentier « antiraciste » mais anti-français et les logorrhées arabisantes d’une voilée et d’un barbu en pyjama afghan. Quant aux rassemblements non déclarés donc illégaux, leurs leaders et ceux de leurs recrues qui tenteraient la moindre exaction connaissent par expérience le brin de conduite en panier à salade qui les attend en direction du quai des Orfèvres ou du commissariat le plus proche.

Oui, Français et Françaises, contrairement aux âneries diffusées par Bertrand Denaloë, Mouloud Aounit ou autres collaborateurs de l’islam politique, vous avez le droit d’exprimer votre opinion et de participer à nos Assises, et nous avons le droit – et le devoir – de les organiser et de vous protéger en pleine intelligence avec les forces de police. C’est cela la démocratie, c’est cela pourquoi vos ancêtres depuis des siècles se sont battus. Venez nombreux exprimer le sentiment que vous n’avez nulle intention de vivre sous la coupe de la charia dans votre propre pays !

Et bienvenue à tous nos invités européens. Je sais que vous aimez la France, je sais qu’elle est pour vous un symbole important pour toutes les valeurs qu’elle a contribué à construire et que vous avez fait fructifier. Je sais aussi ce qu’elle doit aux combats millénaires de vos peuples. Je sais que notre Astérix national, traduit dans vos langues respectives, résonne en vous comme vos propres héros nationaux. Je sais que vos pays subissent tous l’islamisation avec souvent la complicité de vos nomenklaturas locales. Nos itinéraires sont parfois différents, mais toute l’Histoire de notre Europe commune démontre que nous avons toujours su nous allier contre le péril islamique. Le temps est venu de ressouder cette alliance pour l’avenir de nos enfants et de notre culture. Merci de venir à Paris pour reconstruire ensemble l’Europe des peuples libres. Nous sommes fiers et heureux de vous recevoir.

Roger Heurtebise

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.