Pourquoi je soutiens Riposte Laïque

Publié le 5 octobre 2009 - par
Share

Les récentes attaques contre Riposte Laïque, et les accusations de « racisme » portées à son encontre sont l’occasion de clarifier certaines questions importantes. Comme beaucoup, j’ai été peiné de lire l’article de Mohamed Sifaoui, dont je respecte le courage. Celui de Caroline Brancher dans Prochoix relève d’un registre différent : l’auteur emploie, pour disqualifier Riposte Laïque, les procédés bien connus de l’amalgame et de la reductio ad hitlerum (ou ad lepenum), en accusant par exemple RL d’avoir adopté une position « intolérante » dans l’affaire Fanny Truchelut. Cette dernière, nous rappelle C. Brancher, a été soutenue par Philippe de Villiers et a osé invoquer pour sa défense la « tradition », deux crimes impardonnables aux yeux d’une certaine intelligentsia politiquement correcte ! Le mot tradition ayant visiblement une connotation « raciste » aux yeux des rédactrices de Prochoix, on se demande ce qu’elles attendent pour porter plainte devant la Halde contre tous les boulangers de France et de Navarre qui vendent encore des baguettes « tradition »…

Ces attaques sont d’autant plus regrettables qu’elles proviennent de personnes qui mènent, tout comme RL, un combat contre l’islamisme en France. Mais il semble qu’aux yeux de certains, la lutte contre l’islamisme soit une chasse gardée… Je regrette que les militantes de Prochoix aient choisi de jeter l’opprobre sur RL, au nom d’une conception très partisane de la lutte contre l’islamisme. Mais au-delà des querelles de personnes, cette polémique pose aussi des questions essentielles. Peut-on critiquer l’islam ? Ou alors faut-il se limiter au combat contre l’islamisme politique stricto sensu, en s’interdisant toute critique de la religion musulmane ? Cette attitude, revendiquée par Mohamed Sifaoui, me paraît peu réaliste.

Je ne pense pourtant pas, comme Jean Robin, que l’islamisme soit la même chose que l’islam. Ayant étudié la genèse du mouvement des Frères musulmans et leur implantation en Europe sous la houlette de la famille Ramadan – thème de mon livre Le Sabre et le Coran – je suis persuadé que la distinction islam / islamisme est pertinente et qu’elle a des justifications historiques. Daniel Pipes observe à ce sujet que les islamistes sont des occidentaux, souvent formés dans les meilleures universités américaines et européennes, et qu’ils ont parfois une connaissance très superficielle de l’islam. D’autre part, on ne peut comprendre l’antisémitisme virulent du discours islamiste sans analyser sa filiation avec le nazisme, qui apparaît notamment dans le manifeste de l’idéologue des Frères musulmans Sayyid Qutb, Notre combat contre les Juifs, inspiré jusque dans son titre par le bréviaire du nazisme, Mein Kampf.

En bref, on peut définir l’islamisme comme une idéologie moderne, qui utilise l’islam traditionnel comme substrat mais s’en distingue aussi par certains aspects. Cela ne nous interdit toutefois nullement de critiquer l’islam en tant que tel. Affirmer que l’islamisme est le seul problème est tout aussi erroné que de dire que l’islamisme n’existe pas. Car il y a aussi un problème de l’islam, inhérent à ses textes, à ses dogmes et à son histoire, comme l’ont montré Bernard Lewis ou Bat Yeor, pour ne citer qu’eux.

Cette polémique pose aussi la question de l’efficacité politique du combat contre l’islamisme. Faut-il n’accepter de combattre qu’aux côtés de personnes qui partagent les mêmes idées sur tous les sujets ? Une telle attitude serait à mon avis inefficace, voire suicidaire. RL incarne à mes yeux un pôle important de résistance à l’islamisme, précisément en raison du fait qu’il regroupe des acteurs – militants, citoyens, écrivains – venus de tous les horizons.

La résistance à l’islamisation de l’Europe ne pourra être efficace que si elle parvient à unir tous les courants d’idées et à fédérer les opinions politiques les plus diverses, comme le fit en son temps la Résistance au nazisme, et comme tente de le faire aujourd’hui Riposte Laïque. Il est illusoire de prétendre combattre l’islamisme en s’enfermant dans une chapelle politique ou idéologique, car ce combat ne concerne pas seulement les laïques, les chrétiens ou les homosexuels… Il concerne tous les hommes et femmes épris de liberté. C’est pourquoi je soutiens sans la moindre réserve Riposte Laïque.

Paul Landau

Ecrivain et chercheur, auteur de Pour Allah jusqu’à la mort, Enquête sur les convertis à l’islam radical.

Share

Les commentaires sont fermés.