Mais où ont-ils vu du racisme dans les déclarations de Florent Pagny ?

Respirer. Rester calme.. Zen. Décontracté. Inspirer. Expirer. Allez, il faut se reprendre, on a l’habitude. On en a vu d’autres. Ce n’est pas la première fois.. Ni la dernière, hélas.

Et pourtant… Il y’a des jours, on en a raz le bol. Raz le bol de cette bien pensance qui nous étouffe depuis des dizaines d’années, sans qu’on ne puisse rien en dire. Raz le bol de ces gens qui s’excitent pour tout et n’importe quoi, comme si il n’existait aucun problème plus important dans le monde, et même, dans leur vie. Comme si ces gens se prenaient pour des sortes d’anges de la pensée, de l’action. Ils jugent tout le monde uniquement de leurs yeux aveuglés par une idéologie qui n’a rien à envier au monde des bisounours. Même étant enfant, je n’y croyais pas trop, à ce monde. Et j’ai sincèrement pensé que le passage à l’âge adulte empêchait toute possibilité d’y croire encore. Et pourtant… Et pourtant, apparemment, certains y vivent. Un monde magique, enchanté, ou tout le monde il est gentil, sauf, LE grand méchant, déguisé sous son habit de FN, synonyme de raciste qui n’aime pas les petits bisounours gris, noir ou jaune.

Ainsi donc, le nouveau combat des bisounours, après l’épisode Guerlain ô combien intéressant, nous voici donc face à l’épisode Pagny.

http://fr.news.yahoo.com/78/20101109/tfr-pagny-ne-veut-pas-que-ses-enfants-pa-9e39cb8.html

On monte encore d’un cran dans l’énormité. Ainsi, de plus en plus, toute allusion à la « diversité » est perçue comme raciste. Mais voyons plus en détail les faits incriminés.

« Le CRAN dénonce le « dérapage raciste » du chanteur qui justifiait lundi sur Chérie FM le fait de préférer vivre à Miami. »

Oui, donc, quand on cite sos racisme, la halde ou la licra, il est vrai que l’on oublie souvent le cran : rendons lui hommage, et mettons le dans la même catégorie que ces dernières « associations » qui, loin de combattre le racisme, se contentent de combattre avec des moyens médiatisés leurs idées et leur vision du monde.

« Florent Pagny s’est fendu d’une nouvelle phrase polémique. « Un jour ton môme il rentre à la maison et se met à parler rebeu [arabe, ndlr]. C’est pas possible (…) le verlan encore, tout va bien, mais là il n’y a pas de raison », a déclaré maladroitement le chanteur au micro de la station. »

Encore un journaliste collabo, donc. En plus d’user de mots assassins (« nouvelle phrase polémique », « maladroitement »), il se permet en plus de prendre ses lecteurs pour des abrutis, en leur expliquant bien que rebeu = arabes, pour bien stigmatiser les propos de Florent Pagny ; rebeu = beurs en verlan, or « « Beur » (féminin « beurette ») est un terme familier qui désigne les descendants des émigrés d’Afrique du Nord installés et nés en France », et ne sont donc pas forcément arabes. Et après, il parle de racisme ? Mais ces journalistes se rendent-ils compte qu’ils utilisent des propos qu’ils critiquent quand ils sont dits par d’autres ? Idem pour les indigènes de la République, qui critiquent les gens qui ont tendance à stigmatiser les populations de banlieue, mais qui n’hésitent pas à utiliser le verlan dans leurs propres campagnes, parce qu’elles viennent d’eux :

http://www.indigenes-republique.fr/article.php3?id_article=1123

Il faut savoir ce que vous voulez.

« Dénonçant aussi un « dérapage raciste », le CRAN estime que les déclarations de Florent Pagny « rappellent celles du leader du Front National, Jean-Marie Le Pen, qui avait déclaré ‘avoir acheté une maison de campagne pour permettre à (ses) enfants qui habitaient le 15e arrondissement de voir des vaches, au lieu de voir des Arabes' ». »

Un dérapage raciste ? Mais il faut arrêter ! Il n’est en aucun cas de racisme, ici. Et forcément, on nous rappelle Jean Marie Le Pen, qui n’a pourtant rien à voir dans l’histoire, de même que sa citation. En quoi ne pas vouloir que ses enfants parlent en verlan ou arabe soit raciste ?

Je suis l’un des premiers à haïr au plus haut point le verlan, et je suis le premier à ne pas vouloir voir l’arabe dans notre langue, tout simplement, parce que cette langue n’a aucun intérêt. Que ce soit social ou économique.

http://www.ripostelaique.com/Au-meme-titre-que-l-anglais-ou-l.html

Et je rajouterais même que le niveau d’études a largement baissé ; il suffit de voir les jeunes écrire pour se rendre compte de leurs lacunes, que ce soit au niveau de l’orthographe, de la grammaire ou de la conjugaison. Je ne suis pas Bernard Pivot, et je ne prétends absolument pas que mes textes soient dénués de fautes ; mais j’estime qu’il y’a un minimum à assimiler (oula, excusez moi, j’utilise quasiment un gros mot, pour certains).

Quand on n’arrive pas à faire la différence entre « sa » et « ça », c’est déjà grave, d’autant que ce n’est pas compliqué. Mais quand je vois « ece ke » à la place de « est-ce que » ou pire, « et » à la place de « est », cela signifie que le niveau est très très bas.

J’ose espérer que le budget de la halde sera effectivement gelé, et j’espère réellement que ce genre d’informations, totalement inutiles et grossissant des propos totalement banals, cessent définitivement : il y’en a assez de cette bien pensance qui s’offusquent pour la moindre parole déplacée.

J’ai failli oublier : suite à ce dérapage d’envergure international, notre ami et littéraire cortex a publié une vidéo (une de plus) sur youtube : http://www.youtube.com/watch?v=pqe6g8OuXJ4

On remarquera sa grande verbe et l’on pourra faire l’éloge de ses arguments, toujours très profonds et respectueux.

Une vidéo qui agrémente très bien les propos de Florent Pagny : voulez vous réellement que vos enfants parlent comme ça ? N’avez vous rien à redire face à cette violence verbale irrespectueuse, dénuée d’arguments et d’une pauvreté de mots et d’expressions ?

Moi, je trouve cela inacceptable, et je ne veux pas d’une France, réputée pour son romantisme notamment, à la base, finir dans un tel ghetto verbal.

Olivier Pfister


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RACISME - ANTI-RACISME. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.