Et si nos éternels donneurs de leçons commençaient pas se repentir eux-mêmes…

Tout comme la charité, la repentance ne devrait-elle pas commencer par soi-même ?

Mesdames et messieurs les éternels donneurs de leçons, oui, vous là qui occupez indignement des postes importants, et faites semblant de n’être pas concernés. C’est à vous que je m’adresse, les Hollande, Ayrault, Valls, Taubira, Filippetti, Du Flop, Fabius, Lang, Delanoë… : puisque vous êtes si friands de repentance, que ne commencez-vous pas par la vôtre ? Vous qui en avez si  lourd sur la conscience !

En premier lieu cela ne devrait pas être difficile ni pour vous déplaire, habitués que vous êtes à regarder toujours et uniquement votre nombril !

Ensuite, ça nous ferait des vacances, à nous les citoyens français (ceux qui travaillent, paient des impôts … et en bavent à cause de votre monstrueuse incurie) et qui commencent à en avoir ras le béret de vos conneries monumentales, visant à vous débarrasser définitivement d’une majorité silencieuse qui n’accepte pas vos « petits arrangements entre amis minoritaires mais autoritaires ».

Sérieusement, ça vous arrive de lire les journaux ? Non, pas ceux qui vous tiennent, ou que vous tenez (c’est devenu tellement confus dans votre nid de vipères qu’on ne sait plus très bien qui tient qui). Je parle de ceux que vous détestez (journaux en ligne, sites, blogs… se revendiquant patriotes) parce qu’ils refusent d’employer votre si ridicule novlangue, véhiculant le politiquement correct, c’est à dire la pensée unique : la vôtre. Ceux qui à l’instar de Riposte Laïque, Résistance Républicaine, Minurne, Bd Voltaire, Dreuz Info … (pardon à tous ceux que j’oublie) vous donnent de l’urticaire rien que d’entendre leur nom, et vous savez très bien pourquoi !

Parce que ces organes vous ayant démasqués, vous les menteurs, voleurs, profiteurs, lâches et hypocrites (liste hélas non exhaustive), vous ne souhaiteriez rien moins que les anéantir. Pour cela vous n’hésitez pas à employer, ou plutôt faire employer par vos sbires les principaux médias, votre unique méthode consistant à fuir les débats d’idées (qui auraient tôt fait de vous mettre K.O. debout – trop dangereux ça les débats d’idées, alors courage, fuyons !), et noyez vos adversaires sous un déluge de termes (toujours les mêmes) que vous affectionnez particulièrement, mais qui nous gonflent copieusement !

Revenons à nos moutons, si je m’inquiétais de vos lectures, ce n’est pas par bonté d’âme, mais uniquement pour vous faire gagner du temps, puisque semble-t-il, vous n’avez pas encore remarqué que le vent avait dernièrement bien modifié sa trajectoire, et qu’en conséquence cela commence à sentir mauvais pour vous.

Et je vous le dis sans détours : vous filez un mauvais coton ! Si vous consentiez à retirer vos œillères, vous constateriez que toutes vos petites manigances si nauséabondes (vous voyez, je fait des efforts pour parler comme vous), qui malheureusement ont longtemps été gobées par cette majorité silencieuse, prennent de moins en moins chez certains, plus du tout chez d’autres (et encore moins chez ceux pour qui ça n’a JAMAIS pris), d’où les conclusions lumineuses d’une série de récents sondages réalisés par IPSOS, qui devraient vraiment, mais vraiment, vous donner à réfléchir.

Tout ce long préambule pour vous exprimer qu’avant d’em..nuyer le Peuple de France avec vos délires repentanciels (je sais, ça n’existe pas, mais j’aime bien : chacun sa novlangue) vous devriez vite vous pencher sur vos frasques présentes et passées, qui pour beaucoup d’entre vous, sont particulièrement gratinées !

