Robert Spencer aux « antifascites » allemands : « Vous êtes des esclaves qui cherchez l’esclavage ! »

Riposte Laïque, Résistance Républicaine et l’Alliance Stop à la Charia ont été invitées par deux organisations amies pour participer à un long week-end dédié à la critique de l’islam et à la solidarité avec les chrétiens persécutés. Cet événement a eu lieu à Stuttgart du 2 au 5 juin 2011. Ses initiateurs sont les responsables du site politiquement incorrect PI-News et le mouvement citoyen Bürgerinitiative Pax Europa (BPE).

Le premier acte fut une manifestation publique sur la place du château  (Schlossplatz). Les intervenants, dont plusieurs chrétiens arabophones, devaient délivrer des témoignages de ce que les chrétiens subissent comme persécution dans des pays musulmans. Je m’attendais à ce que ce soit une manifestation tout à fait normale, comme celle que les coptes et leurs amis avaient organisée en janvier à Paris . Autre pays, autres mœurs ! En Allemagne, les manifestants de gauche et ceux qui se nomment Antifa(scistes) sont si virulents et si fortement subjugués par la fameuse RATP (religion d’amour de tolérance et de paix qu’est l’islam) qu’ils sont déjà entrés en action pour la défendre ; de la même manière que des musulmans l’ont toujours fait : ils ne laissent plus parler en public ceux qui soutiennent les chrétiens et critiquent l’islam. Et ce n’est pas tout !

Pour vous donner une idée de cette obstruction musclée, le mieux est de vous présenter quelques extraits vidéos(1). Mais il fallait y être, le voir, pour le croire. On a de la peine à imaginer à quel point les idiots utiles à l’islam sont aussi virulents qu’au temps de la domination idéologique de l’Union Soviétique. M’étant fondu dans la foule, j’ai tenté d’expliquer que même si mes parents étaient musulmans, je suis d’avis que l’islam est un ensemble d’idées totalitaires et que mes parents ainsi que leur religion étaient dignes de critique. La seule réponse qu’on m’a opposée était : « Hau ab ! », « Déguerpis ! », le poing levé et les muscles bien bombés. C’est dire que l’islamisation des Allemands est autrement plus avancée que je ne me l’imaginais. Les mauvais esprits pourraient penser que Hitler est encore parmi nous et que, lui non plus, il n’aurait certainement pas renié une religion où le mec respectable est celui qui en impose à ceux qui ne sont pas virils ou n’adoptent pas cette attitude bien islamique. Sans parler de la haine des Juifs que véhicule cette idéologie religieuse.

A la tribune, les quelques propos que l’Américain Robert Spencer a pu prononcer au milieu d’un brouhaha indescriptible ne pouvaient plus aborder la persécution des chrétiens, mais seulement attirer l’attention des contre-manifestants sur leur propre soumission, sur leur propre esclavage qu’ils se préparaient, par eux-mêmes, afin que la domination musulmane advienne. Voici la transcription de sa courte allocution. Espérons et, surtout, faisons en sorte que ses propos ne soient pas prémonitoires  :

Discours de Robert Spencer

« Je suis venu des Etats-Unis pour soutenir la liberté, pour tout le monde libre ; contre les forces d’oppression et l’obscurantisme que vous représentez. Je suis ici pour soutenir ceux qui luttent pour les libertés qui permettent d’entreprendre ce que vous faites aujourd’hui. Non pas pour la violence et la haine, mais pour se soulever et contester, mais vous êtes incapables de soutenir un débat, vous ne pouvez soutenir la contradiction, vous essayez donc de nous jeter des bouteilles et de nous encombrer parce que vous êtes lâches, parce que vous savez que vous soutenez du vide, mis à part la passion, l’obscurantisme et la haine. C’est pour ces causes-là que vous êtes ici. Et c’est pour cette raison-là que je suis ici.

« Vous combattez pour la plus radicale des intolérances et pour l’idéologie la plus haïssable de notre planète. Partout dans le monde où vivent des musulmans et des non-musulmans, il y a conflits : les non-musulmans sont attaqués par des musulmans. Sans discontinuer, ils mènent la guerre aux non-croyants pour les assujettir. Vous êtes déjà soumis. Vous êtes déjà leurs idiots utiles. Vous êtes déjà un moyen entre leurs mains. Vous êtes à leur service. Et vous croyez que vous combattez pour la liberté. Vous menez un combat pour votre propre esclavage ! Vous luttez pour être assujettis. Et ça va arriver. Ça va vous arriver. Vous militez pour une idéologie qui interdit la liberté d’expression et, un jour, vous souhaiterez avoir la liberté de vous exprimer librement alors que vous essayez aujourd’hui de la museler.

« Vous militez pour une idéologie qui interdit toute liberté de conscience et qui vous tuera si vous n’êtes pas d’accord, ce que justement vous voulez déjà entreprendre, aujourd’hui. Vous militez au nom d’une idéologie qui ne reconnaît pas l’égalité des droits aux femmes. Toutes les femmes parmi vous seront un jour assujetties, esclaves, si vous obtenez ce que vous voulez. Vous militez pour la destruction des libertés dont vous jouissez. Vous militez pour votre propre défaite, de vos propres vies. Vous êtes des esclaves qui cherchez l’esclavage. Vous êtes les opprimés qui aimez l’oppression. Et vous pensez défendre la liberté. Vous êtes le peuple le plus fou et le plus funeste sur terre.

