Tous les assassins musulmans sont si gentils…

Publié le 30 juin 2015 - par - 1 263 vues
Share

TCHODjihadistePsyNous avions Mérah, un gentil garçon d’après ses voisins, Nemmouche un modèle d’homme, les frères Kouachi, deux braves p’tits gars, Coulibaly, un garçon tout à fait fréquentable, Ghlam un étudiant sans histoires, nous voilà maintenant avec Salhi, un bon père de famille travailleur. D’après sa femme, un musulman normal qui faisait son ramadan normal. Il est donc normal qu’il accomplisse son devoir de musulman normal. Aussi bien que ceux-là, tu meurs… la preuve !

Pour commenter le dernier mauvais coup en date, nous avons eu droit à l’inévitable Dounia Bouzar, propagandiste de bazar, l’éternelle invitée des chaînes de télé, qui est venue nous répéter ce qu’elle avait déjà dit à l’occasion des autres attentats, soit que l’islam c’est pas ça, que c’est à l’opposé de la religion de paix et d’amour telle que l’a proposée Mahomet dans le Coran, son chef d’œuvre éternel. Bref, le numéro habituel de takkya propagandiste de l’Islam encouragé par les politicards. Elle a déclaré que les salafistes ne sont absolument pas dangereux. Pour nous le prouver, elle n’a qu’à se convertir au christianisme et en faire la promotion dans les médias. Elle verra bien ce que les gentils salafistes lui feront. Son look de musulmane parfaitement intégrée dans la République, bandana au lieu du foulard, cheveux blonds au vent, lui permet de faire du prosélytisme à peine déguisé pour sa religion : « voyez comme je suis libre, il n’y a pas de contrainte en religion »… Glissons !

Les politicards sont venus s’en mêler. Le discours n’a pas changé. A droite, on commence à récupérer le « fait divers » pour commencer à infléchir le discours tolérant tenu jusque là. A gauche, on sent une petite gêne, mais pas de changement de discours : Hollande dit que nous ne sommes pas en guerre contre les musulmans. Il a raison, c’est l’Islam qui est en guerre contre nous. Enfin le discours varie un peu quand même, parce qu’au PS on demande aux musulmans de changer d’attitude, ce qui paraît impossible car ça reviendrait à désobéir à Allah et à modifier le Coran dont on ne peut changer une seule virgule sans le dénaturer. Là, on demande aux musulmans de supprimer des dizaines de versets, excusez du peu. Hollande n’a pas même osé prononcer le mot islam. Le FN lui, n’a pas changé de discours, et c’est pour ça que les sans dents et autres éclopés de la République le rejoignent de plus en plus nombreux.

Nous pouvons proposer aux politicards, de droite comme de gauche, de se convertir à l’Islam : c’est fastoche, il suffit de réciter trois fois la shahada en présence d’un imam, et te voilà promu musulman sans avoir suivi une formation de régression intellectuelle. Ceux qui ont fréquenté l’ENA n’en ont de toute façon pas besoin. Tu peux chanter « shahada babda, Allh est grand, shahada bada voilà l’calbar… (cri de guerre des terroristes) », sur l’air de la chanson du film « Un homme et une femme ». Pardon, je voulais dire un homme et sa moitié, à moins que tu en aies déjà plusieurs.

Marc Larapède

Share

Les commentaires sont fermés.