Interview d’Élisabeth Sabaditsch-Wolff : « Je me battrai jusqu’au bout ! »

Publié le 21 février 2011 - par - 460 vues
Share

 

Élisabeth Sabaditsch-Wolff a été piégée par « News », un luxueux hebdomadaire autrichien, qui a envoyé une journaliste assister incognito à trois de ses conférences sur l’islam et la charia, à Vienne, qu’elle a enregistrées à son insu. (1)

Les avocats de cet hebdomadaire de gauche ont ensuite remis les transcriptions de ces conférences au parquet de Vienne, pour prouver qu’Élisabeth aurait tenu un discours de haine contre l’une des religions officiellement reconnues par  les lois autrichiennes – l’islam. Le 15 septembre 2010, elle a été inculpée par l’État autrichien, et citée à comparaître le 23 novembre devant un tribunal constitué d’une seule juge. Le 15 février 2011, Élisabeth a été reconnue coupable, en vertu de l’article 283 du code pénal autrichien, d’avoir dénigré des enseignements religieux par ses commentaires négatifs sur l’islam, et condamnée au paiement d’une amende de 480 euros. (2)

Dans les attendus de son jugement, la juge déclare que  la liberté d’expression protège Élisabeth contre l’accusation d’avoir tenu un discours incitant à la haine. Mais elle ajoute que l’affirmation selon laquelle Mahomet était un « pédophile » est diffamatoire, puisque son épouse enfant (Aicha avait six ans au moment de son mariage forcé avec Mahomet, et neuf ans lorsque Mahomet l’a violée) était toujours son épouse lorsqu’elle a eu 18 ans ! (3)

Élisabeth Sabaditsch-Wolff n’est pas une femme au foyer viennoise ordinaire. Elle est la fille d’un diplomate autrichien ayant séjourné dans plusieurs pays musulmans, y compris l’Iran, le Koweït et la Libye. À l’âge de six ans, elle a fait l’expérience en direct des horreurs de la Révolution islamique à Téhéran lorsque l’ayatollah Khomeiny a déposé le régime du Shah. Elle était au Koweït quand Saddam Hussein a envahi ce pays en 1990, et elle a été évacuée. Elle est retournée au Koweït à la fin des années 90, et y a compris ce que signifient la charia et la doctrine islamique dans un pays musulman. Elle était en Libye le 11 Septembre 2001, et elle y a été témoin de l’antisémitisme musulman.

Depuis quelques années, Élisabeth donne des conférences sur l’islam et la charia,  afin de faire comprendre à ses compatriotes la menace que représente l’islam, et parce qu’elle ne veut pas que sa fille vive sous la charia. (4)

================================================================

Riposte Laïque : En compagnie de 24 orateurs venus de 9 pays européens, vous avez donné un discours lors des « Assises internationales sur l’islamisation de l’Europe », qui ont eu lieu le 18 Décembre 2010, dans l’Espace Charenton, à Paris, et qui ont été suivies en direct sur Internet par plus de 500.000 personnes. Que pensez-vous de cet événement ? Comment vous sentiez-vous?

Élisabeth Sabaditsch-Wolff : J’ai été extrêmement fière d’avoir été invitée à parler lors de cette occasion. C’était un privilège que de pouvoir s’adresser à autant de personnes, venant de tant de milieux différents, et je les remercie d’avoir eu le courage de passer un samedi entier à nous écouter parler des dangers de l’islam et de la charia, alors même que les vacances de Noël venaient de commencer.

Riposte Laïque : Lors de ces Assises, vous nous aviez fait part du procès qui vous était intenté par l’État autrichien. Aviez-vous incité à la haine, comme l’État autrichien vous en accuse, lors de vos conférences incriminées ?

Élisabeth Sabaditsch-Wolff : Bien sûr que non. Je n’ai attaqué personne. J’ai simplement expliqué, à un groupe d’auditeurs intéressés, les enseignements du Coran, des hadiths et de la sîra, et leurs implications pour l’Europe. Je n’ai pas incité à la haine : en fait, si on lit le Coran soigneusement, on se rend compte que c’est le Coran qui incite à la haine envers « l’autre », c’est-à-dire envers les Juifs, les Chrétiens, les femmes, les homosexuels, et en général envers tous les non-musulmans.

Riposte Laïque : Pouvez-vous décrire à nos lecteurs l’ambiance de votre procès ? A-t-il été fortement relayé par les médias autrichiens ?

Élisabeth Sabaditsch-Wolff  : Les médias autrichiens ont complètement censuré les informations relatives à moi-même et au procès qui m’était intenté, si ce n’est pour me calomnier et me dénigrer. Mon avocat a eu beaucoup de travail pour réfuter ces calomnies, ce qu’il a heureusement fort bien réussi jusqu’à présent.

Riposte Laïque : Qu’est-ce que vos concitoyens pensent de votre procès ?

