Interrogé sur les casseurs gauchistes, Valls craque et fait à Goasguen le coup de l’extrême droite !

Publié le 26 février 2014 - par - 3 564 vues
Share

http://www.youtube.com/watch?v=xzhSsyrb82Q#t=200

Le coup de l’extrême droite est décidément le dernier recours d’un gouvernement, et d’un ministre de l’Intérieur à la dérive. Interpellé sur les scènes de guerilla urbaine qui se sont déroulées à Nantes, le week-end dernier – avec seulement une dizaine d’arrestations, le ministre de l’Intérieur, avec un visage haineux, fait le parallèle avec les manifestations d’extrême droite – c’est ainsi qu’il qualifie La Manif pour Tous ou Jour de Colère – et nous fait le cinéma d’un gouvernement impitoyable face aux extrémistes. Il oublie simplement de préciser que La Manif pour Tous et Jour de Colère n’ont jamais brûlé une voiture, ni même vandalisé une boutique, et que ce sont plutôt ses policiers qui ont multiplié les provocations à son encontre.

Arrestations-Nantes-ou-ParisAllant au bout de la malhonnêteté, il accuse, à bouts d’arguments, Claude Goasguen de venir de l’extrême droite. Au-delà de la faiblesse du groupe UMP, qui met le temps à suivre son député, qui appelle tout le monde à sortir, il est intéressant de voir comment le coup de l’extrême droite est vraiment le joker d’un gouvernement écolo-socialiste, dont nombre de députés et de sénateurs (dont le président Bel lui-même) viennent eux-mêmes de l’extrême gauche !

Chose intéressante, on sent Valls à bouts de nerfs, avec un rictus haineux, à la fin de son intervention. Va-t-il encore devoir faire des excuses, comme il avait été appelé à le faire, après avoir accusé la droite, en novembre 2012, d’être responsable du retour du terrorisme ?

http://www.youtube.com/watch?v=heFF8QyN1oM

Faut-il rappeler, puisque Valls qualifie sans arrêt ses adversaires politiques de « factieux », « d’ennemis de la République » et de « nostalgiques de l’extrême droite », que c’est bien lui, qui figure, sur cette photo, en compagnie d’un militant britannique, Terry Cooper, qualifié de néo-nazi par les journaux du pays ?

Valls-Cooperneonazi

Bien évidemment, personne ne songe à reprocher au ministre de l’Intérieur cette photo. Nous ne sommes pas certains que si, au lieu de Manuel Valls, il s’agissait de Goasguen, Jacques Bompard, Gilbert Collard ou Marion Maréchal Le Pen, il n’y aurait pas de campagne de presse, ni d’interpellation à l’assemblée nationale, sur l’origine de ce cliché…

A part cela, tout cela sent très mauvais pour Manuel Valls. Il y a deux mois, tout le monde le voyait à Matignon. Aujourd’hui, comme le disait Christian Vanneste dans Boulevard Voltaire, avant ce nouvel incident, « Plus dure sera la chute ».

http://www.bvoltaire.fr/christianvanneste/valls-plus-dure-sera-la-chute,51526

Jeanne Bourdillon

Share

Les commentaires sont fermés.