Lettre au président de la République, sur la burqa et l’islamisation de la France

Monsieur le Président,

Citoyen lambda ayant voté pour vous et habituellement pour les candidats UMP, je prends la liberté de vous écrire au sujet des vêtements religieux ostentatoires portés par des femmes musulmanes.
En réponse au discours du Président américain OBAMA enjoignant les démocraties européennes de ne pas gêner la pratique religieuse musulmane dans nos pays et de tolérer le port du voile islamique, vous avez fait les déclarations suivantes : « La burqa n’est pas la bienvenue en France » mais aussi « En France, toute jeune fille qui veut porter le voile peut le faire, c’est sa liberté ».

Que la burqa ne soit pas la bienvenue en France, je l’espère bien, mais votre seconde déclaration m’a choqué. Pour moi, cette seconde déclaration a été faite par complaisance à l’égard de M. OBAMA.
J’aurais d’abord envie de dire à M. OBAMA qu’il ne se mêle pas de ce qui ne le regarde pas. Les américains n’ont que le mot « God » à la bouche, prêtent serment sur la Bible, ils apparaissent extrêmement puritains, ce qui ne les empêche pas d’être les « pires requins » dans beaucoup de domaines. Les Eglises (ou sectes) évangéliques, méthodistes…pullulent aux USA, c’est leur problème. Mais la France est une République Laïque.

Quand vous dites, Monsieur le Président, « c’est sa liberté » pour une jeune fille qui veut porter le voile, en êtes-vous bien sûr ?
Est-ce que la prétendue liberté de ces jeunes filles ou femmes musulmanes ne serait pas plutôt la pression, la menace du père, du mari, des frères, de la famille ?

Est-ce que la jeune Sohane a pu jouir de sa liberté, comme tout citoyen est en droit de le faire, elle qui a été immolée par le feu pour ne s’être pas soumise à la « loi » de sa famille, de son entourage ? Et combien d’autres jeunes femmes, que nous ne connaissons pas, subissent la loi de cet entourage familial ? Votre Secrétaire d’Etat, Fadela AMARA, est bien placée pour le savoir et dénoncer ces faits.

En ce qui concerne les vêtements religieux musulmans, ON ENTEND TOUT ET SON CONTRAIRE, dans les déclarations d’imams ou sur les forums d’Internet (et même parmi les spécialistes de l’islam, personne n’est capable de dire avec certitude si le niqab, la burqa, etc…sont une prescription du Coran) : « Si certains essaient de faire croire de manière mensongère que la burqa est une prescription de l’islam, il appartient à l’Etat français de dénoncer cette manipulation et de la combattre. De même que la burqa porte une atteinte directe à la dignité de la femme et de son image. Une loi est nécessaire pour l’interdire au nom du respect de la dignité de la femme et de son image » M. Mohamed AIT-TALEB.

Dans beaucoup de pays musulmans (Arabie Saoudite, Iran, Afghanistan, Soudan…) le port du niqab, de la burqa (ou de tout ce qui s’y apparente) est imposé aux femmes par leurs maris ou par leurs familles. Et vous ne pouvez pas ignorer le combat de l’une de ces « femmes musulmanes rebelles » Taslima NASREEN, écrivain bangladaise vivant en exil depuis 14 ans, menacée de mort par une fatwa lancée par les fondamentalistes de son pays, qui dénonce la condition des femmes musulmanes considérées comme des « êtres de seconde classe » dans les pays où la charia fait office de droit.

En se comportant de cette façon à l’égard des femmes, ces pays ne respectent pas les principes essentiels de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme du 10 décembre 1948 adoptée par l’Assemblée Générale de l’ONU dans sa résolution 217A(III), ces pays ne respectent pas notamment les articles 1, 4, 5, 6, 12, 16-2 et 29-2 de cette même Déclaration.

Ces pays devraient être mis au ban des Nations et ne devraient même pas être autorisés à siéger à l’ONU.
On peut même se demander si l’islam intégriste (voire l’islam tout court), porteur de ces notions négatives et de ces traditions séculaires d’asservissement de la femme, que veulent nous imposer les fondamentalistes musulmans (se reporter aux déclarations du frère musulman Tariq RAMADAN) n’est pas incompatible avec nos démocraties occidentales. L’islam n’est-il pas à la foi une religion et un mode de gouvernance, l’exemple flagrant étant celui du régime des ayatollahs en Iran, pour ne prendre qu’un exemple ?

« La burqa est l’habit traditionnel afghan, en Algérie nous avons la mleya, en Iran c’est le tchador. Quelque soit l’appellation prononcée, cet habit qui couvre intégralement le corps de la femme a une justification religieuse » Un forumeur du Journal Le Monde.

