Comment votre « ami » Bruno Mascle utilise Christine Angot pour salir Marine Le Pen

Bravo pour votre « Riposte« concernant Mascle et Benoît qui manipulent à leur gré l’information locale. Ce sont les plus virulents mais il y en a d’autres dans un moindre registre.

Je vous envoie le commentaire que j’avais écrit à propos de Bruno Mascle qui saisit toutes les occasions même les plus inattendues,comme vous pourrez vous en rendre compte, pour  ridiculiser tous les partis  de droite et en particulier le FN.

Une parenthèse anti-Le Pen

En lisant le 23 avril, dans la Nouvelle République de l’Indre, les résultats du 1er tour des présidentielles où l’on trouve Marine Le Pen à 20,1% dans le département ,j’ai pensé au journaliste Bruno Mascle qui a dû être très déçu.Tous mes regrets pour lui qui s’était donné tant de mal pour abattre la candidate du FN dès  qu’avait été connue la nouvelle
de sa venue dans l’Indre ! Il avait grandement utilisé les colonnes de son journal à cette occasion pour donner la parole aux contre-manifestants,façon déguisée de mettre en avant ses propres penchants politiques. Peine perdue,les « ploucs » (je cite ses termes) s’étaient déplacés ce dimanche ensoleillé du 26 février.
Depuis, silence sur le Front de la part de notre journaliste ! Il a fallu qu’une occasion lui soit donnée ,une occasion vraiment inattendue ,à savoir un article qu’il a rédigé sur une « écrivaine » originaire de Châteauroux, Gaëlle Josse !
Voici ce qu’on a pu lire dès le début de  son texte  du 28 mars : « A Châteauroux, en matière d’écrivaines à succès, nous sommes servis. Avec Christine Angot, évidemment, originaire de la cité qui vient de signer un « sacré article » dans le Point sur le meeting de Marine Le
Pen au Mach 36. Il y a aussi à un degré moindre, Gaëlle Josse… »

Pas très gentil le mot « moindre « et finalement injustifié,on verra plus bas pourquoi. Connaissant l’obsession anti-FN du journaliste, j’ai tout de suite auguré que le « sacré article » dont il parlait ne pouvait manquer de faire écho à ses propres propos, propos dont le dessein est de ridiculiser les électeurs du FN afin que ceux-ci hésitent ou renoncent à voter FN. Le subterfuge marche encore, mais de moins en moins.

Je n’ai donc pas pu résister à la tentation d’ouvrir Le Point du 22 mars et de lire ce qu’avait écrit Madame Angot, écrivain contesté et contestable mais pourtant appréciée des bobos de gauche.

Titre de l’article :

TOUT LE MONDE L’APPELLE MARINE

En sous-titre :

Rencontre. A Châteauroux, l’écrivain s’est assise avec les fans de Marine Le Pen

Début :

On est 2000… Je suis assise entre une famille de tatoués piercés et une femme au collier de perles sur un twin-set accompagné de son gendre, la famille vient d’Etrechet, la femme et son gendre sont de Châteauroux… il y a aussi une petite bonne femme passe-muraille avec sa mise en plis aux cheveux gris…

Peut-on être plus méprisant et méprisable que l’auteur de cette description ? Après, elle s’attaque à l’attitude et aux paroles des spectateurs,ridicules bien sûr… Puis vient le commentaire de quelques phrases, pas prises au hasard, du discours de Marine Le Pen.

Je ne pense pas que Madame Angot ait été présente ce jour-là à Châteauroux. N’importe qui, simplement en visionnant ce meeting qu’on peut retrouver sur internet, pouvait rédiger un article sur le sujet. Par contre, difficile de se montrer plus inintéressante et ennuyeuse que la célèbre « écrivaine » !

Dans la deuxième partie de l’article : elle parle d’un rendez-vous assez furtif avec Marine Le Pen à son QG de campagne à Paris. Son commentaire, ou plutôt son verbiage se borne à épiloguer sur un lapsus de Marine Le Pen qui a dit « aveux » à la place de « avez »… Forcément mettre le  doigt avec insistance sur le mot « aveux »ne peut manquer d’en appeler un autre, on l’imagine dans la petite tête de Madame Angot et c’est celui de « coupable ». Marine, forcément » coupable « de ne pas partager la vision politique de la « célèbre » écrivaine…
En littérature, le personnage de Madame Angot est connu comme représentant la poissarde « parvenue ». Christine Angot serait-elle la poissarde du monde littéraire actuel ?Son pseudonyme a-t-il été choisi au hasard ?

Pour les personnes qui ne connaîtraient pas la personne en question et qui voudraient avoir une idée du contenu de l’oeuvre ,je recopie quelques lignes qui lui sont consacrées dans le Nouvel Observateur de 2008 : « Reste le cas délicat de Christine Angot qui raconte dans le « Marché des  Amants « (Seuil) son histoire d’amour avec le sarkozyste Doc Gynéco. Certains pays ont déjà fait savoir qu’ils refuseraient les lettres de créance d’une femme qui passe son temps à dire à son amant, adepte de la sodomie et des portes cochères : « Attention, te trompe pas de trou ! ».

Si le coeur vous en dit, lisez ses nombreux romans où elle puise son inspiration, à défaut d’avoir de l’imagination, dans sa vie bien « proprette » et d’en tirer grand succès puisqu’elle fait partie des écrivains actuels bien primés .

En attendant, regardez la vidéo sur internet : Christine Angot craque après Zemmour. On ne peut trouver meilleure illustration du qualificatif « hystérique ».

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xeibo_christine-angot-craque-apres-zemmou_news[/dailymotion]

http://www.dailymotion.com/video/xeibo_christine-angot-craque-apres-zemmou_news

Parler de cette dernière dans l’article consacré à Gaëlle Josse était plutôt inapproprié de la part de Bruno Mascle. Gaëlle Josse, que j’ai eu le plaisir d’apprécier puisqu’elle a été mon élève pendant un an, a montré très tôt qu’elle avait du style et de l’imagination, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Et son succès à elle, ne viendra que de la qualité de ses écrits et de sa personnalité et  non pas de l’exploitation d’une vie aux relents de soufre.

Françoise Lerat

 


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans POINT DE VUE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.