Femen et Hollande : même lâcheté devant l’islam, même combat contre le seul catholicisme

L’occasion du départ de Benoit XVI a donné lieu à des multiples commentaires, et à une nouvelle action provocatrice des Femen. Dans un premier temps, toute la bien-pensance est tombée sur le pape, en préavis de retraite, lui reprochant de ne pas avoir le discours des LGBT. Je me permettrai juste un commentaire sur les propos du chef de l’église vaticane, annonçant son départ, et le justifiant par son grand âge et la perte des forces nécessaires. C’est accablant pour son prédécesseur, Jean-Paul II, mais aussi pour un Brejnev, dont chacun se souvient de la piètre image de vieillards séniles qu’ils donnaient, ridiculisant par leur acharnement l’institution qu’ils représentaient.

Je partage totalement les propos d’Alain Finkielkraut, donnant une leçon déontologique aux journalistes, et plus particulièrement à Caroline Fourest, estimant qu’il est sain que dans une société démocratique, le pape ne se sente pas obligé de distribuer des préservatifs en Afrique et de militer pour l’amour libre en Europe. Ce que le philosophe appelle l’impérialisme de la volonté du temps, et la dictature de la bien-pensance, sommant les Eglises de reprendre l’idéologie du grand journal de Canal Plus.

http://www.dailymotion.com/video/xftwj5

http://www.dailymotion.com/video/xftwj5_alain-finkielkraut-sur-caroline-fourest_news

Mais je trouve également sain, dans notre pays, où le délit de blasphème n’existe pas, n’en déplaise à Bernard Antony, à Civitas ou à l’UOIF, on puisse aussi ironiser sur certains côtés archaïques du discours du chef de l’Eglise catholique. Cela s’appelle un pays démocratique, respectant la liberté d’expression, le droit de croire ou de ne pas croire, et la libre critique de tous les dogmes, donc de tous les cultes.

Par ailleurs, je ne partage pas entièrement le point de vue de Robert Ménard, quant à la réaction du président de la République, estimant qu’il aurait dû rendre un plus grand hommage à l’œuvre du pape, au nom du respect dû au milliard de catholiques dans le monde. Le Vatican n’est pas un Etat démocratique au sens classique du terme, il n’y a pas d’élections démocratiques, pas de parlement, pas de presse d’opposition, on ne peut donc pas qualifier un Pape de chef d’Etat, comme il y en des dizaines au monde. Il est seulement un chef religieux, au même titre que d’autres responsables cultuels exerçant dans le monde, même si son église a une histoire qui a influencé toute notre culture et notre éducation.

http://www.bvoltaire.fr/robertmenard/benoit-xvi-francois-hollande-est-minable,11511
Hollande n’avait donc pas à commenter le choix, ni l’action, du cardinal Ratzinger, justement parce qu’il est le président d’un pays laïque, donc a-religieux. Sarkozy, son prédécesseur, n’avait jamais compris cela, qui se permettait de faire le signe de croix dans l’exercice de ses fonctions, se comportant comme un vulgaire président des USA jurant sur la Bible, alors que la France n’est pas une République catholique, mais un pays laïque, traitant à égalité ses citoyens, croyants ou non-croyants.

Mais là où le responsable de Boulevard Voltaire a raison, c’est quand il pointe le côté minable du président de la République, qui se permet de dire, se pensant drôle, sans prendre le moindre risque, que la France ne présentera pas de candidat à la succession. C’est d’autant plus de l’humour à deux balles que c’est le même Hollande qui envoie ses vœux aux musulmans, lors de la fête de l’Aïd el Fitr, mais ne le fait pas pour les catholiques, à Noël. C’est donc ce même Hollande qui lèche les babouches des musulmans, qui l’ont élu à 93 %, qui se permet d’ironiser sur le départ du chef de l’église catholique. Il sait que ce faisant, il ne court aucun risque, que les cardinaux n’exigeront pas d’excuses de sa part, et n’en feront pas tout un plat. Par contre, s’il ironisait ainsi sur l’ineffable Boubakeur annonçant qu’il quittait son poste de recteur de la Mosquée de Paris pour les mêmes raisons, nous aurions les pleureuses Moussaoui et Ramadan sur tous les plateaux de télévision, une campagne de presse sur la grave islamophobie du président de la République, qui bien sûr aurait « blessé tous les musulmans », sans parler des manifestations revanchardes en Algérie, mais aussi en France, exigeant, une fois encore les excuses de Normal 1er et de notre pays.

Que dire par ailleurs de l’insupportable nouvelle provocation des Femen ?

Image de prévisualisation YouTube

http://ripostelaique.com/femen-et-pussy-riot-des-pseudo-feministes-degenerees-en-mission-contre-la-russie-et-la-france.html

Ces jeunes femmes, majoritairement ukrainiennes, par ailleurs financées par le milliardaire Soros, sont de plus visiblement en mission, tout comme leurs homologues Pussy Riot le sont en Russie. Manifestement, elles n’ont pas compris la différence entre laïcité et athéisme, et se comportent comme des totalitaires qui veulent éradiquer par la violence la croyance… d’une seule religion ! Auraient-elles la nostalgie de l’ancienne union soviétique, où on pensait que l’homme nouveau serait forcément débarrassé de ce que Marx appelait l’opium du peuple, et qu’il fallait l’aider à devenir un homme libre, en persécutant pour cela les religieux, voire en détruisant leurs édifices ?

Cette fois, la grossièreté de la provocation est tellement énorme que même Delanoé et Valls se sentent obligés, en bons faux-culs, de faire le service minimum, et de condamner du bout des lèvres, alors qu’ils les protègent sans vergogne. Qui leur permet d’avoir un local parisien ? Qui leur permet de séjourner en France, et d’y rester, malgré leurs nombreux troubles à l’ordre public ? Qui les fait bénéficier d’une incroyable indulgence de la part des autorités judiciaires ? Imaginons des Identitaires se comporter ainsi dans une mosquée ? Remarquons la différence des mots entre cette véritable agression, et le déchaînement qui avait marqué l’action pacifique de Poitiers. Cette fois, le mot haine, qui avait été repris en boucle par Valls et tous les médias, contre de jeunes militants identitaires qui étaient montés sur le toit d’une mosquée en construction, n’a même pas été repris, ni par les médias, ni par le ministre de l’Intérieur ou le maire de Paris.

A part cela, force est de constater que ces jeunes femmes sont devenues des machines de guerre contre l’église catholique, et laissent une paix royale aux islamistes. Il est vrai que se dépoitrailler sur la place Saint-Pierre à Rome est autrement moins dangereux que le faire que sur la place Tahir, en Egypte, où les journalistes occidentales sont parfois maltraitées, voire violées.

 

Il est vrai qu’attaquer Notre-Dame en plein jour est beaucoup moins risqué que d’attaquer la Grande Mosquée de Paris. Il est vrai, puisqu’elles se réclament de la lutte contre l’homophobie supposée de l’Eglise catholique, que se rouler un patin devant une église est autrement moins dangereux que de le faire devant la mosquée El Fath (la conquête) de la rue Myrah, à Paris. Il est vrai que se foutre du pape est autrement moins dangereux que de faire des caricatures, ou un film, sur le prophète de la religon d’amour, de tolérance et de paix.

Finalement, Hollande-Femen, même lâcheté devant l’islam, même combat face au catholicisme, mais aussi face à la laïcité !

Pierre Cassen


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RIPOSTE LAIQUE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.