Ainsi donc, pour certains autres musulmans, ces vêtements intégraux auraient une signification religieuse ! Et quelle signification : l’intégrisme religieux le plus obscurantiste !

La France est une République Démocratique et Laïque. La loi n°2004-228 du 15 mars 2004 a inséré dans le Code de l’Education l’article L.141-5-1 interdisant dans tous les établissements scolaires publics « le port des signes ou tenues par lesquels les élèvent manifestent ostensiblement une appartenance religieuse ».
Par le port du niqab, de la burqa dans l’espace public, les femmes musulmanes « manifestent ostensiblement une appartenance religieuse », se livrent à de la provocation ou font œuvre de prosélytisme.

La laïcité est la clef de voûte de l’édifice républicain, le fondement institutionnel des libertés individuelles et de l’égalité des droits, le ferment de l’intégration des citoyennes et des citoyens de toutes origines. Les principes fondamentaux de la République Laïque s’opposent à toute référence religieuse ou dogmatique pour les lois et les institutions publiques et rejettent tout cléricalisme, tout intégrisme.
La laïcité implique des institutions et des lois libérées de toute tutelle religieuse ou dogmatique et qui, plutôt que d’assujettir ou d’aliéner les personnes, doivent au contraire garantir les bases d’une société de justice et de liberté en favorisant l’épanouissement libre et responsable de chacun.

La République ne connaît que des citoyens libres et égaux en droits, quels que soient leurs origines, leurs choix philosophiques, religieux ou politiques. Elle ne saurait être l’addition de communautés particulières, soumises à des lois spécifiques. Elle est l’ensemble des citoyens. La démocratie exige que les convictions personnelles, l’appartenance à une religion, à une famille idéologique ou politique relèvent de la sphère privée. La République laïque récuse donc toute religion officielle comme toute orthodoxie d’Etat.

La Loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Eglises et de l’Etat, et instituant la Laïcité, prévoit dans son article 28 : « Il est interdit, à l’avenir, d’élever ou d’apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l’exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières ».

Les fondamentalistes musulmans chercheront toutes les failles de nos démocraties (voir le Royaume Uni) pour contourner les lois de la République et imposer les leurs ; personnellement j’y suis tout à fait opposé et J’ESTIME QU’IL FAUT LEGIFERER (et légiférer le plus vite possible) pour interdire tous ces vêtements religieux ostentatoires et provocateurs et pourquoi pas compléter l’article 28 de la Loi du 9 décembre 1905, en y incluant « le port de ces vêtements en quelque emplacement public que ce soit ».
Ces vêtements religieux ostentatoires doivent être réservés à la sphère privée ou aux lieux de culte.

En Afghanistan, des femmes s’immolent par le feu pour échapper à l’oppression et à l’asservissement, au Bengladesh des femmes insoumises se font vitrioler par des mâles, en Iran la jeunesse se révolte contre le régime totalitaire des ayatollahs, les jeunes femmes ne rêvent que d’une chose, vivre à la mode occidentale, elles embellissent au maximum la seule partie du corps qu’elles peuvent montrer, leur visage, en se maquillant et en ayant recours à la chirurgie esthétique (étude rapportée dans le très sérieux « Magazine de la Santé » de Michel CYMES et Marina CARRERE d’ENCAUSSE sur FRANCE5). Partout dans le monde, des femmes musulmanes courageuses résistent aux diktats obscurantistes des mollahs, ayatollahs et sinistres consorts et l’on voudrait que l’on tolère en France ces pratiques religieuses dignes du Moyen Age contraires aux principes essentiels de la Déclaration des Droits de l’Homme !

Souhaitons-nous suivre l’exemple du Royaume Uni, où se sont installés des Tribunaux islamiques de la charia (une Justice parallèle dans une telle démocratie…çà dépasse l’entendement), des madrassas (où l’on enseigne le Coran, et sûrement les principes de l’intégrisme religieux ou du terrorisme), où des patientes en burqa sont admises dans les Hôpitaux…. ? NON, PERSONNELLEMENT, JE NE SUPPORTERAIS PAS EN FRANCE UNE TELLE SITUATION, JE SUIS PRET A LUTTER (de quelle manière, çà reste à déterminer) POUR QUE L’ON N’EN ARRIVE JAMAIS LA !

Il ne s’agit pas de discrimination contre les musulmans, il s’agit de PRESERVER NOTRE REPUBLIQUE LAIQUE, d’éviter l’instauration des communautarismes, d’un « apartheid » qui ne dirait pas son nom.

Monsieur le Président, l’une de vos tâches est la DEFENSE de notre République Démocratique et Laïque, République Une et Indivisible ; je ne doute pas que vous ferez tout ce qui est en votre pouvoir pour mener à bien cette tâche.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments distingués.

André Bonnetain


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans POINT DE VUE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.