En France comme au Mali, les jihadistes sont l’avant-garde de l’islam

« Il y a depuis quelques mois la constitution sur un espace grand comme l’Europe des groupes djihadistes extrémistes qui imposent la charia et qui sont en train de transformer cette région en sanctuaire terroriste. Potentiel aujourd’hui, réel demain. Au Mali, c’est notre propre sécurité qui est en jeu, la sécurité de la France, la sécurité de l’Europe, parce que si on ne bouge pas il y aura progressivement constitution d’un ensemble terroriste, qui pourra toucher tel ou tel pays, y compris la France, y compris l’Europe » a déclaré  Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro dans l’émission du dimanche 11 novembre.

Toutes les  paroles, toutes les  phrases, toutes les analyses qui fixent ou révèlent  les évidentes menées terroristes de djihadistes sont autant de preuves de la dangerosité de l’islam.  Il y a cependant un fait étrange à signaler : Voilà un ministre de la République faisant part publiquement de son inquiétude devant la constitution d’un ensemble terroriste islamiste et personne ne songe à souligner son islamophobie. Nul ne vient crier au racisme et à la stigmatisation ou autres qualificatifs dont la mission première de ceux qui les profèrent consiste à masquer la réalité de l’Islam. Il est vrai que les faits sur lesquels notre ministre fonde son analyse sont, hélas, incontestables. Pourtant, quand d’autres citoyens tiennent un discours identique, basé sur des actes largement autant avérés que ceux du ministre, il se trouve à l’instant une meute pour venir leur aboyer aux basques et attendre que le signal de la curée soit énergétiquement mais anonymement donné.     

Peut-être est-ce dû au fait que le fait de désigner les périls ou les intimidations de l’islam constatés sur le territoire national n’est pas acceptable par une grande partie de la classe politique ? Un peu comme si, en niant l’établissement du djihad sur notre sol on pouvait gommer sa nocivité. « Cacher ce jihad que je ne saurais voir !» s’égosille une « bien-pensance » toujours sur le qui-vive et que sa candeur rend aveugle et sourde. Nombreux sont ceux qui espèrent naïvement qu’en rêvant à un islam dépouillé de toutes ses violences, de toute son hégémonie, de sa volonté malsaine de supériorité spirituelle,  la chose se réalisera.

Il faut examiner les objectifs de l’islam en France avec la même rigueur tactique que celle dont on se  sert pour analyser la stratégie militaire des djihadistes au Mali. Avec en fond de pensée le fait que les djihadistes, qu’ils soient au Mali ou en France, constituent l’avant-garde de l’islam. Ce sont le fer de lance, les troupes de choc du système militaro-religieux musulman. L’islam n’est modéré que tant qu’on lui refuse fermement de mettre en œuvre ses pratiques. Alors, s’il est indispensable de se protéger de l’islam hors de nos frontières et le Mali en est l’exemple type, il est tout aussi nécessaire d’avoir la même méthode avec l’islam en France. Les faits, leurs analyses et les décisions qui en découlent sont identiques au Mali et en France. Comme le dit notre ministre «Potentiel aujourd’hui, réel demain ».  Aujourd’hui, nous avons donc le droit et le devoir de nous épargner la triste réalité islamique de demain.  Attention, car demain ce n’est pas si loin que ça….  

Pierre Thyde


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans NOUVELLE EXTREME DROITE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.