Les intellectuels de gauche complices de tous les totalitarismes

Publié le 30 juin 2015 - par - 1 731 vues
Share

sartre-1979« Il vaut mieux avoir raison avec Alain de Benoist que tort avec BHL », c’est ce que déclarait dans sa sagesse Michel Onfray, un AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) de gauche.  Immédiatement, le camp du « Bien », supporteur de l’entartré, déclarait que, Onfray, l’apostat de gôche, sortait Alain de Benoist, « inspirateur des idées d’extrême droite » de la naphtaline. C’est dire le degré zéro du débat « intellectuel » dans ce pays. Nous constaterons les tentatives d’intimidations continuelles du camp du « Bien ». Son totalitarisme. Son intolérance à tout ce qui bouge sans leur consentement. Bref, à toute pensée non classée AOC , comme pour les produits alimentaires. Mangez, buvez,  mais  mangez et buvez AOC de gauche.

Cette déclaration récente de Michel Onfray, vaut bien pour Raymond Aron et Sartre. Aron avait raison contre Sartre. Un fait communément reconnu de nos jours. Ce qui n’enlève rien au talent d’écrivain de Sartre. Il s’agit de sa pensée et de l’idéologie qu’il véhiculait, que contestait Aron, l’éclairé.

Aron, ici, donne sa vision de la cause d’une telle influence du communisme dans la sphère intellectuelle française. La grande tendance à l’universalisme, partiellement issue du catholicisme, et la recherche constante d’une solution complète et totale au problème social ; ce que promettent les thèses communistes. C’est exactement ce que fait l’islam qui s’active socialement dans nos banlieues, là ou la France n’a plus accès. Et, quelle chance, c’est le Qatar qui vient à l’aide financière massive des associations caritatives musulmanes des banlieues, pour « résoudre » les problèmes sociaux, chers à la gauche internationaliste de Besancenot, supporter du Hamas, dont on ne sait pas s’il est chiite ou sunnite et/ou les deux à la fois.  C’est dire la confusion dans les esprits de gauche.  Sans oublier les clercs qui dirigent les catholiques, qui marchent bras-dessus-bras-dessous avec cette idéologie politico-religieuse qui manipule leurs idioties utiles sans limites.

https://www.youtube.com/watch?t=27&v=NF18m9rig6o

Aron estime que les deux régimes, l’hitlérisme et le stalinisme sont de même nature, puisqu’ils partagent des caractéristiques essentielles, principalement la volonté de refaire la société, recréer l’homme, faire un nouvel homme. L’islam exige que l’homme devienne partie intégrante de l’Oumma. Maintenant, du Califat de l’Etat Islamique qui s’étend de manière fulgurante à travers le monde. Ils veulent le nouvel homme musulman. Le nouvel homme sunnite, dont le salafisme est une branche agissante.  Le salafisme est aux sunnites, ce que la SA fut au nazisme.

Revenons au temps présent. Comme je suis réactionnaire et fière de l’être, ce n’est pas parce que je suis en réaction contre une idéologie gauchiste internationaliste, antisémite, terroriste de la pensée, que je suis d’extrême droite. Je réagis contre leurs idées. Je suis donc réactionnaire, ce qui n’a rien à voir, de mon point de vue, avec l’extrême droite.  Je préfère donc,  avoir raison avec Alain de Benoist, Renaud Camus, Richard Millet (De l’antiracisme comme terreur littéraire) , Robert Redeker (Le soldat impossible) et désormais aussi Michel Onfray, dont on se demande pourquoi il se revendique toujours de la gauche, comme Alain Finkielkraut (Une identité malheureuse).  Comme si réagir contre le mal qui vous gangrène, vous menace, était un gros mot. Un péché capital. Pour ce qui est des « autres » que je ne classerai pas dans la catégorie des intellectuels, comme des journalistes éclairés, nommés Zemmour, Elisabeth Lévy, Ivan Rioufol ou Yves de Kerdrel, eux, épousant les pensées de ces intellectuels réactionnaires, façonnent l’opinion, puisque les intellectuels réactionnaires ne sont pas lus, ou peu, par le grand public. Hélas. Ceux là, sont les relais indispensables vers l’opinion, tout autant que les sites comme Riposte Laïque, Résistance Républicaine, Boulevard Voltaire, Atlantico, Dreuz Info, Causeur et ceux que j’oublie, me pardonneront.

