Intervention d’Oskar Freysinger, lors de la manifestation contre le fascisme islamiste

Le combat contre le dogme islamique n’est pas un combat contre une religion, mais contre un totalitarisme qui s’est revêtu d’oripeaux religieux pour mieux asservir les esprits.

Combattre l’Islam, c’est se battre pour le droit des individus à la remise en question de toute idée, aussi dogmatique soit-elle.

Combattre l’islam, c’est se battre pour la liberté de conscience et d’expression.

Refuser le dogme patriarcal d’un autre âge que représente l’Islam, c’est se battre pour la dignité et l’égalité des femmes.

Se battre contre une loi prônant la soumission sans concessions, c’est permettre à l’humanité de relever la tête et se « moucher dans les étoiles », comme disait Brel, plutôt que de mordre la poussière en mettant la tête dans le sable.

S’ériger contre les préceptes moyenâgeux d’une nouvelle forme de barbarie, c’est contribuer à libérer tous les musulmans qui aimeraient se défaire du joug idéologique que leur imposent les fondamentalistes.

Que nous soyons bouddhistes, chrétiens, juifs ou musulmans, la première victime de l’islamisme, c’est notre humanité.

Cette humanité qui nous recommande de ne jamais jeter la première pierre.

Qui nous incite au pardon et à l’amour universel.

C’est sans haine pour les musulmans, premières victimes de leur propre dogme, que nous nous érigeons contre la propagation d’une idéologie qui cherche à étouffer notre esprit critique et à nous asservir.

Il en va de la survie d’une culture millénaire qui, en partant de l’étincelle allumée jadis en Grèce antique a abouti au siècle des lumières, nous permettant d’émanciper notre raison du carcan qui l’enfermait.

Permettre à l’islam de prendre en otage nos sociétés démocratiques, c’est faire descendre à jamais la nuit sur nos têtes.

C’est étouffer la flamme du logos.

C’est sacrifier la liberté.

Quelle que soit notre condition humaine, il est de notre devoir de relever la tête et d’utiliser notre raison pour sauver la diversité culturelle, politique et philosophique qui fait la richesse du monde.

Que ce jour marque le début d’une « reconquista » intérieure, spirituelle.

Si nous gagnons les têtes et les cœurs de nos frères humains, si des multitudes se lèvent à notre appel, nous sauverons notre dignité, nos droits, notre humanité!

Voilà ce que nous devons à nos enfants et à nous-mêmes !

Vive la liberté !

Oskar Freysinger

Texte lu par Bernard Migy

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=KBK4a0Y26Ao[/youtube]

http://www.youtube.com/watch?v=KBK4a0Y26Ao&feature=autoplay&list=ULR3kLxtfwT2U&playnext=10


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RESISTANCE REPUBLICAINE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.