Coup de gueule contre les enseignants islamo-collabos qui veulent virer Noël de nos écoles

On apprend, dans un reportage télévisé, que la Directrice de l‘école de Montargis a bien envoyé un petit mot aux parents leur expliquant qu’il n’y aurait pas de père Noël « pour respecter les différentes croyances« . Dont acte.

On n’épiloguera pas sur la langue de bois de l’adjoint de l’Inspecteur d’Académie qui prétend que nous serions très bêtes d’avoir compris que « croyances » était pris dans le sens religieux mais que cela n’avait rien à voir, que c’était juste les « croyances » des enfants… Autrement dit il faudrait, selon cet enfumeur  de première, respecter le fait que certains enfants croient au père Noël et que d’autres n’y croient pas ??? Tu dis ça à un cheval de bois il te donne un coup de pied.

La réalité est ailleurs, tout le monde l’a compris et  l’adjoint au maire de Montargis a reconnu d’emblée que la tradition française du sapin posait problème à certaines familles. Normal, le sapin de Noël n’a pas reçu l’imprimatur d’Allah, né au Sud de la Méditerrandée et de son méditerranéen de prophète qui ne connaissait sans doute que figuier, cèdre et autres pistachiers. Mais l’adjoint au Maire d’affirmer avec la dernière énergie que le sapin n’aurait rien à voir  avec la christianisme. Comme s’il fallait absolument montrer patte blanche et renoncer à notre culture, à nos traditions, sous le fallacieux prétexte de laïcité, quand il ne s’agit que de ne pas choquer les adeptes de la barbarie islamique.

Or, le père Noël, il n’aurait pas un vague rapport avec Saint-Nicolas, tout de même ? Ce serait pas un peu chrétien ces légendes d’un saint qui apporte des cadeaux aux petits enfants ? Nicolas n’était-il pas évêque ? N’a-t-il pas été sanctifié  ? Et ce ne serait pas, également,  une survivance de pratiques païennes des gens du Nord, ce saint-Nicolas qui porte quelques attributs du dieu Odin et de quelques autres ?

Il est absolument inacceptable d’entendre tous ceux qui sont interrogés  défendre le caractère « laïque » du sapin, comme s’ils avaient une peur bleue  de reconnaître qu’il a à voir avec notre histoire, nos mythes, les religions, païenne et chrétienne qui ont marqué notre monde.  Assumons-nous, bordel !

Mais il est encore plus inacceptable de voir que tout cela arrive non pas par la demande des musulmans mais par le désir servile d’enseignants de respecter les rites, croyances et interdits de la minorité musulmane, quitte à fouler aux pieds tous les autres, délibérément.   Les musulmans n’ont rien à faire, rien à dire, ils ont juste à laisser faire les islamo-collabos, enseignants, édiles et autres politiques qui vont au-devant de leurs désirs.

Tout ceci n’arrive qu’à cause d’islamo-collabos comme le sont trop d’enseignants syndicalo-compatibles et socialo bien pensants, qui interdisent qu’on apporte des bonbons dans les écoles maternelles de peur qu’ils ne contiennent du porc, qui refusent d’enseigner la Marseillaise à leurs élèves, qui interdisent la crèche de Noël et même dessins, chants  et activités autour d’elle, qui demandent que l’on jette 8000 mousses au chocolat susceptibles de contenir de la gélatine…  mais qui permettent aux enfants absents pour cause de ramadan d’en parler aux autres, qui leur permettent d’apporter les « gâteaux de la diversité » qui suivent l’Aid, qui n’amènent pas leurs classes visiter des églises de peur du refus des parents -et élèves- musulmans mais embarquent toute la classe visiter la mosquée, qui n’ont de cesse de chasser Molière et Corneille de leurs cours sous prétexte que cela ne « parlerait  » pas ou plus aux jeunes générations mais les  assomment de récits africains et de romans manichéens à souhait sur la colonisation et l’esclavage, uniquemnet le fait des Occidentaux, comme chacun sait !

Marre de ces traîtres. Marre de ces pétasses et autres salopards.

L’insulte est assumée et réfléchie. Ils et elles ne méritent rien d’autre, et il n’y a pas d’équivalent soutenu qui traduise toutes les nuances nécessaires, parce qu’ils trahissent le plus beau métier du monde, parce qu’ils abîment nos enfants qui ne leur ont rien fait, parce qu’ils détruisent ce qu’ils sont censés enseigner.

Alors oui, pétasses, parce que les enseignantes qui agissent ainsi se prostituent ; elles acceptent de se faire baiser par un monstre pour les beaux yeux d’une idéologie mortifère qui les fait jouir.

Alors oui, salopards, parce que les enseignants, hommes et femmes, qui agissent ainsi prostituent nos gosses malgré eux, malgré nous, contre nous, ils les violent délibérément, pour s’acheter une conscience en paix, pour s’acheter l’admiration et le respect de leurs pairs, tout aussi pourris qu’eux, pour continuer à vivre avec leur fausse compassion pour les autres (surtout pas les nôtres ), pour continuer à vivre avec leur racisme (oui leur façon de traiter nos enfants, en les privant de leur culture, de leur héritage, en leur apprenant à le haïr, c’est du racisme).

Le monde enseignant est gangréné jusqu’à la moëlle et, à part quelques justes, quelques milliers d’hommes et de femmes aux yeux ouverts il va falloir  faire un sacré ménage.

Je suis pour les envoyer sinon aux champs comme Mao du moins au bled, histoire de réaliser leurs voeux les plus chers.  Je suis sympa, non ?

Christine Tasin


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans COUP DE GUEULE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.