Spectaculaire rétropédalage des indépendantistes catalans

Publié le 12 octobre 2017 - par - 28 commentaires - 1 222 vues
Share

La montagne a accouché d’une souris dirait-on après le discours tant attendu du président de la Catalogne, Carles Puigdemont.

Événement historique, annonce-t-il pourtant en préambule, s’adressant autant aux caméras du monde entier qu’aux Catalans eux-mêmes. Tant il est vrai que tout le monde attendait ce discours car il en allait de la Catalogne, de l’Espagne mais aussi de l’Europe occidentale. Le morcèlement de l’Espagne pouvait être le début d’une réaction en chaîne affectant la France et ses indépendantistes potentiels, la Belgique, déjà divisée en deux, mais aussi l’Italie qui prépare le 22 octobre un référendum  pour l’indépendance de la Lombardie et de la Vénétie,  la Grande-Bretagne chez qui Nicola Sturgeon, indépendantiste écossaise, n’a pas dit son dernier mot.  Et au final, de  l’Union européenne, censée maintenir la paix, bien embarrassée entre sa vocation première qui est de soutenir les Nations d’une part et son désir de ne pas se mettre Madrid à dos, d’autre part.

Les Catalans, l’Estelada, drapeau étoilé sur les épaules, étaient massés devant le parlement. Plus le discours de Puigdemont avançait, plus les mines étaient déconfites, car il devenait de plus en plus évident que Puigdemont se livrait à un exercice de rétropédalage.

Des déclarations passe-partout destinées à plaire à tout le monde. L’indépendantiste, qui n’avait pas hésité à organiser un référendum sans justification constitutionnelle,  se réclame maintenant de la démocratie. Qui pourrait être contre ? Enfin, ménageant tant bien que mal la chèvre et le chou, Carles Puigdemont proclame l’indépendance de la Catalogne… mais pas pour tout de suite. Il est urgent d’attendre. D’abord, proposons le dialogue avec Madrid. il eût été plus logique de le faire avant le référendum ? Ensuite, on voit mal quel espace de dialogue reste possible entre ceux qui veulent leur indépendance et celui qui la refuse.

Certains ont vu dans la posture de Puigdemont une volonté d’ouverture, une façon d’être du bon côté de la démocratie face à un Madrid qui aurait encore des relents du franquisme. Cela ressemble plutôt à une reculade de la part du leader indépendantiste qui n’a pas obtenu les soutiens francs qu’il espérait, ni de la maire de Barcelone, ni d’autres mouvements indépendantistes. Pas davantage de l’Union européenne.

Cette proposition de dialogue, c’est la tentative de Puigdemont, de  sortir de cette impasse sans perdre tout à fait la face en tentant de renvoyer la balle dans le camp de Madrid. Rajoy, ce matin, le met au pied du mur. Clarifiez votre position, dit en substance le Premier ministre, qui souligne ainsi cruellement le flou du discours de Puigdemont.  Déclarez-vous  l’indépendance de la Catalogne, oui ou non ?

Poser la question, c’est déjà apporter la réponse. Puigdemont s’est mis dans une situation difficile et difficilement tenable bien longtemps. S’il recule devant la déclaration franche de l’indépendance, que va-t-il bien pouvoir négocier avec Madrid que la Catalogne n’ait déjà ? Quelques aménagements fiscaux ? Cela fait vraiment piètre figure face aux désirs de liberté des indépendantistes soi-disant opprimés. Par ailleurs, comment va-t-il rester crédible aux yeux des indépendantistes qui, eux, hier soir, ne cachaient pas leur déception. A vouloir ménager la chèvre et le chou, on mécontente à tous les coups tout le monde. Aujourd’hui, il semble que ce soit Madrid qui ait l’avantage.

Puisque Puigdemont se voit sommé de préciser ses intentions, il devrait également définir quelles sont les limites géographiques et surtout historiques  de la Catalogne. Inclut-elle Valence, les îles Baléares, et pourquoi pas la Sicile et la Sardaigne qui furent catalanes un temps ? Souhaite-t-il annexer l’Aragon avec lequel la Catalogne a d’abord été liée avant de l’être à Madrid ?  Voudra-t-il, ce serait tout à fait cohérent – que la Catalogne française  intègre la nouvelle république catalane ?

Plus généralement, va-t-on détricoter ce que les rois d’Europe ont mis des siècles à  tisser ? Si, suivant l’exemple de la Catalogne, d’autres régions accèdent à l’indépendance, ne risque-t-on pas  de se retrouver devant une nouvelle Europe féodale, constituée d’un morcellement de  provinces,  tantôt alliées tantôt rivales, qui se verront obligées de passer de fragiles accords avec des provinces plus puissantes, sous les yeux d’un Bruxelles impuissant. Car ce n’est pas l’Union européenne, censée prévenir les guerres, qui sera capable d’apporter la pax romana.

