Au nom de la démocratie, ils veulent priver de financement les députés européens populistes

Plus d’un quart des députés européens appellent à la suspension du financement des partis et autres formations composés à Bruxelles par les élus du Front National et leurs alliés européens. 150 socialistes, 40 libéraux (sic), dix-huit écologistes et une poignée de conservateurs ont signé cet appel.
Selon le président du groupe socialiste du parlement européen, Hannes Swoboda (Liberté en tchèque) « les formations d’extrême droite bafouent les valeurs fondamentales de l’Union Européenne : elles ont le droit d’exister, mais sans le soutien des fonds européens ».
Ces gens sont trop bons, ils accordent malgré tout le droit à l’existence.
Ainsi du FN en passant par les démocrates de Suède, le FPÖ autrichien, l’UKP de Nigel Farrage, le parti du peuple Danois, etc. Ils aiment trop leur nation, il faut les punir.
Il s’agit de préparer les élections européennes de 2014 de la même façon qu’Hollande fait appel aux immigrés, surtout maghrébins et sub-sahariens pour les municipales de 2014. De plus en plus d’entrées sur le territoire, de plus en plus de naturalisation-quick.

Voici comment un pseudo-sociologue allemand, Hans-Gerd Jaschke, membre d’une des nombreuses « associations » payées par l’UE, nous met en garde contre la tentation populiste.

« Par “extrémisme de droite” nous entendons en particulier des objectifs visant à supprimer l’individualisme au profit d’une communauté nationale, collectiviste et ethniquement homogène dans un État national fort et qui, en ce sens, rejettent et combattent résolument le multiculturalisme. Voilà ce que pose le politologue et
spécialiste de l’“extrémisme de droite, Albert Scharenberg qui parle très pertinemment d’une ‘ethnicisation du social’. Derrière tout cela se cache le spectre de la ‘société multiculturelle’, la mise en péril de l’identité propre, le cauchemar de l’empreinte étrangère dans son propre pays » – et enfin la vision d’horreur d’une ‘islamisation [rampante] de l’Europe’. La présence officielle de l’islam et de ses adeptes – qui se manifeste notamment dans la construction de mosquées avec minarets (!) ou le port de vêtements traditionnels – est particulièrement horripilante pour les populistes de droite. Récemment, ce sentiment de menace issu de l’étranger, généralement assez diffus, ainsi que certains ressentiments et préjugés d’origine culturelle ont été utilisés très habilement pour dénoncer le ‘caractère rétrograde de l’islam’ et son oppression des femmes, comme si la promotion des intérêts des femmes faisait partie des priorités de la politique populiste de droite”.

http://library.fes.de/pdf-files/bueros/paris/08105.pdf

Il est vrai que le mariage des homosexuels et la PMA ainsi que la GTA (comme le disait fort justement le socialiste Pierre Bergé « louer ses bras comme ouvrière où son ventre comme mère porteuse, c’est la même chose »), les salaires des femmes, la façon dont des conducteurs musulmans de la RATP traitent les femmes, culturellement et physiquement européennes, sans êtres sanctionnés, les aides sociales accordés en priorité aux familles immigrées (en France, 600 milliards d’euros par an pour les “aides sociales”) sont des éclatantes illustrations de l’amour de la gauche pour les femmes, d’ailleurs ils ont mis une femme d’origine marocaine, Najat Belkacem, pour occuper le ministère chargé du droit des femmes, c’est dire par prétérition, ce que les socialistes pensent des femmes.

http://ripostelaique.com/madame-belkacem-vous-devez-soutenir-les-femmes-de-la-ratp-maltraitees-par-des-islamistes.html

Et si les peuples européens ne voulaient plus du multiculturalisme, c’est une question que le parlement européen se refuse d’entendre. Pour le parlement européen, les peuples européens ne veulent pas de “l’hydre fasciste”, c’est d’ailleurs pour cela que Hollande a décidé l’intervention française au Mali, pour lutter contre “l’hydre du terrorisme et de la criminalité” ce n’est pas la faute de Hollande si ce sont des islamistes.
Mais revenons à nos moutons députés européens. Pour Madame Pervenche Bérès, député européen, socialiste française et bien sur signataire de cet appel : “Il est quand même schizophrénique de donner de l’argent européen à des partis anti-européens”.
En suivant cet argument extraordinaire, nous pourrions lancer un appel, car il serait quand même schizophrénique de donner de l’argent à des députés français qui se prononce contre le peuple français, comme tous les députés de gauche, c’est vrai ; un peu de cohérence.
Nous savons que derrière cet appel se cache le désir d’un monstre européen, représenté en France par l’UMPS, d’instaurer la dictature du bien où n’auront le droit de vote que les immigrés et les bobos.
Un vote censitaire qui n’ose pas dire son nom. Le plus extraordinaire, c’est que ces partis qui appellent “antisémites” les partis populaires sont les premiers à donner de l’argent aux “malheureux peuple palestinien, sous le joug de ces ‘salauds de sionistes’, effectivement dans la doxa social-démocrate libérale, il ne faut plus dire sale juifs, mais salauds de sionistes, et il est de bon ton de cracher sur Israël.
Donc, exigeons que pas un seul centime d’euros n’arrose les députés français qui ne défendent pas les Français.
Aux élections européennes, en 2014, je voterais populiste, c’est-à-dire pour ceux qui osent parler du peuple sans prendre de pincettes.

http://www.cnrtl.fr/definition/populisme

“Salauds de pauvres” qui par leur attitude anti-immigrationiste, anti-multiculturaliste, justifie le glissement progressif vers la dictature de la bien-pensance. Celle-ci ne produit, bien sûr, que du refoulement, qui ne peut comme l’écrit Lacan que faire retour sous cette forme communément intitulée : le retour du refoulé.
C’est à dire l’expression populaire de refus du mépris des classes dirigeantes et des professeurs de vertus, ceux qui ne fréquent que des « bordels vertueux ».
La démocratie ne peut être fondée que sur la nation, la représentation populaire ne peut être fondée que sur l’élection, et non sur une élection remise en cause car elle ne plait pas au gouvernement (voir Sarkozy en mai 2005, sur le traité constitutionnel européen et son refus par 57,87% des français).
Pas de droit de vote sans citoyenneté, pas de misérable petits arrangements pour contourner la représentation parlementaire comme le propose la gauche au parlement européen, car qui nous dit que demain ce n’est pas au pays qui ont mal votés qu’elle ne refusera pas les crédits européens que ceux ci doivent toucher.
D’ailleurs elle à déjà réussi en partie les deux premiers coup d’état européen, en Grèce avec la mise en place du gouvernement Papademos et en Italie avec la mise en place du gouvernement Monti.

http://www.contretemps.eu/interventions/gr%C3%A8ce-coup-%C3%A9tat-europ%C3%A9en-face-soul%C3%A8vement-populaire

Voici comment la « vertueuse » Europe, s’occupe du bien des peuples , comme nous le dit ici, Nigel Farrage de l’UKIP, parti populaire anglais :

http://www.dailymotion.com/video/xbcl01

http://www.dailymotion.com/video/xbcl01_nigel-farrage-la-nature-de-l-union_webcam#.UQ5rwloX75

Lazare Zylbergleitt


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans NOUVELLE EXTREME DROITE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.