Faut-il vraiment faire de Florence Cassez une innocente héroïne ?

Florence Cassez vient d’être libérée après sept années d’emprisonnement (8 décembre 2005).

Nombreux  de nos concitoyens sont emprisonnés dans des pays étrangers…sont-ils pour autant tous innocents ? Certes non.

Mais elle a été libérée parce que de nombreuses irrégularités ont été commises et que ses droits fondamentaux ont été violés et non pas parce qu’elle a été reconnue innocente, ni même au bénéfice du doute.

Pourquoi Florence Cassez serait-elle forcément innocente et qu’une machination l’aurait conduite en prison ?

Il est tout de même difficile de comprendre qu’elle ait été condamnée à 60 ans de prison sans la moindre preuve ! Examinons les faits tels qu’on nous les présente :

Tout d’abord le ranch où vivait Florence Cassez, Las Chinitas, (Elle a reconnu qu’elle y résidait quand la police a saisi en sa présence tous ses effets personnels). Dans ce ranch se réunissait le gang « Los Zodiacos » convaincu d’une dizaine d’enlèvements et de plusieurs assassinats. Comment peut-on imaginer un seul instant qu’habitant sous le même toit que ces criminels, dans une maison bourrée d’armes de guerre et de munitions, Florence Cassez ait pu ignorer les activités de son amant ?

Pourquoi met-on en doute le témoignage de Christina Rios Valladares et de son fils Christian qui ont été kidnappés, yeux bandés, ligotés, le 19 octobre 2005 et maintenus en captivité jusqu’au 9 décembre, soit 52 jours. Tous deux ont reconnu la voix avec un accent français de la femme qui les bourrait de calmants et les nourrissait. Cette voix qui criait après son amant quand il abusait sexuellement de sa victime : « Si tu continues à la sauter, je me vengerai sur elle et tu n’auras pas la rançon. »

Pourquoi mettrait-on en doute le témoignage de David Orozco Hernandez, un acolyte de Vallerta, qui implique Florence Cassez? Quel est son intérêt ? En général dans ce milieu du grand banditisme on n’enfonce pas un complice quand il est sous les verrous, surtout quand ça ne rapporte rien.

Est-ce que ces témoignages ont été reconnus comme faux ?

La presse mexicaine publie deux photos prises au ranch « Las Chinitas »  où les parents de Florence sont présents aux côtés de leur fille et de son amant. (la presse française ne les publie pas, pourquoi ?) 

Qu’ils aient tout ignoré des activités de l’amant de leur fille on n’en doute pas un seul instant, mais qu’ils affirment paraît-il « ne l’avoir même jamais rencontré » ?  Ces photos laissent pour le moins planer un doute (à moins que ces photos ne soient des montages, ce qui serait très facile à prouver avec les moyens actuels de la police scientifique si la justice et les médias français se les étaient procurées.)

Il faut que toute la vérité soit faite sur cette affaire, pour la France, pour le Mexique et pour Florence Cassez si elle est innocente…

Son procès est renvoyé en appel et l’on espère que, pour le moins, il ne laissera planer aucun doute ni de zones d’ombres.

Florence Cassez doit-elle pour autant devenir une héroïne. Son cas nécessitait-il une mobilisation nationale.

Les Présidents de la République, les parlementaires, la presse, etc. devaient-ils s’impliquer autant ?

Et si demain il était prouvé qu’elle est coupable ? Car la vérité judiciaire reste à être démontrée.

Manuel Gomez


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans POINT DE VUE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.