Florence Labbé

Share

Poster un Commentaire

Notifiez de
800

Son attitude rappelle celle d’A. Tsipras qui a promis la lune aux Grecs après avoir fait voter un référendum hostile à l’Europe et a finalement mangé son chapeau face à Angéla Merkel, car tout se termine par le fric…Theresa May en fait la cruelle expérience.

Les 3 temps de la Valse !… Hésitation !
L’Europe des « Nations » se remet en marche péniblement, il va à reculons !

Politiquement, il est cuit ce Puigdemont. Qu’il est donc bête.
C’est bizzare cette facon de faire de la politique avec ses émotions et son égo. Ca bombe le torse comme deux toréadors qui s’affrontent. Déjà valls se mettant à hurler à l’Assemblee Nationale, et la hidelgo jusqu’au boutiste dans son délire..on comprend mieux pourquoi ils se sont joyeusement massacrés en 36 les Ibères.

Ce Cat Allah (Catalan) a une tête à claques,
Une tête de con
Et moi, émoi,
Je donne la claque aux chiens !

Vos arguments portent la marque d’une grande vivacité d’esprit …

On en arrive à une question qui devait fatalement se poser:
A quoi sert un » état nation » qui n’applique pas la préférence nationale( pour l’emploi, pour le logement, pour les aides sociales etc etc) pour ses ressortissants?
Et puis…fallait pas bombarder la Serbie pour que les immigrés albanais puissent obtenir l’indépendance du Kosovo!

Il n’y a plus « d’état nation » juste des gouvernements bidons qui obéissent à des fonctionnaires mondialistes non élus.Ces pseudos « états nations » ne servent à rien, ne protègent plus de rien, pas étonnant que certaine population envisage de s’en débarrasser!

ce mec est visqueux et il le porte sur lui ….

Barcelone est bonne quand la bourse sonne ! … Donc, quand les Catalans prennent des risques démentiels pour revendiquer leur identité, ils sont inconscients, et quand ils temporisent pour dialoguer, et éviter que la crise ne prenne une dimension plus dramatique encore, ils se dégonflent ! … En France, toujours cette obsession Jacobine que l’on transpose à des pays qui n’ont pas la même histoire … Qui est Rajoy? … Est il blanc comme neige ? …j’ai mis un lien dans une conversation en marge de l’un de vos précédents articles …

@benito barre toi en Catalogne, ici c’est la France et nous sommes jacobins à une écrasante majorité. Les indépendantistes sont vus comme des rigolos dans mon pays. N’espère pas importer ton conflit ici.

1) Je suis de nationalité 100% Française, né en France de parents Francais . 2) Ce n’est pas moi qui me mêle des affaires des autres. 3) C’est ton droit d’être Jacobin, mais tu n’appliques pas tes principes dans un pays étranger, sinon, il ne faut pas te plaindre d’être envahi à ton tour.

« En France, toujours cette obsession jacobine ». Qu’est ce que c’est que ce jugement, sinon de la transposition. Tu préfererais voir la France morcelée, dépecée, c’est ton souhait, mais pas le mien. Les catalans s’arrangent entre eux, ca les regarde. Moi je ne me mêle pas de l’affaire catalane, contrairement à ce que tu prétends, je te dis simplement « pas touche à l’unité de la France ».

Ne soyez pas étonné! Les français ne connaissent rien à l’histoire espagnole, alors la catalane… Pour eux, la Catalogne se limite aux plages et à Barcelone. Alors leur expliquer que la Catalogne a sa propre langue, que ce n’est pas un patois, rien que ça, c’est un exploit…

Vous savez quoi Eric? Que les Catalans parlent la langue qu’ils veulent, ca les regarde. Moi par contre, quand un petit catalan vient critiquer la France à laquelle il ne comprend rien historiquement, je l’envoie paitre en le priant de ne pas attaquer mon pays, et ce qui a fait son unité historoque, et de se mêler de ses oignons.

Hervé, la plupart des articles sur ce site, ainsi que la plupart des commentaires, ils sont quoi d’autres que des attaques contre un pays dont ils ne savent rien? Et le jacobinisme est une doctrine profondément anti-française : le centralisme, la destruction des langues et identités régionales ont bien préparé le mondialisme. Voyez quelles régions françaises envoient paître les islamistes : la Corse et la Polynésie. Des pays (mot qui a plusieurs sens) où les gens ne se sentent pas d’abord français. Le jacobinisme a bien plus détruit l’identité des peuples qu’il ne les a défendu. Et sachez que quand… lire la suite

Combien de mosquées en Corse? Moyenne d’âge des Corses et moyenne d’âge des Arabes vivant en Corse?
Idem pour la Catalogne. Le régionalisme ne protège pas au contraire.
Quant au plurilinguisme, ce n’est pas toujours un atout. Les Catalans apprennent le Catalan à l’école mais ils se rendent bien compte que leur langue n’a pas assez de rayonnement. donc ils apprennent l’espagnol.

