Jean Glavany, votre père a-t-il lutté contre l’occupant nazi pour que son fils livre la France à l’islam ?

Publié le 16 décembre 2011 - par - 3 430 vues
Share

Notre journal a reçu, dès le lendemain matin de la publication du numéro 229, cette réponse de Jean Glavany, que nous avons fait suivre à Lucette Jeanpierre. Celle-ci à tenu à répondre à l’ancien ministre socialiste, aujourd’hui responsable du secteur laïcité du PS.

Le prétendu socialiste Glavany insulte RL, et voit en France 99,9 % de musulmans laïques !

Merci de transmettre la réponse de Jean Glavany à Lucette Jeanpierre:

« Chère Lucette Jeanpierre,

Votre aveuglement vous fait perdre toute lucidité. C’est en cela que le débat est impossible avec vous.

Si je répondais à vos questions une par une, je pourrais vous rejoindre sur 3 ou 4 d’entre elles, figurez-vous… Mais comme vous êtes dans l’amalgame permanent et l’agressivité excessive, je vous réponds avec vos mots. Et je vous interroge: la laïcité, valeur républicaine s’il en est, n’est-elle, pas, d’abord le respect de l’autre? Le dialogue? L’échange? Le débat? Le dépassement des différences?

Avec vos amalgames et votre agressivité, vous êtes des anti-laïcs primaires quelles que soient vos rodomontades.

Quant à me traiter de « collabo » ainsi, fils d’un héros de guerre qui a encore des traces de balles ou d’obus allemands dans la chair, je vous en laisse la responsabilité. Cela montre à quelle bassesse vous en arrivez…

Jean Glavany.

12 décembre 2011

RÉPONSE DE LUCETTE JEANPIERRE A JEAN GLAVANY

Cher Jean Glavany,

Je voulais d’abord vous remercier d’avoir pris la peine de répondre à mon article. Je suis touchée que le responsable de la laïcité au Parti socialiste, par ailleurs ancien ministre, prenne quelques minutes de son temps pour dialoguer avec moi, et, à travers ma personne, avec le journal Riposte Laïque.

Reconnaissez que votre lettre débute fort mal. Vous me faites passer pour une femme aveuglée, qui perdrait toute sa lucidité, et donc contribuerait à rendre tout débat impossible. Je vous trouve d’un culot extraordinaire. Vous vous permettez, à une heure de grande écoute, sur RMC, de qualifier mon journal de « groupuscule anti-musulman primaire », puis, dans la foulée, de « groupuscule extrêmement dangereux pour la République ». Vous affirmez que nous pervertissons le combat laïque. Et vous osez me reprocher de vous répondre, avec quelques arguments solides, pour vous faire remarquer l’ensemble des reniements laïques de votre parti, depuis une vingtaine d’années.

Bref, quand Jean Glavany agresse publiquement Riposte Laïque, c’est du débat démocratique. Quand Lucette Jeanpierre répond publiquement à Jean Glavany, c’est de l’aveuglement, voire de l’hystérie !

Vous me dites ensuite  que vous pourriez me rejoindre sur trois ou quatre questions que je pose, mais que ma présumée agressivité vous en empêche. Je n’ai pas posé de questions, j’ai énuméré douze faits incontestables – j’aurai, hélas, pu en trouver bien d’autres – montrant l’ampleur des reniements laïques de votre parti, à laquelle vous avez largement contribué.

Ensuite, vous m’interpellez, avec votre définition de la laïcité : « la laïcité, valeur républicaine s’il en est, n’est-elle, pas, d’abord le respect de l’autre? Le dialogue? L’échange? Le débat? Le dépassement des différences? ». Permettez-moi de vous dire qu’avec une approche aussi œcuménique, nos ancêtres auraient été incapables d’imposer la loi de 1905 à l’Église catholique. Vous confondez « laïcité » et « tolérance » et évoquez une conception totalement anglo-saxonne de la laïcité. Tariq Ramadan, grand défenseur de ce modèle, est pour le respect de l’autre, à condition que l’autre respecte l’islam. Il est pour le dialogue, à condition qu’il facilite la progression de sa stratégie de conquête. Il est pour le débat, cela ne mange pas de pain. Il est pour le dépassement de nos différences, du moment qu’il est le dominant. Benoit XVI pourrait également donner cette définition de la laïcité, et vos propos ne me paraissent guère éloignés du concept de laïcité positive du président de la République !

