Filippetti et ce gouvernement osent parler patriotisme pour brocarder Depardieu : pas eux !

Commentant la lettre de Depardieu au premier ministre, accompagnée de son passeport, Aurélie Filippetti déclare :

« …la citoyenneté française est un honneur, pour laquelle des milliers de gens se sont battus ». Sans doute, mais sait-elle de quoi elle parle ?

Car si les poilus de Verdun et les millions de Français qui se sont sacrifiés au cours de l’histoire  pour défendre leur patrie, pouvaient voir aujourd’hui avec quelle désinvolture nos dirigeants bradent la nationalité française à tout va, avec le droit du sol, les milliers de mariages blancs et les naturalisations accordées à des populations qui refusent l’intégration et rejettent notre culture, tous ces héros se retourneraient dans leur tombe. Madame Filippetti et le gouvernement nous parlent aujourd’hui de patriotisme alors qu’ils ne sont même pas capables de défendre notre identité ! En clair, le patriotisme est une notion ringarde et franchouillarde quand il s’agit de défendre son identité, mais c’est une vertu quand il s’agit de payer ses impôts. Consternant ! Quand on prône les bienfaits d’une société multiculturelle en ouvrant les frontières, on est vraiment mal placé pour critiquer un Depardieu ou les milliers de grosses fortunes qui ont fui notre pays. La libre circulation c’est dans les deux sens ! On ne peut accueillir tous les déshérités de la planète tout en enfermant les riches. La France n’est pas une prison. Et puisque nos dirigeants ont décidé que notre pays serait la terre d’accueil de toute la misère du monde, tout en chassant les riches par une fiscalité confiscatoire, qu’ils assument leur choix suicidaire, au lieu de bêler au patriotisme sans savoir ce que ce mot signifie !

Jacques Guillemain


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans POINT DE VUE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.