« Nous soutenons les droits de l’Homme pour tout le monde. Pour des chrétiens persécutés en Indonésie, au Pakistan, en Egypte et au Soudan,  comme  vous venez de l’entendre. Nous soutenons des personnes opprimées qui font face au jihad islamique ; partout dans le monde, en Israël et partout ailleurs. Ainsi, pour finir, je vous dirai : Vous devriez avoir honte ! »

Les soi-disant Antifa(scistes) brûlent, passent à l’acte et intimident

Pour se convaincre qu’ils sont bel et bien islamisés, voici quelques faits d’arme de nos preux « Antifas » allemands :

  • A la fin de la manifestation, les orateurs et leurs accompagnateurs ont été suivis par un groupe de personnes menaçantes qui ont ostensiblement relevé le numéro de plaque d’immatriculation de leur véhicule ; alors même qu’une partie des poursuivants avait été retenue par la police.
  • A trois heures du matin (du 3 juin), la camionnette de l’entreprise qui a monté l’estrade a été brûlée devant la maison de l’employé qui la conduisait.
  • La Fraternité Pie X dont les locaux aux alentours de Stuttgart devaient servir de repli pour une partie des conférences critiques de l’islam ont été encerclées par des groupes menaçants et prêts à en découdre.
  • Dans la même banlieue de Stuttgart où devait se tenir une convention régionale du parti Die Freiheit (La Liberté), l’hôtel Abacco prévu pour abriter cette conférence a été attaqué dans la nuit du 3 au 4 juin. Des vitres ont été cassées à coup de pierres et des tags menaçants auraient été peints sur ses murs (2).

Quant au bâtiment où les autres conférenciers critiques de l’islam ont été amenés à se replier, il a dû être choisi, en catimini, dans une zone industrielle (Stuttgart Weilimdorf) et encore ! : une présence policière permanente était nécessaire afin de sécuriser nos débats. Ces menaces et ces actes très graves ont eu raison de la suite des événements : l’association d’utilité publique BPE a été amenée à se retirer d’une manifestation prévue le dimanche 5 juin à Stuttgart. Il s’agissait de célébrer, comme aux Etats-Unis, l’Israel Day Parade.

C’est donc dans cette atmosphère, pleine de menaces, que Pierre Cassen, Christine Tasin et Alain Wagner sont intervenus pour expliquer, qu’en France, nous faisions aussi face à une coalition de fait entre des idiots utiles à l’islam et une conquête islamique bien avancée. Cette conquête qui prend ses aises dans l’espace public :

–        Par le fait de militants (et non de militantes) de la prosternation, occupant illégalement des rues

–        Par l’occupation de l’espace esthétique et visuel par des militantes (et non des militants) du voilement qui s’auto-excluent de cette manière tout en criant au loup de la discrimination

–        Par l’auto-ségrégation du halal dans les cantines, dans les hôpitaux, dans les prisons,  au supermarché… tout en criant au méchant loup « islamophobe ».

–        Par l’auto-exclusion des règles communes qui sont en vigueur dans les départements de gynécologie-obstétrique tout en criant « touche pas au corps de ma femme musulmane ! » (Caste des intouchables ??)

Et pendant ce temps-là, nos élites politiques continuent de trahir le peuple, de nous vendre pour quelque chimérique finance islamique, et ânonnent la chanson de « l’islam modéré » où « Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ! ».

En chantant, dormez braves gens !  Il est doux de cheminer vers le marché de notre propre esclavage tout en distribuant au peuple quelques pastilles d’opium ! L’Histoire retiendra tout de même que Frère Tariq a été le dealer le plus doué de sa génération. C’est dire que l’Egypte est tout de même LE pays d’origine de l’Ecriture sacrée (c’est à dire des Hiéroglyphes) et des très doués Frères Musulmans. Leur opium a finalement eu raison de Marx et de ses adeptes, aussi bien à Téhéran, à Paris  qu’à Stuttgart … Et au Caire in-cha-Allaaaaaaaaaaaah !

Pascal Hilout

P.S. : Je viens d’apprendre que Geert Wilders, élu démocratiquement dans sa très tolérante et multiculturaliste Hollande , ne pourra plus donner sa conférence dans les catacombes du Valais suisse. C’est dire que le suicide collectif de l’Europe est bel et bien annoncé, y compris au pays de Tariq Ramadan et d’Oskar Freysinger. Il est grand temps de résister et de ne pas baisser les bras face à l’islamisation bien avancée, en actes et dans les esprits.

___________________________________________________________

(1) – Quelques vidéos de la manif à Stuttgart le 2 juin 2011 :

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

(2) – Rappelons que René Stadtkewitz, président de ce parti, a eu droit, comme Oskar Freysinger, à une ovation inoubliable lors de nos Assises contre l’islamisation le 18 décembre 2010 à Paris. C’était aux cris de « Liberté ! Liberté ! Liberté ! »

Print Friendly

Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RIPOSTE LAIQUE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.