A quand l’interdiction de la Noël pour satisfaire aux exigences musulmanes ?

L’école maternelle du Grand-Clos, à Montargis, dans le Loiret, a préféré renoncer à la venue du Père Noël plutôt que de prendre le risque «physique» de fâcher les parents musulmans ! Car fâcher des musulmans est aujourd’hui un risque «physique», et quand le «physique» s’en mêle…

L’autorité de la République a donc, une fois encore, reculé devant des exigences communautaristes !

Evidemment, madame la Directrice n’a pas manqué d’invoquer des raisons d’ordre budgétaire, à ce détail près qu’elle ne les aurait nullement invoquées si les parents musulmans lui avaient demandé de fêter la parole coranique, à grand renfort de tapis de prière et d’exemplaires du Saint livre généreusement distribués à la France de demain, le tout dans une salle chauffée où l’on se serait empressé d’ôter toute décoration représentant des êtres humains ou des animaux, afin de satisfaire aux normes coraniques !

Et voilà comment nous nous asseyons sur nos propres enfants de maternelle et leur belle innocence ! Et voilà comment on prépare les petits Français à n’être plus des Français libres et fiers de l’être ! Et voilà comment la lâcheté politique donne son aval à une religion qui n’accepte aucune culture, hormis la sienne ! Et voilà comment on superpose aux traits de Marianne les traits d’un visage voilé ou caché ! Et voilà comment on défigure tout un peuple ! Et voilà comment tout un peuple souffre, sans trop comprendre ce qu’il lui arrive ! Et voilà surtout comment on prépare l’explosion du «vivre-ensemble» car, à ce rythme, le peuple français finira par se révolter «physiquement» !

En attendant, petits et grands devront apprendre à se passer du célèbre «Petit Papa Noël» de Tino Rossi, du sapin traditionnel et de ses bougies, de la crèche et de son message d’espérance adressé à tous les hommes, des rues décorées d’enluminures, des marchés de Noël, des cochons roses en porcelaine que l’on vide à cette occasion pour offrir les jouets tant attendus, et même des «vacances de Noël», aujourd’hui rebaptisées «vacances d’hiver» pour ne point heurter la susceptibilité des fous d’Allah.

Mais tant que nous y sommes, pourquoi ne pas adopter tout de suite le calendrier musulman, supprimer les vacances chrétiennes, remplacer les prénoms français par des prénoms arabes, faire de l’arabe la langue nationale,  célébrer le «vivre-ensemble» en égorgeant des millions de moutons, interdire les humoristes et les libres penseurs, emprisonner les œnologues et leurs acolytes, et couper la main des voleurs, histoire de faire bonne figure ?

Jusques-à-quand allons-nous nous comporter de la sorte ? Serait-il vrai que nous ne voudrions plus de notre civilisation, de notre culture, de nos valeurs, en un mot de notre âme ? Ne comprenons-nous pas que nos traditions sont garantes de notre avenir, tant il est vrai que sans passé, l’avenir est un leurre ?

En politique, la vertu première est l’intelligence, et la vertu seconde le courage : il semble que nous les ayons perdues toutes les deux !

Maurice Vidal


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RIPOSTE LAIQUE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.