Le « petit catalan », il est Bac +5, Français jusqu’au fond des tripes, diplômé d’une prestigieuse université Française, et il t’emm …

Pauvre cloche de bennito, j’adore ces petits indépendantistes de salon qui font la révolution ici ,de France où ils ont tous les avantages, y compris d avoir béneficié d’un scolarité gratuite aux frais du contribuable. Je me fous pas mal de tes diplômes qui ne t empêchent pas d etre un petit catalan d’operette se pâmant à l’idée de rejouer la guerre de 36. Va donc faire la révolution là bas, grand guerrier, et arrête de nous les briser, assume toi!!!!

Tout ce que tu sais faire, c’est éructer et injurier les autres derrière ton écran. Mais ton cerveau reptilien t’empêche de faire la moindre nuance. Je t’abandonne à tes plaisirs solitaires …

Evidemment, Podemos c’est quoi sinon une bande d’abrutis financée par l’internationale marxiste

Comment peut-on considérer ce referendum valable, ayant donné 93 % de OUI , alors que la moitié des catalans n’a pas voté …les forces de police ont empêché qu’il soit fait en toute impartialité !..

De toutes façons , les indépendantistes Catalan mènent un combat financé par l’éternel Soros qui, dans ce conflit ,comme d’autres ,finance la droite et la gauche pour que le feu prenne. Soros , comme tous les globalistes , acoquinés à l’islam, travaillent pour le chaos . Ils se proposeront alors comme solution aux maux qu’ils ont créé.( Voir Las Vegas et la prohibition des armes à feu .Désarméun peuple pour mieux le dominer .) Soros veut utiliser la Catalogne comme porte d’entrée des muzzlims sur l’Europe , l’affaiblir , puis , ex-sangue s’en approprier . Son no borders , c’est… lire la suite

Je combats les idées de Soros de façon certainement plus active que vous. Ce qu’il déteste le plus, c’est qu’un peuple veuille conserver une identité propre … Nous sommes dans un pays qui a fait élire le Président le plus en phase avec ses idées, alors qu’émergeait partout en Europe une volonté identitaire …

Stratediplo, auteur de la Neuvième Frontière

Pour mémoire tout de même, juste avant de présenter au parlement le résultat du referendum et de lui demander de suspendre les effets de la proclamation de l’indépendance, il a d’abord lu à voix haute l’article 4 de la loi 19/2017 attribuant au parlement la compétence et la responsabilité de déclarer formellement l’indépendance. Puis la présidente du parlement a levé la séance sans déclarer l’indépendance ni répondre à la proposition d’en suspendre les effets. A chacun son rôle.

Quand on ne veut pas comprendre… Puigdemont a très clairement proclamé l’indépendance et la suspension provisoire de sa mise en oeuvre pour une dernière tentative de négociation ; ladite négociation ne portant plus désormais sur l’indépendance, mais sur ses modalités: Madrid va devoir choisir entre un divorce à l’amiable ou pas. Rajoy joue à plus bête qu’il n’est. Au passage, Puigdemont montre qu’il n’est pas l’otage des gauchistes. Certains devraient se renseigner sur son parcours: ils comprendraient qu’ils ont affaire à un conservateur de droite, indépendantiste convaincu depuis son plus jeune âge et proche ami de Pilar Rahola ( je… lire la suite

Tête de soixante-huitard ridicule avec sa perruque façon « Beatles »… c’est évident qu’il est mort de trouille. Il croyait que l’Autorité n’existait plus et qu’il suffisait de trépigner en hurlant pour obtenir satisfaction. Mais voilà que se pointe le Paternel qui le menace d’un sacré coup de pied au cul et ce pauvre type s’écrase comme un morveux…
Les soixante-huitards sont nuls et trouillards.

Bien dit, Victor Hallidée..

tiens, il a une tête de beatles, en français, les scarabées.et je sais très bien ce que veut dire scarabée en langage occulte.puigdemont fait très bien le jeu de bruxelles, qui elle ne veut plus d états nations.surement des régions a sa botte, dans le grand cirque dictatorial européen.que crève cette soi- disant europe vermoulue, et ses commissaires qui n ont étés élus que par eux mêmes.un scandale.

wpDiscuz