Erdogan ferme la parenthèse laïque en Turquie

Publié le 20 avril 2017 - par - 5 commentaires - 522 vues

Certains naïfs ont lancé cette affirmation incroyable : le raidissement actuel turc serait lié aux embûches dressées par L’UE pour son entrée. Rien que ça ! Sauf que l’on ne voit guère pourquoi le futur calife veut le rétablissement de la peine de mort ? Quel rapport ? Vous ne voulez pas de moi, dit-il en substance ; je ne suis pas assez démocrate pour vous ? Eh bien je voile les femmes et je rétablis la peine de mort.

Chassez le naturel et il revient au galop en réalité. Et pourquoi a-t-il décidé ce tour de vis visant à épurer tous ceux, journalistes, enseignants, juges, militaires, qui ne sont pas dans son camp ? Là aussi parce que l’UE ne l’accepterait pas ? Alors que l’UE n’a jamais été autant islamophile, pourchassant toute critique en son sein de la façon la plus rigoureuse comme il est vu actuellement en France, en Allemagne ?…

Ces naïfs font partie de la vieille école (périmée en psychologie mais il est vrai ni en pub ni en communication politique, par exemple gouvernementale à voir la lamentable campagne anti-tabac qui n’a guère fait diminuer le nombre de fumeurs) stipulant qu’à force de de bourrage de crâne on peut transformer le Turc des villages en ce que même Ataturk n’avait pas réussi à produire : un bienveillant consommateur buvant sagement son islam light autour d’un gentil drapeau européen.

Sauf que la Turquie, tout comme les autres pays européens à vrai dire, traverse tout autant cette crise des fondements qui est aussi nôtre, en particulier celle de la laïcité. Car n’a toujours pas surgi au sein des institutions (encore moins turques) une force spirituelle suffisamment forte, c’est-à-dire objective et juste, pour penser et répondre à la fois aux défis multiformes de la Modernité (la foule solitaire) et aux tentatives des idéologies diverses de se faire passer pour ces discours laïcs capables de relever cette crise des fondements alors qu’elles n’ont fait que l’aggraver en semant la confusion sur la question de la neutralité des savoirs, mais aussi en empêchant le renforcement des remèdes permettant de combattre les effets pervers de la consommation de plus en plus individualiste, au double sens narcissique égocentrique dissociatif du terme.

La prépondérance des idéologies (pour une grande part issues du communisme léniniste, en Europe et dans le monde) qui empêchent ainsi la neutralité et donc le renforcement des défenses mentales, s’affaire toujours parmi l’intelligentsia médiatico-universitaire (y compris au sein des mouvements de libération) ce qui n’est pas la garantie que cela s’arrange, bien au contraire.

Car ces idéologies (certes relookées écolo, mais pas moins entourés de nervis avides d’arriver au pouvoir pour en découdre comme on le voit ces temps-ci en France, en Allemagne, aux USA, en Turquie…), loin d’être des garde-fous à la montée en puissance du technocratisme financier (surtout qu’elles veulent continuer à faire marcher la planche à billets mais à leur profit) ou du relativisme indifférencié (qui peut tout aussi bien proposer un tuto porno à la portée de tous qu’un tuto sympa sur le tricot) ces idéologies en démultiplient plutôt la puissance, à l’instar de leurs hologrammes vivants ou non qui bientôt pourront venir vous border en vous susurrant des mots doux tout en vous appelant par votre prénom favori alors que ses sbires iront fouiller vos poches pour surveiller vos pensées et/ou vos portefeuilles (leur pluriel étant d’emblée suspect pour certaines).

Aussi il serait temps d’écarter ces idéologies de l’appareil d’État et des médias, au moins publics. Comment ? Certainement pas par l’épuration qu’elles pratiquent d’ailleurs elles-mêmes en ce moment même et partout. Mais par une autonomie accrue permettant un recrutement réellement pluraliste et décentralisé lorsque le recrutement ne passe pas par les concours qui doivent être cependant eux aussi repensés tant les idéologies y sont présentes (les agrégations d’économie, de science politique, de philosophie, squattées de plus en plus aujourd’hui par l’extrême gauche…). Par une réelle indépendance médiatique en supprimant déjà les subventions à des officines qui justement propagent ces idéologies pourtant si néfastes au dit « vivre ensemble » ce qui permettra une réelle concurrence.

En fait il faudrait attaquer en justice tous ces manques à la laïcité qui ne comprend pas seulement une distance prise vis-à-vis des religions mais aussi de tous les dogmes. Chiche !

Lucien Samir Oulahbib

Poster un Commentaire

Notifiez de
800

La Turquie de cet erdogan C’EST NON et TROIS FOIS NON !

Ben oui mon bon Monsieur. Et ce qui se profile à l’horizon n’est pas fait pour nous réjouir….

http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2017/04/commedia-dell-arte.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Après endogène en Turquie, me l’encontre chez nous, on aura le pire
où le fiston spirituel à hollande
Vous voulez pas de marine?
Vous aurez le pire

Ridicule tout ça ,,pourtant c est simple ,,ayons le courage ,la lucidité ,de déclarer la religion comme une trouvaille humaine des temps anciens ,,supprimons lieu de culte de toutes sortes ,enseignons la science et le savoir ,apprenons à nos jeunes QUE Dieu c est comme le père noël ,,encore que ce dernier n’a commis aucune atrocité .

Chassez le naturel et il revient au galop….

wpDiscuz