Auteur : Aude Alajoie

Je ne retrouverai la sérénité que lorsque les envahisseurs auront quittés mon Pays, de gré ... ou de force ! Sinon, comme Olympe de Gouges je préfèrerai mourir la tête haute, plutôt que me prosterner devant eux.