J’ai vu un minaret dans l’église Saint-Merri !

Il y a quelques jours on m’a parlé d’une petite mosquée sise à l’intérieur de l’église St Merri à Paris, toute proche du Centre Beaubourg. Intriguée et dubitative, je profite d’une balade dans le coin pour aller voir de plus près de quoi il retourne…

En poussant la porte en bois, c’est la première chose que je vois : un minaret !!!

Le souffle coupé, je reste un instant scotchée par cette vision, par ce symbole marquant la pleine propriété à l’islam du sol où il se trouve. Après avoir immortalisé la tour de bois, je fais le tour de l’objet. Il s’agit en fait d’une construction reconstituant les quatre principales religions, puisque sur le devant est posé un stupa bouddhiste, au côté opposé au minaret se trouve une porte de temple israélite avec une étoile de David, et à l’arrière on peut voir des vitraux d’église.

N’empêche, le minaret domine l’ensemble et reste la première chose que l’on voit en entrant dans cette église classée aux Monuments Historiques en 1862, elle-même dans un état assez pitoyable avec des polychromies en totale décomposition.

Wikipédia apporte cette précision sur ce lieu : « C’est aussi une église « remuante ». La paroisse reçoit des groupes d’étrangers en situation irrégulière autour de l’association le Réseau chrétien immigrés, est en lien avec l’association SNC (Solidarités Nouvelles face au Chômage) ».

La présence de ce minaret dans ce lieu chrétien est une injure faite par l’Eglise à tous ses enfants chrétiens persécutés et tués de par le monde par l’islam en djihad perpétuel.

Au Nigéria

 

Coptes tués par l’armée en Egypte en raison de leur foi

C’est aussi une insulte aux moines bouddhistes de Birmanie, eux aussi victimes du sanguinaire islam, et qui sont sortis le mois dernier de leur réserve habituelle pour manifester leur colère envers ceux qui refusent le droit aux autres de faire partie de ce monde.

C’est une gifle, enfin, donnée aux juifs quotidiennement priés de mourir depuis 14 siècles sans plus très bien savoir pourquoi, par habitude, par routine, par tradition ancestrale, par haine viscérale et atavique.

Juste à côté de cette étrange composition sont posées des brochures. J’y trouve un document de l’ACAT (Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture) titré « Cisjordanie, des centaines d’enfants victimes de l’armée israélienne » et montrant une photo d’un adolescent couché entouré de trois soldats dont l’un semble fouiller sa poche. L’ensemble du document dénonce les violences d’Israël sur les enfants, ne semblant s’appuyer que sur les déclarations des jeunes et sur les dires d’une association palestinienne. L’ACAT ne paraît pas s’émouvoir du fait que les Palestiniens envoient leurs propres enfants tirer des roquettes et des cocktails Molotov. De quel côté est la violence ?

Par curiosité je vais voir sur leur site s’ils évoquent le sort de leurs frères Coptes torturés en Egypte par des musulmans si tolérants et aimants… pas un seul mot. Je découvre par contre un aveu intéressant concernant les jeunes Egyptiens séjournant dans les mêmes prisons que les adultes si prompts à condamner l’homosexualité : « des mineurs sont parfois détenus avec des adultes et sont alors souvent victimes d’agressions sexuelles ». Tiens donc…

Je cherche ensuite pour le Soudan, le Mali, le Nigéria : là non plus, par un mot sur les persécutions des chrétiens par les islamistes. Rien. Un silence de mort.

En janvier 2011 l’ONG protestante Portes Ouvertes publiait un rapport de 51 pages avec la liste des persécutions contre les chrétiens pays par pays, sans prendre de gants pour dénoncer les responsables (1). Ainsi en page 12 : « L’extrémisme islamique a été la principale source de persécution des chrétiens en 2011 : Les pays musulmans sont encore très présents dans le classement de cette année. On en trouve 9 dans les 10 premiers et 38 en tout, sur un total de 50 pays recensés. Dans les pays tels que l’Afghanistan (2ème position), l’Arabie Saoudite (3ème position) la Somalie (4ème position), l’Iran (5ème position), et les Maldives (6ème position) les chrétiens ne bénéficient de quasiment aucune liberté. »

Et page 29 sur la situation au Moyen-Orient : « L’islamisation de la société est la source de persécution la plus significative. Les chrétiens deviennent alors des citoyens de seconde zone et expérimentent la dhimmitude (voir glossaire) qui laisse une extrême sensation d’impuissance. C’est un état de fait qui existe depuis des siècles mais qui a empiré ces dernières années. Ceux qui en sont victimes ont l’impression qu’il est vain de le combattre, en conséquence, la plupart des chrétiens émigrent. Aujourd’hui, dans cette région qui est le berceau du christianisme, les chrétiens persécutés luttent pour survivre. »

La page 32 évoque la situation dramatique au Nigéria : « Depuis le début du 21ème siècle, le nord du Nigéria bat des records en terme de persécution anti chrétienne. Des milliers de chrétiens sont morts de la main d’extrémistes islamiques »

De tout cela, pas un mot à l’ACAT, seulement préoccupé de gamins lanceurs de roquettes neutralisés par des méchants militaires qui leur font les poches et les bousculent. Quand on se croit assez homme pour faire la guerre, on doit accepter de se faire rudoyer, sinon on attend gentiment de grandir et on laisse se battre les grandes personnes.

Au moment de ressortir de l’église je vois une chorale d’enfants se mettre en place, des petits chrétiens à qui l’on enseigne l’amour du prochain, quand à plusieurs milliers de kilomètres de là des adultes christianocides persécutent leurs frères et sœurs en religion, entre deux chorales de youyous des femmes en guise d’encouragements.

Je jette un dernier regard à cet hideux minaret coiffé de sa lune plantée comme un poignard dans le cœur des victimes chrétiennes de l’islam assassin. L’Eglise a bel et bien vendu ses enfants en acceptant un terrible baiser de la mort.

Caroline Alamachère

(1) http://archive.portesouvertes.fr/powebtool/docs/wwl/rapport.pdf

Print Friendly

Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans COUP DE GUEULE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.