Comprendre les conversions à l’islam pour mieux les combattre

Suite à l’article paru sur le site, hier, dimanche 2 novembre par Alain Var qui s’étonne que RL ne parle pas des conversions – bien réelles et en augmentation constante dans la plupart des pays européens jusqu’aux pays du Nord – j’ai eu de nouveau l’idée d’aller glaner des informations sur le sujet grâce à cet outil, ô combien pratique : internet.

Primo, je souhaitais revoir Diam’s, la chanteuse rappeuse récemment convertie dont la vidéo de son interview au Journal se trouvait sur youtube et dailymotion. Surprise : la vidéo a été retirée de sorte qu’il n’est plus possible ni d’écouter, ni de regarder, ni d’observer  (sauf une photo où le regard illuminé peut être pris- à tort- pour de la douceur) cette jeune femme parler de sa nouvelle foi. 

D’autres vidéos de femmes, Françaises de souche, sont néanmoins accessibles, il suffit de taper  » conversions à l’islam » et on tombe sur pas mal de petits films dans lesquels les nouveaux convertis ( hommes et femmes ) s’expriment.

Des hommes et des femmes, la plupart jeunes ou très jeunes ;  si les conversions à une « religion de paix et d’amour » démentie pourtant par nombre de versets du Coran surprend de la part de jeunes gens nés et vivant en Occident où les valeurs d’égalité sont sensées être ancrées dans les mentalités, elles nous étonnent encore plus émanant de jeunes femmes dont les propres mères ont bénéficié des avancées dues au féministes des années 60/70.

Sans avoir la prétention de brosser un portrait psychologique juste et exhaustif des personnes embrassant une pseudo religion sexiste, séparatiste, sectaire, intolérante, cruelle, au travers des quelques visionnages, il me semble qu’on peut esquisser quelques « explications ».

Elles ont eu la « révélation », révélation qui leur fait apparaître leur vie d’avant comme futile, superficielle, voir criminelle avec des comportement de délinquantes…dans le fait de fumer, de boire, de se maquiller, d’être draguée. Avant, elle étaient dans l’erreur, maintenant elles sont dans la Vérité et vivent la sérénité. Soit.

Ces revirements d’attitude complets et implacables font penser à celles et ceux qui, un jour, épouseront une secte et le gourou avec.

Plus de rationalité, plus d’esprit critique, un retour à l’ombre au sens propre du mot, un renoncement à la vie extérieure au profit,le  croient elles, d’une vie intérieure plus riche et débarrassée de tous les oripeaux de notre société consumériste où la compétition, le regard de l’autre sont perçus- c’est aussi une réalité- comme redoutables. Ces jeunes femmes à l’équilibre psychique fragile et le plus souvent précaires se retirent du monde croyant trouver dans la spiritualité l’apaisement à des tensions intérieures insupportables. Et si ce n’est pas de l’ordre du renoncement, c’est très certainement par ce qu’elles voient dans le religieux une planche de salut à leur handicap à ne pas s’adapter à un monde perçu trop dur, trop cruel. Dépourvues des armes psychologiques pour affronter la vie, elles se remettent entre les mains de ceux qui les détiennent et les retourneront tôt ou tard mais bien sûrement, contre elles.

Tout ceci ne serait pas si dramatique s’il ne s’agissait de l’Islam qui a toujours entraîné au cours de l’histoire, désolation, pillages, vols et viols, et autres actes barbares. Les jeunes femmes qui se retirent dans une Abbaye n’auront- fort heureusement- jamais la vie des femmes Musulmanes qui vont volontairement se terrer – s’enterrer- chez elles avec un mari et des fils dominants et interdicteurs.

Si le féminisme a indubitablement apporté liberté, indépendance financière, maîtrise de la fécondité aux femmes depuis les années 60, il a entraîné dans son sillage un bouleversement total des rôles familiaux et sociétaux. La femme des années 80 « voulait tout » ( slogans publicitaires qu’on lisait dans les rues ), elle réussissait « l’amalgame de l’autorité et du charme » comme le chantait Sardou, grâce au fruit de son travail le niveau de vie de la famille était significativement amélioré, et je ne m’aviserai certainement pas de penser que ce n’est pas bien. 

Ces jeunes femmes me paraissent fragiles, donc, en mal de repères, et si je m’amuse à faire de la psycho de bazar, en mal de père, donc d’autorité reconnue. Elles ont besoin d’être guidées car dans l’incapacité de se guider elles- mêmes dans un monde qui n’est pas fait pour les plus faibles. Mais le monde  a- t- il jamais été fait pour les faibles ?

Zemmour, brillant analyste des travers de nos sociétés, observe l’exaltation des valeurs dites féminines, les hommes sont enjoints à développer leur Anima, les femmes pourtant Animus votent majoritairement à gauche perçue plus maternelle, et pourtant, voilà, ces jeunes femmes se tournent vers l’Islam qui n’est rien de moins que l’exaltation de la violence des Hommes, symbole du Prophète-Père  qui décide de tout, qui leur trace leur voie, grâce à qui elles n’ont plus à se poser de questions ! Elles ont retrouvé leur « père », elles ont trouvé le Père interdicteur, autoritaire, intolérant avec en prime l’assurance de ne plus avoir à se battre pour prendre leur place dans la société, le « confort » de ne plus être en compétition ni avec les hommes, ni avec les femmes, leur beauté ( et le vieillissement de celle -ci ) étant au mieux cachée, au pire dénaturée par ces tissus qui ne laissent même plus voir les cheveux et les oreilles.

