J’ai quelques raisons de ne pas aimer les disciples de l’islam

Publié le 27 juillet 2014 - par - 2 788 vues
Share

LOGO FRERES MUSULMANS 13-03-2013Je suis le frère aîné d’une jeune sœur de plus de dix ans plus jeune que moi. Elle a épousé un musulman, un Marocain en l’occurrence, en contradiction de l’opinion de toute notre famille, française, bien qu’avec des origines italiennes côté maternel, et chrétienne catholique. En contradiction notamment avec moi-même, son frère aîné donc, qui l’ai prévenue qu’un mariage était déjà difficile à réussir, à moyen, voire à long terme, pour un couple de même culture et de même religion. Je l’ai également avertie des difficultés supplémentaires voire infranchissables en cas de séparation et/ou de divorce, du fait de nombreux exemples désastreux de couples internationaux, de cultures et religions hétérogènes, dans le passé, non seulement avec des musulmans mais également d’autres religions et nationalités. Tout ceci alors que j’avais moi-même un à-priori négatif, voire très négatif sur la religion et la culture des gens en question. Malgré tout, elle a décidé d’aller de l’avant et de poursuivre son projet, s’est donc mariée et un enfant est né de cette union, enfant dont il est d’ores-et-déjà inutile de préciser qu’il sera lui-même élevé selon les rites musulmans.

Malgré cela et par amour pour elle, que je connais bien puisque je l’ai en partie élevée et m’en suis beaucoup occupé étant alors une jeune enfant, je suis allé fêter son mariage au Maroc après avoir célébré son mariage traditionnel dans une mairie française.

Quelques années plus tard, ayant divorcé moi-même puis ayant fait un burn-out, un épuisement professionnel et personnel important, après que j’ai eu négocié le départ de mon entreprise, et devant mon état de détresse avancée, aux limites de la dépression et sous traitement temporaire afin de me permettre de m’aider à le relever de tout cela, ma sœur m’a alors proposé, par amour pour moi également, d’aller la rejoindre au Maroc. Je précise tout de suite que cette dernière est une fille « très bien », profondément honnête, responsable et généreuse malgré certains défauts de la nature humaine que nous partageons tous, n’ayons aucun doute à ce sujet si vous le voulez bien.

Mon beau frère, et surtout son frère cadet, que nous appellerons respectivement M. et S. pour la commodité d’écriture et de synthèse, m’ont alors proposé d’entrer en affaires avec eux dans le but d’ouvrir un bar de mon côté, du fait des restrictions religieuses toutes théoriques qui les empêchaient de le faire de leur côté, et eux un restaurant adjacent dont les deux établissements profiteraient de synergies de proximité évidentes.

J’ai donc créé une société, commencé à payer des loyers pour réserver les locaux, commencé et continué à financer les travaux nécessaires. M. n’a pas participé aux négociations avec les propriétaires des locaux et de la licence d’alcool, à la différence de S. qui s’y est carrément impliqué et qui s’est proposé de s’occuper du contrat pour le tout c’est-à-dire location des lieux et de la licence d’alcool, du fait de sa connaissance du fonctionnement des affaires au Maroc, ayant lui-même déjà d’autres sociétés dans le domaine de la restauration, de l’esthétique et du bien-être mais également dans d’autres domaines très différents.

Ni S. ni M., sous prétextes d’autres affaires plus importantes à gérer, ne se sont jamais vraiment occupés du projet hormis l’implication de l’un de leurs employés-cadre qui s’est quand même, lui, bien investi.

Or, le fameux contrat n’a jamais vu le jour et faute d’argent à investir davantage, vu que je n’avais eu, en l’espace d’une année et demie, que des « sorties » et absolument aucune entrée d’argent. J’ai donc du rentrer d’urgence en France bon sans qu’il m’ait été promis de me rembourser. Une année a passé et je n’ai récupéré en tout et pour tout que 9% de la somme totale invertie, alors que S. vit dans le luxe, entre les revenus de ses multiples sociétés, ses maisons, appartements, voitures de luxe, femmes de maison, chauffeurs entre autres.

J’ai donc forgé la conviction et suis aujourd’hui désormais certain qu’il s’agissait dès le début d’une escroquerie.

