Encore Glavany ! Pour que les musulmans votent Hollande, il qualifie Israël de véritable apartheid !

Publié le 11 janvier 2012 - par - 1 808 vues

Plus le mensonge est gros… vous connaissez la suite. C’est ainsi que procède un de ces très spécifiques ambitieux personnages, ayant surfé et bâti une prospère carrière sur la vague rosâtre de la « rupture avec le capitalisme » affirmée par le parti mitterrandien de 1981.

Je veux parler ici du ci-devant député Jean Glavany, que RL avait épinglé pour sa conception d’une laïcité aux accommodements raisonnables, en faveur de l’islam.

En effet, notre ex-anticapitaliste -selon le congrès d’Epinay et le « programme commun »- vient de déposer un « rapport parlementaire » dénonçant vigoureusement Israël.

C’est un rapport qui présente le traitement et la distribution de l’eau, par Israël, comme étant un véritable apartheid… L’accusation est grave.

Ce rapport est très particulier. Il montre du doigt Israël, pour la mise en œuvre d’une activité cadrée, avec beaucoup de précision, par un accord international contresigné par la Russie, l’union européenne, les USA, la Jordanie et l’Egypte. Ce faisant, notre rapporteur, jouant au Vychinski d’opérette dans ce procès de Moscou nouvelle manière, invite l’Egypte -désormais dominée par les Frères musulmans et les salafistes- et la Jordanie, à dénoncer leur signature. Un homme de dialogue et de paix, c’est évident, ce député PS.

Le traité international dont il est question détermine et les quantités et la qualité de l’eau qu’Israël doit traiter et distribuer. N’est-il pas respecté ? En quoi ? On ne le saura pas. Manifestement, pour le sieur Glavany, la question n’est pas là.

A-t-il d’ailleurs interrogé les responsables israéliens qu’il accuse avec véhémence? Point n’est besoin, la cause est entendue. Accuser Israël, salir Israël, c’est l’unique objet de ce pseudo rapport, fruit d’une obsession opportuniste déterminant notre homme à cracher dans le sens d’un vent mauvais.

Cette fois, le prétexte est l’eau

A en croire notre désintéressé personnage, toutes les difficultés des « palestiniens » proviendraient d’Israël et de lui seul. Il n’y aurait pas d’autres causes à leurs difficultés quotidiennes. La preuve, pourrait-il dire : regardez ! Regardez comme vivent les Arabes dans les autres pays, voyez leurs réalisations quand ils sont maîtres d’eux-mêmes… C’est sur, notre député dit la vérité et rien que la vérité.

Vous en doutez ?

Alors regardez, voyez, observez attentivement comment y vivent les peuples, les femmes plus particulièrement. Après cela, comme monsieur notre député, on aura sa religion faite, pour toujours : n’est-ce pas que tout y est pour le mieux dans le meilleur des mondes ? N’est-ce pas que si quelque chose ne va pas, -pour les peuples que l’on appelle arabes-, c’est entièrement la faute à Israël ?

Regardez, l’irrigation existe en tout lieu.

Voyez ces pays : le paysan arabe est partout prospère. Observez avec attention, l’ouvrier arabe possède les droits les plus développés qui soient. Entendez, la parole y est libre, le droit d’expression du peuple est partout souverain, les minorités nationales et religieuses sont toujours et tout le temps à égalité avec la majorité arabe ou arabisée et musulman ? De cela, Jean Glavany déduit que l’on doit parler d’apartheid au Moyen-Orient. Où ? Mais en Israël, voyons.  Où cela serait-il possible au Moyen-Orient, en dehors de ce pays ?

Monsieur le député Glavany, soyons sérieux. Parlons du Moyen-Orient

Pour monsieur le député, sans intérêt, probablement inexistantes, les persécutions religieuses, massacres d’Assyro-chaldéens d’Irak, pogromes frappant les Coptes (les autochtones/aborigènes d’Égypte).

Pour notre parlementaire rapporteur, surement une invention des agents du sionisme : les persécutions et l’oppression politique des Kurdes, la majorité nationale libanaise bafouée par le parti armée irano-libanais Hezbollah, -violant les droits politiques de la majorité des Libanais chrétiens, Druzes, sunnites, Arméniens-, la Turquie qui bâtit des barrages sur les hauts Tigre et Euphrate, la Turquie de l’islamisme modéré asséchant le croissant fertile et transformant en désert les parties autrefois verdoyantes de l’Irak … Non tout cela n’existe pas, tout cela ne doit pas exister.

