Casher : les juifs ne sont-ils pas les premières victimes d’un combat contre l’expansionnisme musulman ?

Depuis longtemps, je publie des articles de Riposte Laïque dans les infos de la Loge Hatikva du B’nai B’rith. Je ne suis donc, en aucun cas, hostile à votre combat pour la laïcité, bien au contraire. 

Mais je dois constater que nous, les Juifs, sommes les premières victimes, d’un combat légitime contre l’expansionnisme musulman. A cause de ce combat, nous devrions renoncer aux rares exceptions aux lois républicaines qui nous sont consentis depuis que ces lois ont été promulguées. 

Jusqu’ici nous pouvions nous promener librement dans les lieux publics en portant une kippa, un bien modeste signe d’appartenance à une religion. Encore que je doive remarquer que les ecclésiastiques catholiques de haut rang la portent aussi.

Nous pouvions consommer de la viande issue de l’abattage casher sans que quiconque y voit un inconvénient, et pourtant, il était fréquent que les quartiers arrières des bovins étaient vendus en dehors des boucheries casher. Je me souviens même de boucheries qui vendaient à la fois de la viande casher et de la viande provenant de bovins abattus de façon classique. Je ne pense pas que ces boucheries aient perdu leurs clients non ,juifs! 

Les Juifs n’ont jamais remis en cause le principe de la laïcité. 

Afin justement d’éviter de confondre l’abattage casher et l’abattage halal, il faut s’élever contre les arguments fallacieux concernant la façon dont le premier est pratiqué. Pour le casher et contrairement au halal, il existe des règles concernant aussi bien l’obligation de faire subir à l’animal une souffrance minimum que  des règles fixant des précautions évitant que la viande risque d’être contaminée d’une façon ou d’une autre.

Finalement, ne faudrait-il pas demander à ceux qui ont des préjugés concernant la souffrance de l’animal et l’hygiène dans l’abattage casher de se renseigner, auprès du rabbinat par exemple, sur la formation, les obligations du sacrificateur avant d’émettre des critiques sur ce sujet? 

En 1995 des membres du B’nai B’rith ont suscité une étude scientifique qui a démontré que l’abattage casher minimisait la douleur ressentie par l’animal. Je peux vous faire parvenir ce dossier si vous le désirez. 

Je reconnais que faire une loi qui viserait à contenir l’expansionnisme de l’islam sans toucher aux acquis dérogatoires du judaïsme est compliqué.

Gérard MARX

Print Friendly

Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans DEBATS LAIQUES. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.