Par delà le cas personnel, je peux témoigner de mes presque trois années sur place, d’une religion et d’une culture rétrogrades, moyenâgeuses des dires mêmes d’un des tout meilleurs avocats de la ville où se sont déroulés les faits. Je peux témoigner de l’agressivité quasi génétique, héréditaire de la plupart de ces gens, malgré l’exception de certain(e)s pour être totalement objectif; de leur « parole » (« j’t l’ jure sur la têt’ de ma mèr’…»), vide de sens, d’engagement, de responsabilité et encore moins d’honnêteté, de respect et d’empathie de cette ethnie. Ils sont totalement corrompus par l’argent, au point de tuer, nombre de morts très suspectes de retraités français ayant investi dans l’immobilier étant là pour en témoigner. Une corruption qui gagne toutes les sphères, qu’elles soient politiques, administratives, juridiques, policières, commerciales, immobilières donc, sans parler de tout le reste dans le domaine de la banque, des affaires, du commerce, des magasins etc…
Il est d’ailleurs à notable à ce propos que les choses ont été plutôt simples d’un point de vue administratif la première année, durant laquelle j’étais en phase d’investissement puis beaucoup plus difficiles la seconde année, dès qu’il s’est agi d’exploiter puis d’amortir cet investissement. En fait, rien de cela ne s’est produit et je reste un an après le bec dans l’eau, sans un sou ou presque alors que je suis l’oncle du fils de M. et de ma sœur bien-sûr. Je n’ai été le témoin d’aucune empathie, d’aucune compassion, d’aucune espèce de pitié, d’aucune « charité » dans ma situation extrêmement difficile.

Ce alors que S. surtout s’est rendu coupable d’escroquerie au Trésor Public en France à hauteur de plusieurs millions d’euros, et avec M. d’escroquerie à la CMU et à l’assurance-chômage. Cela ne leur a pas suffi, il a fallu qu’ils escroquent un Français, membre de la famille de surcroît, dans leur propre pays dans lequel nous sommes, comme toute autre européen et non-musulmans, perçus comme des tiroirs-caisses, des poules aux œufs d’or, tout juste bonnes à escroquer et à plumer jusqu’au bout si possible.

J’ai également entendu des discours du style : «Nous, on a pas peur d’enlever des enfants ou de ramener la tête sur un plateau de gens qui nous ont fait du tort ou nous font obstacle »; « Nous, on se passera de femme mais pas jamais d’argent ! ».

Les Français et les blancs quels qu’ils soient, les non-musulmans sommes toujours et plus que jamais perçus comme les « infidèles », les croisés, « les diables d’occidentaux ». D’ailleurs, il est dit dans l’Islam que le vol entre musulmans est répréhensible et punissable par le fait de trancher la/les main(s) qui a/ont volé, que « si un de tes frères quitte la religion, tue-le » et qu’il n’est pas pêché d’emprunter quelque chose à un non-musulman sans avoir à se sentir nécessité de le rendre mais on ne parle bien-sûr pas ouvertement de vol.

Aujourd’hui, j’exècre totalement cette religion qui me dégoûte au point de la vomir, la très grande majorité de cette ethnie, de ce peuple, de ces « gens » et ma plus grande frayeur, ma plus grande crainte dans la vie est qu’ils s’imposent, eux et leur religion cruelle et barbare, un jour non seulement en France, leur premier pays de prédilection, mais aussi en Europe et dans le monde.

Or, le fait que l’Islam est depuis début 2014 la première « religion », ce dont il ne s’agit en aucune façon, en aucune manière, jamais et totalement d’appeler cela de la sorte, n’est pas de nature à me rassurer mais au contraire de m’en alarmer au point même de m’en affoler et de m’en effrayer.

C’est pour cette raison qu’il faut agir sans tarder, prestement comme on disait dans notre si bel langage d’autrefois, de façon brutale et violente s’il le faut et refouler les arabes et les musulmans à leur terre, pour ne pas dire à leur terreau, comme l’a fait Charles Martel à Poitiers, après qu’ils eurent conquis l’Espagne et le sud de la France.

Que la révolte laïque se lève, combatte et, grâce à Dieu, à notre seul et vrai Dieu, elle l’emportera et nous prévaudrons !

Laurent Cabrol

Share

Les commentaires sont fermés.