Féministe et islamophobe : où militer ?

Je suis féministe et islamophobe et rencontre une véritable difficulté dans la concrétisation de mes combats qui sur certains points sont indissociables : où militer ? Où se faire entendre ? Où être écouté? Où avoir de l’influence ?

Dans les associations féministes Françaises ?

Les mouvements féministes traditionnels sont muets sur la problématique de l’Islam. La plupart défendent des causes justes : lutte contre les violences faîtes aux femmes, l’égalité salariale…D’autres deviennent des vitrines pour la promotion de combats autres tels ceux des homosexuels, des transsexuels. Enfin certains s’intéressent spécifiquement à la situation des femmes en Afrique, au Maghreb ou aux Françaises d’origine de ces régions du monde habitant dans les cités. Combat qui est méritoire mais qui ne met pas en avant les volontés perverses des extrémistes religieux de fermer la porte à l’émancipation de ces femmes.

Dans les partis politiques traditionnels ?  

Depuis quelques années, le sujet de l’égalité hommes/femmes est mis à l’honneur par les représentants des partis politiques traditionnels qu’ils soient de gauche ou de droite que ce soit à propos de la sphère publique ou privée. Or, la situation se dégrade pour la gente féminine : le nombre de violences plus ou moins aggravées s’intensifie : 75000 viols par an…seulement 10% de femmes ont porté plainte. Rien n’est fait en profondeur pour protéger les femmes, les aider dans ces moments pénibles (pas de formation adaptée au bénéfice des policiers, aux médecins, aux magistrats), certaines sont détruites au plus profond d’elle-même jusqu’à la fin de leur vie. De surcroit, nous avons assisté à l’abrogation de la loi sur le harcèlement sexuel par le Conseil Constitutionnel laissant en plan des centaines de femmes en pleine procédure. Les politiques traditionnels ne prennent pas le sujet au sérieux et ne feront jamais le lien avec la montée de l’Islam qui intensifiera de plus en plus ces violences.

Dans les mouvements luttant entre autres contre les effets pervers de l’Islam connotés à l’extrême droite

La femme y paraît absente des débats. Souvent de consonance catholique, la vision de la femme y est encore limitée au rôle principale de mère. Le naturalisme y est consacré : les femmes sont faîtes pour avoir des enfants, en être en charge davantage que les hommes compte tenu de leurs supposées prédispositions.

Cependant, leurs actions, telles celles entreprises par le Bloc Identitaire sont marquantes et permettent de poser le débat aux yeux de tous. On y prône la culture française et européenne, un respect de nos racines chrétiennes. On y alerte sur une situation qui fait que dans moins de 30 ans, notre pays sera défiguré, envahi, possédé par des extrémistes dangereux pour la démocratie. On y combat, on défit cette justice Française qui n’a plus que son nom de juste. Leurs soutiens sont larges : politiques européens, journalistes indépendants,  groupes divers tels Riposte Laïque.

Le combat féministe n’est pas perçu comme une pierre supplémentaire au combat contre la montée en puissance de l’Islam et cette gauche bien pensante.

La faute principale revient certainement aux féministes elles- mêmes ;  peu d’entre elles exercent leurs influences comme peut le faire notamment Anne Zelensky. Nous pouvons être féministes, islamophobes, de culture chrétienne et européenne…aucune incompatibilité entre tous ces qualificatifs. A nous de nous faire entendre, diffuser nos idées pour que dans l’esprit de tous, le féminisme ne soit plus seulement perçu un mouvement de gauche bobo, comme un mouvement agressif envers les hommes, comme un mouvement pacifiste dans les idées…nous devons participer à ce combat de manière active et agir pour faire partie de ces contestataires protégeant notre beau pays.

Adèle Blanchard

 

 


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RESISTANCE REPUBLICAINE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.