Le nazisme vaincu par la guerre, le communisme effondré, le maoïsme, jamais évoqué, comme c’est curieux, disparu au profit de l’économie de marché, dans ce vide idéologique, ressurgit un très ancien totalitarisme qui sent qu’il peut profiter des tourments du monde, pour reprendre sa place, s’étendre par tous les moyens, par la violence et la terreur. Je désigne l’islam du Califat, l’islam de la Oumma. Mais, l’islam sunnite en particulier. Il croit son heure à nouveau arrivée et le fait savoir par les moyens technologiques inventés par l’Occident honni. Aux premiers rangs des « idéologues » nouveaux idiots utiles de gauche, rescapés du communisme, du maoïsme, du trotskisme. Pleynel, Askolovitch, Besancenot, Krivine, Morin, Todd, la liste n’est pas exhaustive pour  les islamo-collabos les plus en vue. Pour eux, l’islam est une chance pour la France. Toute contestation de cette idéologie politico-religieuse et de son système juridique, la charia, est du ressort du racisme. C’est dire la falsification des mots de cette Propaganda Staffel, appuyée par le CFCM, dont le talent incomparable est de victimiser les musulmans en désignant le pays d’accueil comme « islamophobe », l’arme fatale d’intimidation. Il sont les nouveaux fascistes, comme le dit si bien l’égyptien, Hamed Abdel Samad, écrivain germano-égyptien célèbre outre Rhin, lequel vit sous haute protection policière pour menaces de mort, comme notre Robert Redeker et  dont voici mon interview :

http://www.dreuz.info/2015/01/13/entretien-exclusif-dreuz-info-hamed-abdel-samad-virulent-islamo-critique-et-musulman/#sthash.AqHyXVjJ.dpbs

Toutes ces personnalités que je cite, se battent contre le totalitarisme islamique. Ils le font avec courage, témérité, ténacité au péril de leur vie. Oui, car de la part de la majorité des faiseurs d’opinions du camp du « Bien », ils reçoivent en plus, des volées de bois vert et de gracieuses insultes, les classifiant dans la « faschosphère », lorsqu’ils ne sont pas injuriés « d’extrême droite », tout en déclarant « qu’ils l’ont bien cherché. » Pire, le camp du « Bien » dans sa grande « tolérance » tente de les écarter du champ de leur profession. Pour les uns, ils sont remerciés par leurs maisons d’édition, pour les autres, ce sera l’éviction d’émissions de télévision ou de radio et d’expression écrite dans les journaux. Les derniers sont carrément passés sous silence. Les agissements du totalitarisme du camp du « Bien », nous les observons fréquemment. Ce que j’appelle le terrorisme de la « pensée » de gauche, si toutefois la gauche a une pensée autre que totalitaire. Cette gauche qui a trouvé son appellation suprême : la zemmourisation des esprits. Jadis, ils lançaient allègrement : la lepénisation des esprits. Des termes destinés à intimider ceux qui ne pensent pas conforme. Qui refusent de s’aligner sur la pensée unique.

Je disais donc en titre, que les intellectuels ont toujours aimé les totalitarismes. De Staline à Mao, en passant par Pol Pot, Castro et le « petit boucher de la Cabana », je cite Ernesto Che Guevara idolâtré par le facteur Besancenot. Ils les magnifiaient en ignorant allègrement que ces régimes étaient des régimes de terreur. Je n’oublierai pas non plus cette gauche qui installa Pétain au pouvoir, ce qui signifiait l’aplaventrisme à l’hitlérisme. Ils n’ont pas changé, ils s’aplatissent devant l’islam et ses revendications. Ils ne font aucune exception à leur histoire, ils aiment les totalitarismes, dont le dernier est l’islam conquérant. Cet islamisme conquérant, dont ils viennent enfin de désigner la branche salafiste, grâce aux dernières déclarations de Valls sur « la guerre des civilisations ». Cependant, toujours dans le déni, ils séparent le salafisme de l’islam, estimant presque que ça n’a toujours rien à voir avec l’islam.  Et même, l’on peut entendre, toujours suite aux déclarations Valls sur la « guerre de civilisation » que le salafisme n’est pas une civilisation, en conséquence, il n’y a, selon ces commentateurs toujours aveugles et ignorants, pas de guerre de civilisation. Askolovitch, salarié par ses « salafis » qataris sera de leur avis. On ne mord pas la main qui vous nourrit.

C’est contre cela qu’il nous faudra résister avec vaillance, comme nos ainés résistants contre les nazis. Comme les dissidents russes, contre Staline. Ca nous coûtera, mais vos enfants, vos descendants, vous seront reconnaissants, car c’est vous qui entrerez dans l’histoire.

Sylvia Bourdon

Share

Les commentaires sont fermés.