Commençons par sa majesté MOI-PRESIDENT-DICTATEUR 1er : quand on est incapable d’épouser au moins une des mères d’ enfants qu’on a semés ici et là, et qu’on impose une concubine acariâtre et sans classe à l’ensemble de la Nation, sous prétexte que grâce à une minuscule majorité de voix on a tiré le jackpot, on ne devrait pas se mêler de vouloir fourguer aux autres et par la force, le « mariage pour tous« , appellation qui déjà fait bondir par son absurdité ; surtout quand plus d’un million de citoyens descendent dans la rue pour dire NON !

Monsieur AYRAULT, premier ministre par la volonté d’un sans-volonté (propre) : quand on a comme vous une casserole juridique solidement accrochée à ce qui vous sert pour vous asseoir… on évite de traiter de minable un comédien qui, qu’on l’aime ou pas, a entièrement le droit de déménager où il veut, quand il veut, sans provoquer un cataclysme force 8 sur l’échelle de Richter. surtout quand par ailleurs certains de vos copains V.I.P. font la même chose, mais en douce !

Monsieur VALLS (dit Moulinets 1er par les mauvaises langues … dont je suis) : quand on passe l’essentiel de son temps à donner des gages d’amitiés à une seule et même catégorie de citoyens (pas toujours « francisés » d’ailleurs, ou alors seulement sur papiers) ; quand on méprise ses propres forces de l’ordre au point de les figer volontairement dans une « non action » permanente, et de ne jamais les défendre (réellement) lorsqu’elles sont agressées journellement par des racailles semeuses de haine… on évite d’employer des mots (République, Laïcité, Droits des Femmes …) dont manifestement vous ignorez la signification !

Madame TAUBIRA, garde des « sots » : désolée mais dans votre cas, cela ne peut que s’écrire de cette façon, puisque les rares fois (encore heureux) où vous venez au J.T. c’est pour prendre les français pour des imbéciles (pour rester polie face à l’honorable fonction que vous galvaudez tant), en affirmant sans broncher un mensonge tellement grossier que même les plus naïfs ont pu le débusquer : pas de référendum possible, ce serait contraire à la Constitution !
Dans votre cas c’est tout simple, vous haïssez tellement la France et les français (un peu moins sans doute lorsque vous percevez votre généreux salaire) qu’on se demande ce que vous pouvez bien faire chez nous, quasiment ministre de surcroît, et pourquoi vous ne retournez pas très vite dans votre Guyane natale, où vous pourriez encore faire plus de mal que déjà fait, sauf si vous commencez à vous repentir sans tarder, tant vous avez de vilenies à évacuer.

Madame FILIPPETTI, Ministre de la Culture, quand on ose se prétendre cultivée, civilisée, dans le clan des gentils puisque socialiste, mais qu’on hésite pas à injurier grossièrement la Nation par la désignation de France moisie, (propos repris dans la courte vidéo ci-après, et qui laissera aux générations suivantes, la preuve de votre immense sottise-vanité-nullité) on devrait éviter de mentir en certifiant qu’on a pas quitté la France pour des vacances … alors qu’un magazine bien connu vous a pris la main dans le sable !

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=s9qs69Qga-w

Madame CANTAT-DU FLOP (comme vous a si bien nommé un de mes correspondants), et Messieurs FABIUS, LANG, DELANOË… j’en ai autant à votre service, mais outre que je craindrais de lasser le lecteur par un déjà si long palmarès, je dois avouer que je finis par être prise de nausées si je reste trop longtemps à votre contact (même par écrits interposés) mais ne vous y trompez pas, je vous inclus sans exception à vos camarades, quand aux innombrables nuisances dont vous êtes tous responsables ET coupables.

Vous voyez, question repentance vous avez du travail sur la planche ; alors au boulot, et « foutez-nous tranquilles » (avec vos délires) comme disait le regretté Michel Colucci.

Josiane Filio


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans CETTE GÔCHE N'EST PLUS LA GAUCHE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.