Comment peut-on dire « non » aux Identitaires, et « oui » aux Identitaires musulmans ?

Comme c’est étrange !  La France se sécularise (1), et cependant l’islam fondamentaliste est en pleine expansion, notamment chez les jeunes Français musulmans : 90 % d’entre eux respectent les prescriptions alimentaires et le ramadan, se rendent quotidiennement à la mosquée, privilégient l’éducation coranique et le mariage religieux !

La France se sécularise, mais le «vivre-halal» se développe, tant par la tenue vestimentaire que par des prescriptions morales en rupture avec les valeurs occidentales, jugées impies ! D’où la surveillance des femmes, dont la sexualité doit être conforme aux prescriptions de la communauté musulmane, ce qui implique, outre un corps aux formes invisibles dans l’espace public, une virginité exemplaire et le mariage intracommunautaire : si l’un des deux futurs époux n’est pas musulman, il devra se convertir !

Bref, la France se sécularise, mais de plus en plus de jeunes Français musulmans revendiquent l’identité musulmane comme leur seule identité – qu’ils affichent au grand jour, y compris dans son antisémitisme le plus virulent !

Tels sont les nouveaux Identitaires !

Evidemment, pas une voix ne s’élève contre ces Identitaires-là, car eux ont le droit d’être ce qu’ils sont, puisqu’ils ne sont ni «racistes», ni «fascistes», ni «xénophobes» ! Ce sont juste d’authentiques candidats à l’intégration républicaine… que la République a rejetés ! Autrement dit, les inégalités, la ségrégation, les discriminations (auxquelles s’est ajoutée la crise économique) sont venues à bout de leur volonté d’intégration !

Et pourtant, n’en déplaise à de nombreux spécialistes de cette question, les facteurs socio-économiques sont loin d’expliquer à eux seuls l’attachement identitaire des jeunes Français musulmans. Car ces facteurs ne jouent comme force identitaire qu’en vertu d’une force immigrationniste doublée d’une force cultuelle immuable et surpuissante dont on commence à prendre la mesure ! Sans ces deux forces, en effet, et en particulier sans la force cultuelle, les jeunes Français musulmans se seraient intégrés depuis longtemps aux valeurs de la République, comme ont réussi à le faire les immigrés juifs et chrétiens.

Voilà les raisons pour lesquelles les immigrationnistes ont tort : tous pensaient que la nouvelle génération musulmane s’éloignerait de l’islam, et, par suite, se laïciserait d’elle-même. Or, la nouvelle génération musulmane soumet (2) les lois de la République à la Parole d’Allah !

Mais si les immigrationnistes pensaient cela, c’est bien qu’ils ne pensaient pas (et ne pensent toujours pas) du bien de l’islam ! La preuve en est qu’ils demandent des imams «respectueux de la République» !

Ah bon ? L’enseignement de l’islam risquerait-il de porter atteinte à la République ? Les craintes des immigrationnistes rejoindraient-elles, sur ce point, celles de nos Identitaires ?

Comme c’est étrange !

Maurice Vidal

(1) Frédéric Joignot, Le Monde, 4-11-2012.

(2) «Islam» signifie «soumission».


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RIPOSTE LAIQUE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.