Une seule chose existe ou doit exister, même si elle n’est pas réelle encore. Cette chose c’est : Israël qui discrimine. C’est Israël qui fait un « véritable apartheid » même  s’il ne fait qu’appliquer un traité international de l’eau.

Au Moyen-Orient, un problème et un seul, Israël, moi, monsieur Glavany, je le dis. L’assèchement du Tigre et de l’Euphrate par la Turquie de ce bon bougre d’Erdogan, qui Fait bombarder les villages Kurdes et occuper la moitié de la république de Chypre, ça n’existe pas, ça ne doit pas exister ! Je vous le dis, foi de Glavany !

Le problème, le seul, l’unique dont je veuille entendre parler et faire état, c’est encore et toujours ces Juifs qui nous font chier.

Le problème, le seul, ce sont ces éternels ressuscités : Les Juifs, en tant que nation.

Ils sont comme le Juif Jésus, ils ne veulent pas mourir. On les tue, et les revoilà. Ils s’accrochent.

Les Juifs, comme leur compatriote Jésus, on peut les aimer, et même les adorer… quand ils sont morts. Vivant, on les déteste et on doit les charger de tout ce qui ne va pas autour de nous et même ailleurs. C’est la tradition. Et puis, il y a un dogme religieux qui écrit : qu’il faut tous les tuer.

Parmi mes électeurs potentiels, beaucoup croient cela.

Ce n’est peut-être pas très sympathique, comme croyance, mais que voulez-vous ? Alors moi, j’y vais de mon p’tit couplet. Faut bien. Je les caresse dans le sens du poil, ces électeurs potentiels. Alors, vous pensez bien, Erdogan qui prive d’eau les anciens puissants fleuves d’Irak, les assassinats de pèlerins chiites se rendant à Karbala, je ne veux pas en entendre parler. Dénoncer cela, c’est certain, ça choquerait certains de mes futurs électeurs. Ils se croiraient stigmatisés et nous, en Mitterrandie, on est absolument contre la stigmatisation.

Mais pour les juifs, c’est autre chose. Pour les Juifs, la parole, ma parole, est libre. Je peux dire ce que je veux. Parce que là, ça ne va plus : Ils ont reconstruit leur pays, qui n’était plus qu’un tas de pierres érodées et noircies, ainsi qu’une succession de marigots puants et malsains, avec quelques citronneraies par ci-par là. Ce n’est vraiment pas bien. C’est du pur colonialisme, avoir reconstruit de A à Z le pays de ses aïeux.

Vous vous rendez compte du scandale : Même qu’ils organisent partout la distribution de l’eau, selon les normes définies par un traité international. Quelle honte, quel scandale ?! Alors je vous le dis : cela doit cesser !

Ils ont même inventé des procédés d’irrigation au goutte à goutte, pour ménager les ressources hydriques. C’est un crime sans nom, vous ne trouvez pas ?!

Ils distribuent à chaque « palestinien » plus d’eau qu’il n’en est distribué, à chaque simple « arabe » de chacun des autres pays de la région. Ça c’est un crime, un crime terrible, le crime des crimes, un crime impardonnable. C’est de l’apartheid pur et simple! Alors moi qui suis député et veut le rester, je vous le dis, et je l’écris. Ah mais !! Est-ce que je caricature le sieur Glavany ? Je ne crois pas, malheureusement.

Il s’agit d’un rapport parlementaire, veut-il faire accroire. C’est donc, doit-on penser- le résultat d’un voyage d’étude, financé par nos impôts. Je suis donc en droit de demander des comptes, comme l’est chaque citoyen français, surtout s’il paye des impôts et s’il a, de ce fait, contribué, pour un quantième quelconque, à la promenade propagandiste du ci-devant député.

La propagande Glavany : Mensonges ! Forfaiture !

En d’autres termes, nous sommes devant une machinerie propagandiste. Nous sommes confrontés à la nouvelle propaganda staffel du mitterrandisme aubryste, à de l’agit-prop new-look, façon « socialisme » maastrichtien. Avec le « rapport parlementaire », tout cela est mis en branle. Une échéance est devant cette machine propagandiste, qui a enterré profondément sa conscience et son respect des citoyens.

Pour assurer la victoire du capitaine de pédalo –officier commandant d’équipage, singeant jusqu’au détail des gestes et aux trémolos dans la voix, les mimiques de l’homme de l’auto-attentat de l’observatoire*1- pour qu’il ait un maximum de chances d’être élu, Il faut gagner le plus de suffrages possibles, quels que soient les moyens pour cela. En soi, chercher un maximum d’électeurs, ce n’est pas critiquable.  La question, c’est : comment ?

