Carcassonne : Camal Benchouma voulait « pisser à la raie » d’une « sale française » de magistrate

Bien que datant de juillet dernier, je ne peux résister au plaisir de vous livrer cette petite information réjouissante, relevée ce jour, lors d’une incursion sur le site de la Dépêche du Midi, à la recherche de faits divers spécifiques à ma région. http://www.ladepeche.fr/article/2012/07/05/1394186-il-voulait-pisser-a-la-raie-d-une-magistrate.html.

Au premier abord, il s’agit d’un fait divers, hélas banal bien que plutôt révoltant, au regard des propos outranciers et orduriers tenus par le prévenu à l’égard d’une magistrate, car enfin on peut ne pas être d’accord avec le réquisitoire d’un Procureur de la République, il y a néanmoins des formes à respecter dans un tribunal, notamment dans le choix du langage et de la tenue… ce que manifestement ce jeune homme de 20 ans (quelle tristesse) ignorait tout à fait.

Pourtant, information encourageante parce qu’au delà de l’aspect sordide de l’incident, il est trois détails importants à relever :

- Première constatation : le nom du contrevenant est clairement mentionné par le journaliste (il est vrai qu’il s’agit ici d’un journal local et non d’un des « fleurons » de la presse nationale, vendue au pouvoir et au fric) bien que Camal Benchouma, veilleur de nuit carcassonnais travaillant à Gruissan, soit manifestement ce que certains citoyens  décervelés et malhonnêtes, veulent à tous prix nous vendre pour des « chances pour la France »… A la Dépêche, pas de » Vladimir alibis », on a pas peur d’appeler un chat, « un chat », le tout enrobé d’humour et c’est tant mieux !

- Deuxième constatation : le « héros » est présent ce jour-là au tribunal correctionnel en raison de la comparution de son frère Fouad, pour des faits de violences sur des gendarmes, à Narbonne, et quand celui-ci se voit condamné à 15 mois fermes, Camal s’insurge et, selon la version présentée par la présidente, Noëlle Asselain, menace le substitut du procureur en ces termes :« Qu’est-ce que tu as, toi, à me regarder ? Je t’ai vu, je t’ai bien vu, je te retrouverai. » Puis, dans le chahut qui s’ensuit, il lance à l’adresse d’une magistrate assesseur venue pour tenter de dompter l’énervement général :« Je te pisse à la raie, sale Française ! »

A l’évidence, deux frères mal éduqués, voire pas du tout, et contrevenant gravement aux règles du « bien-vivre ensemble », dont nous gave la bienpensance, politique, journalistique ou boboïste.

Nouvelle preuve selon moi, et si besoin était, du haut degré d’incivilité de ces jeunes issus de l’immigration (qu’ils soient de première ou deuxième génération) vis à vis des institutions françaises, quand bien même ils se prétendent eux-mêmes « français », mais nous le savons tous parfaitement, uniquement quand ça les arrange !

A noter pour être tout à fait honnête, qu’à défaut d’assimiler nos lois, règlements, us et coutumes… qu’ils adorent fouler aux pieds, ils n’ont eu aucune difficulté en revanche, à faire « leur » une des expressions du vocabulaire français, dont il n’y a justement pas lieu d’être fier.

- Troisième constatation enfin, qui ne manquera pas de réjouir les patriotes lecteurs de R.L. : d’une part le verdict de15 mois fermes pour Fouad, rendant vraiment justice aux gendarmes est déjà tout à fait exceptionnel, et d’autre part, le verdict de UN mois ferme pour Camal, prononcé par ce Tribunal correctionnel est si peu usuel dans de genre de fait, qu’il m’a semblé utile de le relater, ce qui ne peut que remonter et soutenir le moral des troupes, grandement mis à mal depuis un certain 6 mai 2012.

Habitués que nous sommes à voir au contraire bien des innocents patriotes promptement jugés et condamnés à des peines injustes, pendant que la haineuse Taubira vide les prisons de véritables crapules multi récidivistes, avec du syndicat de la magistrature, cette information m’a grandement revigorée en témoignant que justement tous les magistrats ne sont pas encore vendus au système et que certains ont encore le courage de prononcer des jugements honnêtes et justes.

Bien évidemment, comme nous y sommes habitués dans ce genre de situation, le « gentil petit Camal » s’est répandu en protestations d’innocence , réfutant absolument ces outrages et menaces « Pourquoi j’aurais dit sale Française ? Je suis Français moi ! J’ai fait l’armée. Je me suis énervé, certes, j’ai crié fort : c’est pas juste ! ».

Pôôôvre petit, encore une malheureuse victime d’affreux racistes souchiens, ne sachant quoi faire pour ternir l’honneur d’un innocent jeune homme, en lui prêtant des propos qu’ils n’oserait même pas penser …

« Son avocat, Me Laredj, soulèvera bien le déséquilibre entre la parole pot de terre de son client contre celle, pot de fer, de trois magistrats …avant de demander une amende, voire un stage de citoyenneté plutôt que les « un ou deux mois ferme et placement en détention » réclamés par le procureur de la République, Antoine Leroy. En pure perte : le tribunal, jugeant que la prison constituait la meilleure surface de réparation de l’outrage, a donc suivi ses réquisitions. »

Alors, au risque de gravement compromettre mon karma dans ma prochaine vie, je fais fi pour une fois, de la compassion recommandée aux sympathisants bouddhistes, pour applaudir avec enthousiasme la haute valeur symbolique de ces deux condamnations, hélas trop rarement répandues en ces temps ou « des fous de dieu » réussissent à inverser nos valeurs et par la peur qu’il y font régner, détournent carrément nos lois dans certains prétoires.

Josiane Filio


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RACISME - ANTI-RACISME. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.