Défense de Riposte Laïque face aux intimidations judiciaires

Fidèles à la célèbre devise, « La meilleure défense c’est l’attaque », les nouveaux ennemis de la France, aidés par des magistrats trop souvent « complices », osent tout (c’est même à ça qu’on les reconnaît, ajouterai-je avec une pensée émue pour mes Tontons franchouillards qui aimaient tant le saucisson et le pinard !).

Ainsi, Pierre Cassen, et à travers lui Riposte laïque, doit être mis au pilori pour crime de lucidité et refus de se résigner à une soumission silencieuse imposée qui défie les lois fondamentales de la République. On ne peut plus débattre en France quand on a la mauvaise « couleur », l’affaire est entendue ! Pour autant, elle n’est pas admise, parce qu’inadmissible.

Que lui reproche-t-on à Pierre Cassen sinon de tenter d’ouvrir les yeux à une Nation moribonde et apathique ? Qu’exprime-t-il d’autre qu’une réalité effective depuis la deuxième partie du XXe siècle dans maintes régions du globe, à savoir le caractère essentiellement conquérant et liberticide de l’islam ? Appelle-t-il pour autant au meurtre de masse de certaines populations ? Délaisse-t-il les plages et campagnes de France pour aller « visiter » de lointaines contrées où il apprendra à se faire exploser parmi des civils ? Pierre Cassen ne fait rien d’autre que s’insurger et cela devient un crime. Le Comité de Salut public n’aurait pas mieux procédé.

Alors, oui, si ne pas vouloir vivre sous le joug d’une tyrannie implacable est un crime, si être Français de conscience est un crime, jugez-moi aussi, messieurs, je plaide coupable !

Toutefois, permettez au moins que j’assure ma défense et qu’à la religion de paix et d’amour que vous m’imposez comme une évidence indiscutable, j’oppose à mon tour quelques exemples significatifs du contraire.

Parlons du Liban moderne. Depuis son indépendance et l’instauration d’un pacte national visant à la coexistence des multiples confessions dans ses frontières, le pays du Cèdre adoptait le modèle de vie occidental et prospérait, au point qu’on disait de lui qu’il était la Suisse du Proche-Orient. Mais l’arrivée des Palestiniens de l’OLP, chassés de Jordanie entre 1970 et 1971, changea la donne. Ils déséquilibrèrent le pays par leur nombre grandissant et leur refus de se plier à ses lois. Ils créèrent un véritable état dans l’Etat au Sud-Liban, installant des camps d’entraînement paramilitaires où se formèrent des terroristes du monde entier. Ils multiplièrent les agressions contre Israël depuis le sol libanais, faisant voler en éclats la cohésion nationale. Les chrétiens (qui contribuaient pour beaucoup à la vie économique et culturelle du Liban) réagirent violemment contre ce danger de ne plus être maîtres chez eux, et la guerre civile débuta en 1975.

Aujourd’hui, l’équilibre du Liban est précaire et le pays peut à tout instant sombrer à nouveau, notamment à cause des factions islamistes du Hezbollah qui considèrent que c’est un droit inaliénable de lancer des roquettes sur l’Etat d’Israël mais pas que ce dernier réponde ; ce qu’il fit durant l’été 2006, de manière excessive, mais compréhensible.

Autre exemple. Dans les années 1990, quand éclata la guerre en ex-Yougoslavie, les coupables désignés furent les Serbes, portraiturés par nos journalistes comme des monstres sanguinaires, tandis que dans le camp adverse combattaient des djihadistes venus du monde entier et qui deviendraient plus tard des terroristes acharnés contre l’Occident. Les Bosniaques musulmans et les Croates, après s’être affrontés un temps, s’allièrent et devinrent des figures idéales de martyrs luttant contre l’ogre serbe (qui se rendit, il est vrai, coupable de réels crimes pendant le conflit). Sauf que, cette fois, on n’alla pas chercher trop loin dans le passé des uns et des autres comme on a coutume de le faire pour nous-mêmes (je pense à l’Algérie). Il était en effet préférable de taire la collaboration des Croates et Bosniaques musulmans avec les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale et leur entreprise d’extermination des Juifs et…des Serbes. Quant aux victimes serbes d’exactions croates ou bosniaques, tout le monde s’en moquait et continue dans ce sens.

Tout était donc prêt pour le Kosovo quelques années plus tard, une terre ni plus ni moins prise aux Serbes par une minorité albanaise à la démographie galopante. Le Kosovo, nouveau martyr de choix, obtint « naturellement » son indépendance pour prospérer ensuite dans l’économie mafieuse. Les Serbes n’avaient plus qu’à bien se tenir s’ils voulaient mettre un terme aux bombardements de Belgrade par l’OTAN, aussi iniques que démesurément violents.

Que dire de l’Afghanistan où l’Amérique reaganienne se fourvoya dans les années 1980, se croyant revenue aux grandes heures de la Guerre froide ? Elle instruisit et arma les djihadistes, dont un certain Oussama Ben Laden, pour vaincre les Soviétiques qui, au final, se vaincraient eux-mêmes en s’effondrant à la fin de la décennie, sans le secours des moudjahidin ! Quant aux alliés d’hier ils deviendraient les bourreaux de demain. Mais je crois qu’à la différence de nous les Etats-Unis ont compris la leçon. Là-bas, au moins, Riposte laïque ne serait pas référencé parmi les éléments subversifs !

Imaginez, bonnes gens de la gauche béate et autres partis démagogiques, quand la minorité musulmane deviendra une majorité en France, ce qu’il adviendra de vous. A qui doit-on, à votre avis, d’être le pays d’Europe au taux de natalité le plus élevé ? Boumediene nous l’avait prédit : c’est du ventre de leurs femmes que viendra la victoire. Continuons à nous voiler les yeux et nous sombrerons à notre tour. C’en sera fait de la vieille Europe.

Car il ne faut pas se leurrer, la révolte islamiste a gagné le monde, et chacun aura sa part. Pas un jour sans une atrocité venue de l’islam. Et tout cela nous devrions le taire sous peine de procès, pendant que d’autres sites glorifient Merah et Ben Laden, que des non-musulmans se font martyriser avec la bénédiction des autorités judiciaires qui classent les affaires sans suite, que des livres sont vendus librement, qui contiennent des appels au meurtre des infidèles, etc. ?

Messieurs les juges, et Marc Trévidic en particulier[1], qu’est-il besoin de lutter contre le terrorisme si vous faites preuve d’autant de complaisance avec l’antichambre de l’islamisme et du terrorisme, à savoir la délinquance causée par une politique inconsciente d’immigration.

Pendant ce temps on criminalise Pierre Cassen et Christine Tasin, entre autres, pour leur défense farouche d’un modèle hérité de plusieurs siècles d’évolution et qui a tout de même fait la preuve de sa validité !

Que vive Riposte laïque !

Charles Demassieux


[1] Juge antiterroriste qui vient de publier un essai, quoiqu’inégal, assez édifiant sur le terrorisme islamiste, qu’il considère toutefois comme moins périlleux que le communisme (à moins que ce ne soit une énième boutade de l’auteur au style parfois fanfaron ?) !

(Marc Trévidic, Terroristes, les 7 piliers de la déraison,  JC Lattès, 2013)


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RIPOSTE LAIQUE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.