Mais ce que l’on observe ici, c’est que la machine propagandiste, suivant en cela les conseils du cabinet de conseil « Terra nova » et ceux du géostratége » Pascal Boniface, recherche des voix parmi une population exacerbée par un antisémitisme coranique traditionnel qui s’est débridé, un antisémitisme enflé, jusqu’à défiler, à Paris comme à Tunis, sous les mots d’ordre rythmés et criés de : mort aux Juifs ! À mort Israël !

L’antisémitisme condescendant et méprisant, l’antisémitisme du sourire narquois et de la bouche en cul de poule, style Tariq Ramadan, ponctué d’accès de rage et de violences pogromistes, style agitateur salafiste, accentué et activé aujourd’hui par la haine du Juif redevenu libre, le tout lié par l’aversion pour le Juif sorti de l’état d’infériorité sans fin résultant de la dhimmitude, la haine insondable pour le Juif ayant restauré son Etat national sur un petit bout de son territoire que le djihad avait décrété terre d’islam et de plus rien d’autre, cet antisémitisme de début de 21ème siècle est la vague saumâtre sur laquelle surfe le rapport Glavany, pour aller à la pêche aux voix haïssant les « yahoud ».    

Le sieur Glavany n’est malheureusement pas seul à sucer ces fruits

Notre rapporteur parlementaire n’est pas seul à ne pas rechigner et à chercher à se mettre sous la dent même ce qui pousse dans la boue des préjugés et des stéréotypes. Ces mets sont comme ces princesses magnifiques, peuplant les nuits du héros du « manuscrit trouvé à Saragosse », ils sont comme ces saphiques femmes de l’orient littéraire, cachant sous leur beauté d’un trop bref instant la laideur repoussante et éternelle du démon ; ces mets le poussent aujourd’hui à produire, à l’intention de la représentation nationale, ce qui n’est au fond qu’une variété de « protocole des sages de Sion ».

Juppé est lui aussi à la manœuvre sur ce terrain

Les Bordelais le connaissent déjà, pour sa hallalisation des cantines scolaires, et quelques autres aventures. La majorité des Français n’a pas oublié son chef d’œuvre, -le Plan Juppé-, qui a mis des millions de salariés dans la rue, à l’automne-hiver 1995.

Cet autre ambitieux a pour commun dénominateur, avec le ci-devant Glavany, de haïr Israël et d’avoir le cœur qui bat si fort pour les Frères musulmans et le Hamas qu’il leur trouve toute les vertus possibles et imaginables. Il est vrai que « Jupiter rend fou ceux qu’il veut perdre. »

Il y a quelques mois, Alain Juppé rencontrait en Égypte les dirigeants de la secte du djihad mondial destiné à restaurer un califat s’étendant sur l’ensemble de la planète. Il les trouvait aimables, raisonnables, et de commerce fort agréable

L’ancien premier ministre les trouvait sérieux et sympathiques. En son temps, l’ambassadeur français Coulondre trouvera Adolphe Hitler lui aussi, sérieux, très sympathique, tout à fait modéré et…pacifique.

Rivalisant avec le député et rapporteur « socialiste », Alain Juppé a fait mieux. A Tunis, il vient de rencontrer Hanyeh, le chef du califat embryonnaire installé par le Hamas à Gaza. Malgré les récents discours du djihadiste en chef, on se trouverait devant un partenaire tout à fait acceptable. Si Alain Juppé appartient à un club fermé, nul doute qu’il n’hésitera pas à le parrainer.

Glavany-Juppé, Juppé-Glavany, bonnet blanc-blanc-bonnet…

Alon Gilad

.*1 Le capitaine de pédalo va-t-il poursuivre l’imitation jusqu’à organiser lui aussi un auto-attentat de l’observatoire, à Cajarc où à Jarnac ?

PS – on me signale que sur « Radio J » ce matin, le sieur Glavany a maintenu le cap, en exprimant un léger regret d’avoir utilisé le terme « apartheid ».

On voit que ce n’est pas l’esprit de responsabilité qui étouffe cet ancien « anticapitaliste » de l’école jospiniste : Je jette mes excréments intellectuels. Je qualifie Israël d’apartheid ; et puis après, du fait des protestations, devant un micro communautaire que peu de monde écoute, j’exprime un tout petit bout de regret à propos d’une accusation d’une gravité exceptionnelle. Décidément, il vaut mieux avoir ce genre de personnage dans l’opposition qu’au pouvoir.

 

Les commentaires sont fermés.