Élisabeth Sabaditsch-Wolff : Les gens ordinaires ne sont pas informés de mon procès. Cependant, grâce à ce que l’on appelle les nouveaux médias – les blogs et les sites d’information sur Internet – de plus en plus de gens prennent conscience de la grave injustice qui me frappe. Quand ils apprennent les faits, ils sont indignés, quelles que soient leurs origines. En particulier, les avocats et les juristes sont consternés de voir le genre d’accusations contre moi qui ont été acceptées par la juge. Ils sont d’avis que, même si je viens d’être déclarée coupable dans un premier temps, l’appel sera définitivement un succès.

Riposte Laïque : Comment réagissez-vous à l’amende qui vous frappe, et à la déclaration de la juge concernant votre condamnation?

Élisabeth Sabaditsch-Wolff : L’amende ne me préoccupe pas. Par contre, le raisonnement de la juge, dans les attendus, est extrêmement préoccupant.

Riposte Laïque : Quelle va être votre prochaine action ? Allez-vous faire appel du jugement ?

Élisabeth Sabaditsch-Wolff : Je vais bien entendu faire appel. Soyez assurés que je ne vais jamais accepter d’être condamnée pour mes propos, et que nous irons jusqu’au bout, si nécessaire jusqu’à la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

Riposte Laïque : Pensez-vous que vous finirez par gagner, et par être innocentée ?

Élisabeth Sabaditsch-Wolff : Je gagnerai, ou alors je ferai mes valises et je quitterai l’Autriche pour un autre pays.

Riposte Laïque : Pensez-vous que votre procès bénéficie à la lutte contre l’islamisation ? Si oui, pourquoi ?

Élisabeth Sabaditsch-Wolff : Oui, ce procès sera bénéfique, parce que les gens à travers toute l’Europe réagissent de plus en plus fortement à la grave injustice qui me frappe.

Riposte Laïque : En France, Riposte Laïque est également accusée d’incitation à la haine raciale par la Ligue des Droits de l’Homme, et menacée de poursuites pénales ; et le journaliste français Éric Zemmour vient d’être condamné, pour la même raison, à 2000 euros d’amende avec sursis, sur plainte d’autres associations dites antiracistes. Êtes-vous surprise de voir cela arriver dans le pays de Voltaire ?

Élisabeth Sabaditsch-Wolff : Non, ce n’est pas du tout surprenant. L’Union Européenne est régie par des gens qui n’ont aucun respect pour la liberté d’expression. Nous avons désespérément besoin en Europe d’un Premier Amendement inspiré de celui de la Constitution des États-Unis, qui garantit la liberté d’expression en toutes circonstances. La liberté d’expression doit être absolue. Vous n’en avez pas besoin pour les conférences de presse du Président de la république, vous en avez besoin pour les discours tenus sur des sujets controversés.

Riposte Laïque : Geert Wilders, le leader du Parti pour la Liberté, est également poursuivi en justice dans son pays, les Pays-Bas. Lors de la réouverture de son procès, le 7 février 2011, il a déclaré ceci : « Les lumières s’éteignent sur l’Europe. Quiconque pense ou parle différemment, est menacé. Les citoyens amoureux de la liberté qui critiquent l’islam, ou même qui ne font que suggérer qu’il existe une relation entre l’islam et la criminalité ou les crimes d’honneur, souffrent, sont menacés,  poursuivis ou mis hors la loi. Ceux qui disent la vérité sont en danger. » Avez-vous quelque chose à ajouter à cette dramatique déclaration ? (5)

Élisabeth Sabaditsch-Wolff : Oui, trois mots latins : Quod erat demonstrandum. Le verdict me déclarant coupable prouve à quel point les propos de Geert Wilders sont hélas exacts. (6)

 

Propos recueillis et traduits par Maxime Lépante.


(1) Cette présentation d’Élisabeth Sabaditsch-Wolff est reprise (avec quelques modifications, et plusieurs ajouts) du site « Poste de veille » :

Interview : Élisabeth Sabaditsch-Wolff, inculpée pour avoir critiqué l’islam

http://www.postedeveille.ca/2010/11/interview-de-lautrichienne-elisabeth-sabaditsch-wolff-inculpee-pour-avoir-critique-lislam.html

(2) Autriche : Élisabeth Sabaditsch-Wolff condamnée pour blasphème

http://www.postedeveille.ca/2011/02/autriche-elisabeth-sabaditsch-wolff-condamnee-pour-blaspheme.html

(3) Nos lecteurs apprécieront à sa juste valeur le caractère particulièrement pervers et retors du raisonnement de la juge autrichienne, qui ressemble de façon frappante aux textes islamiques concernant Mahomet et Aicha.

(4) Nous conseillons de lire le texte de l’excellente conférence donnée à Copenhague par Élisabeth, le 27 novembre 2010, consacrée à l’islamisation de l’Europe, et aux poursuites engagées à travers tout le continent contre les personnes qui, comme elle, dénoncent le totalitarisme de l’islam :

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/article-un-autre-geert-wilders-elisabeth-sabaditsch-wolff-a-copenhague-61975714.html

(5) Procès de Geert Wilders : son discours d’ouverture

http://www.bivouac-id.com/billets/proces-de-geert-wilders-son-discours-douverture/

(6) Élisabeth vient de publier un texte de remerciement aux différents personnes et organisations qui la soutiennent dans son combat :

http://english.savefreespeech.org/?p=336

 

Share

Les commentaires sont fermés.