Florian Philippot applique la stratégie de Mégret avec l’idéologie de Chevènement

Christine Tasin à tort, http://ripostelaique.com/en-flattant-lislam-philippot-veut-il-etre-la-machine-a-perdre-de-marine-le-pen.html ce n’est pas en de quelconques Chevènement ou Dupont-Aignan que risque de se transformer Marine Le Pen sur les conseils de Florian Philippot, mais en Perrine et le pot-au-lait.

L’énarque Philippot ressemble de plus en plus à Mégret, qui était polytechnicien. Comme ce dernier, il rêve de mettre la main sur le Front National, et a pour cela une stratégie simple : parler de l’Europe sans parler de la France, ou seulement au détour d’une phrase, puis nous faire le coup du bon républicain avec la fameuse distinction entre bons musulmans et islamistes, ce qui permet au passage d’escamoter la vraie question celle de l’islam.

Voici comment il s’en tire : « À mon sens, le vrai clivage idéologique sépare ceux qui croient encore en la France et ceux qui n’y croient plus. À ce titre, il y a une bien moindre distance idéologique entre Chevènement et Marine Le Pen qu’entre Chevènement et Hollande. »

En réalité le clivage est entre ceux qui croient en la France et sa civilisation et ceux qui par opportunisme brassent du vent autour de la mondialisation sans jamais parler du cancer islamiste, ni de la disparition de notre civilisation, ni du grand remplacement, comme dit Renaud Camus.

Mais reprenons les textes et notamment l’interview de Philippot à « Causeur ».

« Le problème est le développement exponentiel de l’islam radical en France, phénomène qui résulte de la politique d’immigration ! Islamisme et immigration sont évidemment liés, mais s’y surajoute une capitulation de la République française qui, depuis dix ou quinze ans, renonce à certains de ses principes cardinaux, comme la laïcité. On le voit sur le financement de certains lieux de culte, mais aussi devant la montée des revendications communautaristes à l’école ou dans l’entreprise. »

Causeur : Vous n’allez pas nous jouer cet air-là ! Ce n’est pas seulement l’islamisme qui vous pose un problème, mais l’islam que beaucoup de gens, au FN, considèrent comme hétérogène à la culture française…

« Je connais personnellement des Français musulmans infiniment plus fiers de leur pays que pas mal d’étudiants de Sciences Po, pourtant de vieille ascendance française, qui vomissent le patriotisme.

Voilà pourquoi je ne confondrais jamais islam et islamisme ! Plus la République sera faible face à l’islamisme, plus elle laissera se développer des ghettos via l’immigration, plus elle laissera penser aux Français que c’est l’islam le problème. Voilà pourquoi il faut immédiatement prendre deux mesures : rétablir la laïcité partout et stopper l’immigration légale et clandestine. À partir de là, les tensions s’apaiseront naturellement et la France reprendra son chemin. »

Ce qui se lit en filigrane dans son discours, c’est la culpabilité du peuple français qui n’accepte pas l’islam, un islam, qui rappelons-le au jeune Philippot, n’est soluble ni dans la République, ni dans la démocratie, ni dans la France.

En réalité comme d’autres qui se disent antisionistes, Philippot se veut un trait d’union entre le Front national et les musulmans, surtout dans leur version islamiste. Mégret dans la méthode, Chevènement dans l’idéologie, ainsi se présente-t-il.

Certes, pour faire plaisir à Marine Le Pen ou plutôt l’endormir, il récite le catéchisme que lui-même a mis en place, « l’Europe, l’euro, la mondialisation la spéculation financière, l’immigration, la perte de souveraineté »… un catéchisme altermondialiste sans chaire, une incantation digne d’un congrès du parti socialiste. Il manque tout simplement l’amour charnel de la France, qu’on ressent chez Marine Le Pen et nombre de dirigeants du FN tels Louis Aliot ou Marie-Christine Arnautu.

Son objectif est clair il reprend la bonne vieille méthode du MRP (qui fut la machine à réintégrer les notables collabos dans la vie politique) et de la démocratie chrétienne italienne, faire du neuf avec ce qui lui semble être de trop français ou de trop peuple dans le Front national, le passer au karcher puis le ripoliner et en faire une machine à la Gianfranco Fini, un centre droit qui irait un peu à gauche tout en n’oubliant pas de rester au centre, un vaste et magnifique programme sorti tout droit des cerveaux de l’énarchie.

Ce qu’oublie ou ne veut pas voir Philippot, c’est que les classes moyennes et les classes populaires françaises se sont  péri-urbaniser sous la poussée de l’islamisation de la Banlieue et ne pas voir cette « invasion » de l’islam ou alors, comme la gauche parler de « quartiers populaires»  de baisse des subventions publiques pour le social (comme le fait Stéphane Gattignon le démagogue maire de Sevran) c’est en réalité vouloir passer passer à coté de la question essentielle : l’islam et tout ce qui en découle pour notre pays, de la fracture ethnique, à des aides sociales de plus en plus accordées sur des motifs « raciaux » car tous savent que l’APL, les allocations familiales, les logements HLM attribués en premier lieu aux immigrés qui sont à 95 % musulmans sont la redistribution en direction des immigrés de richesses produites par les Français.

C’est cette politique de « remplacement du peuple français » qui a permis, à la demande des immigrés eux-mêmes, que se créent des ghettos, des économies parallèles, des enseignements du coran sur le temps de l’école et de plus en plus de non-dit sur : les viols, les violences aux personnes, les vols, les trafics de drogue, etc.

En réalité chez Philippot et ses affidés, nulle ambition, politique, nulle vision pour la France et pour un parti : le Front National, qui pourrait aisément se transformer en véritable force alternative. Telle une boîte à musique déréglée, seule lui importe la récitation des antiennes qui coûtèrent un certain nombre de suffrages à Marine Le Pen : l’euro, l’Europe et ces salauds de patrons.

Alors que le naufrage annoncé de l’attelage UMPS et de leurs énarques paraît inévitable, faut-il vraiment mettre en avant un autre énarque qui ne connaît rien au peuple, pour offrir enfin aux Français la véritable alternative qu’ils attendent, celle de la reconquête de leurs valeurs, de leur civilisation et de leur âme… Tout ce que l’islam, n’en déplaise à Philippot, rêve de détruire!

Lazare Zylbergleitt

Print Friendly

Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RESISTANCE REPUBLICAINE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.