Certaines des femmes des quartiers qui renoncent à leur liberté pour un enfermement à vie le font par lassitude :  les insultes, les pressions familiales, la peur au ventre d’être maltraitées, violées, abusées, torturées.

Les jeunes hommes le disent facilement : ils en avaient marre d’être exclus et embêtés. En choisissant la conversion, ils se sont ainsi mis du côté des « plus forts », de leurs bourreaux qu’ils deviennent eux-mêmes en place de leur statut de victime. Ils sauvent leur peau.

Dans tous les cas de figure, leur paix intérieure, la voie qu’ils empruntent provient du fait de ne plus avoir à se poser de questions, tout est écrit, tout est tracé avec Allah (propos entendus lors d’une visite de mosquée il y a quelques années), Allah sait ce qui est bon pour toi…

Nous sommes entrain d’assister à un aller sans retour vers une société primitive, pré scientifique, où les préjugés et les a priori feront force de loi et détruirons toute rationalité. Toute Raison. Les lumières s’éteignent petit à petit et un monde obscur se profile où le Religieux coexistera avec une Mondialisation au Capitalisme débridé, où les Cultures fondues les unes dans les autres donneront naissance à des communautarismes guerriers et sanguinaires, où les très riches très minoritaires domineront implacablement une écrasante majorité de moujiks pauvres, incultes et fous d’Allah. On n’est pas pressés de vivre dans un tel monde, et nous avons le devoir de tout faire pour l’éviter.

Pour lutter contre ces conversions mortifères, il faudrait que nos gouvernants et toutes les associations anti racistes commencent par ne plus encourager le communautarisme et cessent de prôner la culture importée islamiste. Au lieu d’aider les immigrés à adopter nos us et coutumes et à laisser de côté leurs modes de vie incompatibles avec celui du pays d’accueil, ils galvanisent leurs revendications comme celle d’être, finalement, toujours chez eux mais chez nous.

La politique d’intégration est tombée dans les limbes remplacée par ces oukases : tolérance aux différences, respect d’autres moeurs, chance pour la France, bienfaits de la diversité. Toujours, bien entendu, dans un seul sens et sans jamais le principe de réciprocité envers les autochtones.

Aussi longtemps que perdurera l’aveuglement ou la complicité de nos élites aux desseins inavouables, aussi longtemps que l’Etat (nous !) paieront les associations anti racistes dont le fond de commerce est précisément le racisme qu’elles finissent  exprès par provoquer, tant qu’un véritable débat sur l’Identité Nationale n’aura pas lieu en développant le socle que doit être l’accession à la Nationalité Française avec des principes forts et non des demandes au rabais ( comme la maîtrise approximative de la langue pour ne citer qu’elle, pour les illégaux depuis 5 ans sur le sol ), les immigrés, les enfants d’immigrés n’auront AUCUNE RAISON de s’adapter et de renoncer à une partie de leur racines et surtout pas à leur « religion ».

Comment ne pas parler du délitement effrayant de notre école dite Républicaine laquelle, avec ses méthodes pédagogistes assassines, son renoncement ou plutôt son refus de transmettre la Connaissance participe au premier plan à la « barabarisation » chez les jeunes ?

La culture, le travail d’éveil des consciences, la machine à apprendre et à apprendre à penser ont été remplacées par celle à décerveler. Sous couvert de ne pas ennuyer les élèves et de ne pas discriminer les moins performants, en vérité, les élèves meurent de ne plus avoir de quoi penser, et j’affirmerai même qu’ils meurent de ne plus avoir à penser qu’à eux ! Comment ne pas faire le lien entre le désoeuvrement et les angoisses, les addictions, l’agressivité ? Ne peut-on donc se rappeler cette maxime : l’oisiveté est mère de tous les vices ?

Les jeunes beurs des banlieues sont très certainement les premières victimes de cette mise à mort de l’école qui devait donner sa chance à tous et à chacun, la religion se présente alors comme une bouée de sauvetage, elle leur donne l’illusion de faire partie d’un tout, de poursuivre un but commun, de sentir exister. Je ne veux pas donner l’air d’adopter la culture de l’excuse, mais je dirai que si je leur trouve des motifs à excuse, ils ne sont en rien ceux clamés par les bobos gôcho depuis des années.

Ce n’est pas Monsieur et Madame tout l’Monde qui rejettent les Arabes, ce sont nos gouvernants, les pédago, les francs- maçons qui les sacrifient (comme nos enfants d’ailleurs, même si nous avons parfois plus de clairvoyance que les familles immigrées qui ne se rendent pas compte) à l’autel de la Mondialisation. Laquelle est intimement liée au Grand Remplacement parfaitement analysé par Renaud Camus.

En conclusion, à l’immigration légale et illégale régularisée en partie, les conversions qui sont l’échec de l’intégration comme l’échec de l’école (moins on sait, plus on croit) s’ajoutent et vont peser rapidement dans ce que nous dénonçons ici , l’islamisation rampante et galopante de la France et de L’Europe.

Familles : prenez soin de vos enfants, donnez repères et principes, éduquez, réprimandez, ordonnez, informez, ne lâchez rien ! ( et ce n’est pas simple !). C’est ainsi que vous leur montrerez que vous les aimez !

Caroline Corbières

Quelques liens concernant les conversions, il y en a beaucoup d’autres :

http://francais.islammessage.com/Article.aspx?i=1168

http://www.ajib.fr/2011/01/conversion-islam-uk/ : Grande Bretagne vers un record du nombre de conversions à l’Islam

http://oumma.com/13309/belgique-augmentation-de-convertis-chez-femmes 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Conversion_%C3%A0_l%27islam


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RESISTANCE REPUBLICAINE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.