Horreur ! Depuis des dizaines d’années, les petits musulmans mangent des mousses impures à l’école !

Suite à l’article paru dans Résistance Républicaine, hier, sur les 8200 mousses au chocolat jetées à la poubelle pour cause de traces de porc, on ne peut que s’exclamer : quel foutage de gueule !

En effet, quand on sait que les repas à la cantine sont quasiment les mêmes au fil des semaines, même entrée, même plat, même dessert le lundi, même entrée, même plat, même dessert le mardi et cela jusqu’au vendredi, on a envie de demander : « mais pourquoi aujourd’hui ? »

Et on peut remonter très loin dans le temps pour ce qui concerne les méthodes de fabrication chez Yoplait, Nestlé, Danone et autres firmes alimentaires qui, on le présume, n’ont pas attendu aujourd’hui pour utiliser des traces de porc dans la gélatine. Et imaginer cette industrie du yaourt, de la mousse, des flans, et autres délices sucrés mettre exprès des traces de gélatine pour incommoder les Musulmans relèverait de la bêtise la plus incurable.

Ce qui revient à dire que depuis des dizaines d’années, les petits Musulmans de France ont mangé sans sourciller des mousses impures découvertes aujourd’hui par… Qui ? Si ce n’est pas des esprits complètement tordus qui voient du porc partout. Jusqu’à présent, on consomme le porc sans ambiguïté sous forme de côtelettes, de rôtis, de farce, de cassoulet, et il ne serait venu à l’idée de personne – de personne non Musulmane- d’aller chercher sur une étiquette la présence de quelques traces de porc dans la composition des mousses. C’est qu’il faut vraiment vouloir aller chercher la petite bête car la petitesse des écrits sur les boîtes nécessite presque l’utilisation de la loupe !

Si on se place sur un plan scientifique, lorsqu’un médicament ou toute autre substance possèdent des « traces » d’un produit toxique, cela signifie qu’à l’état de trace, justementla substance n’est plus toxique. Par conséquent, il semblerait que dans cette histoire depuis les Musulmans obsédés du porc au peureux directeur d’école en passant par les veules syndicats, tous ces protagonistes aient de sérieuses lacunes en connaissances scientifiques ! 

Quoiqu’il en soit, cela n’en demeure pas moins un cran de plus dans les revendications incessantes d’une population qui devrait, pour vivre comme elle l’entend, ne pas choisir un pays de porcs mais rester ou partir sous les cieux merveilleux de leur prophète.

A la lumière de cet énième incident, il est à craindre que la phrase d’Elena Tchoudinova dans son admirable livre, La Mosquée de Notre Dame ne prend tout son sens : « quand on commence à faire des concessions, on ne peut plus s’arrêter. »

Caroline Corbières

Print Friendly

Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans DEBATS LAIQUES. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.