Aulnay : si une militante voilée peut exercer la médecine, sommes-nous encore en France ?

Aulnay-sous-Bois va très prochainement se doter d’une femme-sandwich, une femme médecin voilée, 100% halal, une femme qui compte faire de son cabinet une terre d’islam (http://fr.calameo.com/read/0007627816ef7440fb022) (p21).

Nouveau médecin à Aulnay

Car même si son serment lui impose de soigner tout le monde sans distinction, qu’en sera-t-il dans les faits ? Les malades non musulmans comprendront que le cabinet d’Aminata Dukuray n’est pas fait pour eux, qu’ils y sont indésirables, puisque c’est le coran lui-même qui exige de les considérer comme des êtres méprisables et vils.

Une foule de questions s’imposent. Par exemple, cette dame demandera-t-elle à ses patients d’attendre qu’elle ait fini ses cinq prières ? Car une bonne musulmane est obligée de faire ses cinq prières journalières, c’est la volonté d’Allah. Comment ça va se passer ? Et comment feront les hommes, musulmans ou non ? Devront-ils se dévêtir devant elle ? Faudra-t-il que des assistants témoins soient présents durant la consultation pour préserver son honneur ?

Comment croire à la crédibilité d’un médecin qui considère l’être humain comme étant de création divine, alors que le corps médical, par essence, rejette ces superstitions pour se baser uniquement sur les faits scientifiques ?

Et si un jour une épidémie d’e-coli provenant de viande halal se déclare, quelle sera son attitude ? Conseillera-t-elle à sa patientèle de cesser de consommer une viande abattue sans étourdissement ou choisira t-elle de s’en tenir aux ordres d’Allah qui exige de ne manger que cette viande ?

N’est-il pas illogique pour un médecin nécessairement familier de chaque recoin du corps humain de considérer que la zone capillaire serait finalement moins montrable qu’un bas ventre ?

En arborant ce voile prosélyte, ce « seif-al-islam », ce toubib clame à qui ne veut pas l’entendre sa totale soumission à un dogme et impose à ses patients d’y être confrontés. Mme Dukuray se considère comme supérieure et plus pure que les autres femmes, hormis les autres femmes voilées aussi pures qu’elle. Elle exprime par son accoutrement gadget basé sur la seule apparence physique (alors que la foi authentique n’a besoin que de l’esprit pour exister) que sa religion passera quoiqu’il arrive avant toute autre considération, même médicale. D’ailleurs, si elle a choisi d’exercer à Aulnay, c’est aussi pour sa future grande mosquée… Voilà qui en dit long.

Nous n’avons pas à connaître les opinions et croyances de ceux qui nous soignent. Imaginerait-on un médecin arborant ses opinions politiques sur un veston imprimé « Sarkozy est le plus grand ! » ? Ce serait le tollé. Et pourtant, quelle est la différence ?

Les malades qui ne souhaiteront pas passer entre les mains d’une fondamentaliste extrémiste auront l’obligation d’aller se faire soigner ailleurs, un peu plus loin, jusqu’à ce que cet ailleurs soit à son tour devenu territoire islamique. Nous sommes bien dans le grand remplacement évoqué par Renaud Camus, ce remplacement qui peu à peu pousse les autochtones à l’exil, à l’exode, pour faire place aux nouveaux venus islamistes.

Le maire d’Aulnay, Gérard Ségura (PS) avait d’ailleurs évoqué ce phénomène en 2010, suite à une polémique sur le halal dans les cantines scolaires de sa ville, il constatait qu’il y avait « de plus en plus de familles qui ne mangent pas de viande et dont les enfants ne mangent pas de viande à table » et avait dû prendre des mesures pour modifier le règlement municipal.

Et l’on viendra encore après ça nous rétorquer qu’il n’y a pas d’occupation, d’invasion ?

femmes voilées Aulnay

Les nouvelles habitantes d’Aulnay, femmes et fillettes voilées. Où sont les autochtones ?

En cherchant des précédents, je suis tombée sur un site fort instructif répertoriant les médecins fréquentables de Seine-St-Denis en fonction de leur origine, de leur religion ou de leur tolérance à l’islam. Sont marqués du sceau du bannissement ceux qui semblent défavorables aux tenues prosélytes (1).

Nous avons notamment :

- les mécréantes favorables ou indulgentes vis à vis des islamistes voilées :

A Aulnay : «  habituée a recevoir des femmes et des muslima al hamdoulillah c’est la seule femme medecin de la cité donc elle sait qu’on va la voir pour ca » ; A Montfermeil : «  pas de souci avec les soeurs en jilbeb, elle n’a pas de préjugés » ; A Drancy : « elle est très gentille machAllah , pas raciste » ; A Clichy-sous-Bois : « aime beaucoup papoter lol, mais généralement sur la religion ce qui est bien pour faire la da3wa » ; A Villepinte : « mon mari lui a dit 1fois qu il serrait pas la main aux femmes… elle a pas été choquée. elle tend meme plus sa main »

- les tolérantes originaires des régions musulmanes qui savent préserver leurs patientes de la proximité des hommes (ségrégation dites-vous ?) :

A Stains : « elle n’a pas été retissante à mon sittar, elle me parlait normalement, c’est une arabe » ; Aux Lilas : « femme algerienne, … elle fesait le ramadan machallah, elle sinteresse a la religion elle ma meme demandait ou je faisais coudre mes jelbabs » ;

- les mâles quand même fréquentables :

A Gagny : « Certes c’est un homme mais vraiment très doux avec les enfants » ; A Sevran : « il me pose des qestions qand j’ai circoncis mon fils il été épaté et que c’était du bon travail il ma posé des qestions sur la circonsision » ; A Montfermeil : « pour les freres ya le docteur B…. il ma meme pas touché il a écouté ma respiration sans meme posé la main sur moi et il a pri ma tension c’est tout! » 

- et les méchantes, forcément racistes et islamophobes :

A Gagny : « trop mechante on se croirait à l’armée elle n’aime pas les voilées » ; A Montreuil : « mon fils a failli mourir a cause de son incompétence (islamophobie????) »

Pour ceux qui douteraient encore, les faits sont là, implacables, le voile s’installe avec force, avec son lot d’arriération et de régression religieuse. Les mécréants s’effacent face à cette ignominie, renoncent à défendre leur liberté de conscience pourtant constitutionnelle, laissant l’islam poser ses valises et sa charia dans notre pays, dans nos villes, dans nos villages. Plus un seul morceau de notre territoire n’est épargné.

Les médecins hommes cessent de toucher leurs patientes et se contentent de les consulter de loin, les médecins hostiles à l’infériorisation des femmes sont dénoncés (comme aux heures les plus sombres…, vous connaissez la suite), accusés non seulement de racisme, mais encore plus grave, d’être des criminels ! C’est ainsi que peu à peu, une fois les autochtones poussés dehors, les musulmans peuvent instaurer leur loi, leur charia, imposer tel ou tel médecin en fonction de son seul degré de foi.

Finalement c’est simple, le bon médecin est celui qui s’exprime en arabe, parle de religion, de circoncision, de jilbeb, et le mauvais médecin c’est celui qui ne donne pas l’impression d’adhérer pleinement au dogme islamique, le médecin haram, le halouf.

Et la compétence, la qualité des soins dans tout ça ? Des considérations qui passeront toujours après la charia. Un musulman, modéré ou radical, sera toujours d’abord musulman avant d’être quoi que ce soit d’autre.

Caroline Alamachère 

(1) http://oummietmoiannuaire.forumsactifs.com/t14-medecins-dans-le-93-seine-saint-denis


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RIPOSTE LAIQUE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.