Après les Identitaires, la gauche Pol Pot veut dissoudre Civitas

Il y a décidément un divorce total entre ce qu’est devenu la gauche et la culture démocratique. Alors que le mur de Berlin est tombé depuis plus de vingt ans, les plus mauvais réflexes de l’époque communiste reviennent dans la bouche de nombreux anciens trotskistes qui, dans leur jeunesse, ont le plus combattu ce cancer du mouvement ouvrier qu’était le stalinisme.

Ainsi, lorsque les Identitaires sont montés sur le toit de la mosquée en construction de Poitiers, sans agresser personne, ni perturber le moindre office religieux (contrairement aux hystériques d’Act Up ou aux illuminées de Pussy Riot), il s’est trouvé Julien Dray et Harlem Désir, issus tous deux de la mouvance Sos Racisme, pour exiger ni plus ni moins la dissolution de l’ensemble de la mouvance Identitaire, maison mère et filiales comprises.

Bien sûr, jamais un mot sur les agressions de l’extrême gauche contre tout ce qui ressemble à des valeurs patriotiques, amalgamées à du fascisme. Bien sûr, jamais une protestation quand Nicolas Dupont-Aignan se fait virer d’un rassemblement devant l’ambassade de Grèce par les sbires de Mélenchon. Bien sûr, jamais un commentaire quand des apprentis Pol Pot empêchent Marine Le Pen de s’exprimer à l’université de Dauphine. Selon le jargon des jeunes années de Julien Dray, c’est sans doute de l’auto-défense ouvrière !

Dray-Désir ne faisaient que confirmer le verdict d’Alain Finkielkraut : « L’anti-racisme sera la communisme du 21e siècle ».

Quelques semaines plus tard, à l’occasion de ce qu’on appellera pudiquement les incidents de dimanche, ayant opposé le service d’ordre de Civitas aux militantes de Femen, qui, poitrine en avant, et munies de fumigènes et d’extincteurs, ont forcé les premiers rangs de la manifestation, on a droit au même refrain. Il faut dissoudre Civitas, coupable de s’être défendu ! Et le message vient de haut, puisque la porte-parole du gouvernement elle-même, la franco-marocaine Najat Belkacem, ose dire :  « Il n’y a aucune place pour les agressions d’extrême droite dans notre pays. » Cela signifierait-il qu’il y a de la place pour les agressions des nervis de Besancenot ou de Mélenchon…

Dans un autre registre, un vieil ami de Riposte Laïque, Eddie Ait, à présent secrétaire national du PRG (il ira loin ce petit) et toujours maire de Carrières-sous-Poissy, inquiet, réclame lui aussi la dissolution des méchants intégristes catholiques. Il est vrai qu’Eddie Aît, qui par ailleurs a rendu publique son homosexualité, préfère l’islam au catholicisme. Dans sa ville, il a offert un terrain presque gratuit aux musulmans, qui, sans doute par hasard, ont voté massivement pour lui aux dernières municipales. Il a prétendu défendre la laïcité en expliquant que le poisson n’avait plus sa place dans les cantines, le vendredi, et en déplaçant le ramassage des œufs de Pâques de 15 jours, pour ne pas heurter d’autres sensibilités. Voilà donc qui est ce brillant jeune homme qui, ne sachant sans doute pas le sort réservé aux homosexuels en islam, ose demander la dissolution de Civitas, sans n’avoir jamais rien dit des Frères musulmans, de l’UOIF ou des salafistes dont des milliers rêvent d’imiter Merah. Courageux contre les catholiques, mais pas téméraire contre les islamistes, le camarade conseiller régional.

Dans un autre registre, on trouve des députés socialistes peu connus, comme Yann Galut et Jérôme Guedj, élevés au biberon chez Mélenchon et sa mouvance. Voilà ce qu’ils ont vu : « Outre des slogans particulièrement déplacés contre l’ »homofolie », le défilé a donné naissance à une déferlante de haine lorsque des contre-manifestants pacifiques ont abordé le cortège. »

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=SsSr0N2-fCo&feature=player_embedded

Là, on fait dans le grandiose ! Il faut oser. Au niveau réécriture de l’Histoire, cela nous rappelle les nazis accusant les communistes de l’incendie du Reichstag.  Il est vrai que le grand démocrate Mélenchon voulait faire interdire le Front national. Il ne voyait dans ce pays aucun problème avec l’islam, et il en est encore à regretter la victoire de Charles Martel à Poitiers. Laval disait : « Je souhaite la victoire de l’Allemagne », Mélenchon et ses disciples pourraient dire : « Nous souhaitons la victoire de l’islam », tant est grande leur volonté de briser toutes les structures de résistance à l’islamisation de notre pays, qu’elles soient patriotiques, identitaires, laïques ou chrétiennes.

Tous ceux qui veulent dissoudre les Identitaires ou Civitas, voire faire fermer Fdesouche, Riposte Laïque ou d’autres sites résistants, ne sont, bien qu’anciens trotskistes pour la plupart, que les héritiers nostalgiques de Staline, Mao ou Pol Pot, dont ils ont adopté la même culture, la même intolérance, les mêmes mensonges, les mêmes manières de calomnier tout opposant en le traitant de fasciste.

Il n’y qu’une différence. Leurs idoles ont été au pouvoir, et mis en place leur programme, en exterminant des millions d’opposants. Pour le moment, les Dray-Désir-Mélenchon doivent cohabiter avec des principes démocratiques, et se contenter de minables demandes d’interdiction, au lieu des camps de rééducation et des goulags dont ils rêvent.

On comprend leur impatience et leur frustration…

Martine Chapouton

Print Friendly

Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans CETTE GÔCHE N'EST PLUS LA GAUCHE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.