Cher Jean Glavany, je vous avais trouvé fort sympathique, lors de la mission parlementaire sur le voile intégral, en 2009-2010. Je me permets de vous rappeler que notre journal avait, dès 2007, lancé une première pétition pour l’interdiction de la burqa, avec la signature d’André Gérin et de Jacques Myard, de quelques féministes socialistes, comme Yvette Roudy. Peut-être n’en aviez-vous pas eu connaissance, ce qui explique que vous ne l’ayez pas signée… Lors de la mission Gérin, deux ans plus tard, vous étiez trois à tenir la boutique : André Gérin, Jacques Myard et vous-même. Vous m’aviez même agréablement surprise quand vous étiez rentré dans le chou, avec beaucoup de mordant, de Tariq Ramadan. Vous paraissiez déterminé à faire voter cette loi contre le voile intégral, qui n’avait pas sa place en France et constituait une injure pour la dignité des femmes et les combats menés par toute une génération à laquelle j’appartiens. Et puis vous avez succombé aux intérêts supérieurs du Parti socialiste. Martine Aubry, dont vous ne pouvez pas ne pas connaître l’ensemble du passif laïque, et les connivences locales avec les islamistes, a décidé, pour des raisons politiciennes, que le PS ne devait pas voter cette loi. Et, contrairement à quelques députés socialistes comme Manuel Valls, vous vous êtes couché, assez piteusement, balayant six mois de travail d’un revers de main. Vous avez choisi les intérêts du Parti Socialiste et l’obéissance aveugle à ceux du droit des femmes et de la France. J’espère que vous avez mal dormi quelques nuits.

Cher Jean Glavany, je pense sincèrement que, comme nombre d’hommes politiques, vous ne connaissez rien à la réalité de l’islam. Sinon, vous n’auriez pas prononcé cette énormité en 2005 : « Aujourd’hui, être un bon laïque, c’est favoriser la construction de mosquées en France ». Je pense que vous avez peur de passer pour un raciste, en creusant la réalité de l’islam. Osez vous pencher réellement sur la question, en vous interrogeant notamment sur le rôle d’une mosquée : un simple lieu de prière, ou une mairie, une caserne, une école, un lieu d’endoctrinement où on apprend aux musulmans, dès l’enfance, à respecter la charia avant la loi républicaine ?

Je suis convaincue que vous vous laissez enfumer par Dounia Bouzar et ses accommodements raisonnables avec sa religion, qui consistent systématiquement à contourner nos lois pour les adapter à l’islam. On est, là encore, en plein dans la laïcité positive de Nicolas Sarkozy. Si vous aviez de l’audace – mais peut-être demandé-je l’impossible – vous auriez invité un intervenant de Riposte Laïque à votre colloque du 6 décembre, pour mieux vous forger une opinion. Si vous étiez un esprit vraiment libre, vous demanderiez à rencontrer Pierre Cassen, Christine Tasin, Pascal Hilout ou René Marchand. Ils vous raconteraient, sur l’islamisation de la France, une réalité bien plus concrète que les discours creux des fumeux philosophes de salon qui se croient encore en 1905, et consacrent l’essentiel de leurs attaques contre la religion catholique.

Jaurès disait que « le courage c’est de chercher la vérité, et de la dire ». Êtes-vous prêt à cela, et à  ouvrir les yeux sur la réalité de l’islam et sur les méthodes de ses militants. N’êtes-vous quelque peu interpellé, vous qui osez affirmer que 99,9 % des musulmans de France sont de vrais laïques, quand les chiffres nous apprennent que 40 % des Tunisiens ont voté Ennahda ? Quand des leaders musulmans comme Youssouf Qaradawi, chef du conseil de la fatwa et de la recherche en Europe, mentor de Tariq Ramadan, affirment clairement que, « grâce à votre démocratie, nous vous envahirons, grâce à nos principes coraniques et à notre démographie, nous vous vaincrons», cela ne vous pose pas question ? Croyez-vous réellement qu’il fasse partie des seuls 0,01 % musulmans anti-laïques que vous avez dénombrés ?

Enfin, Jean Glavany, vous concluez votre réponse en me reprochant « ma bassesse » pour vous avoir qualifié « d’islamo-collabo », bien que j’ai déployé quelques arguments solides, me semble-t-il, pour justifier le propos. Vous utilisez l’argument qui se croit fatal : vous m’apprenez que vous êtes fils de résistant, et que votre père porte dans sa chair les traces de balles et d’obus. Et alors ? En quoi le fait que votre père ait été un résistant héroïque contre l’occupant nazi ferait-il de vous un héros inattaquable ? En quoi un homme dont le père aurait été un collabo serait-il pour autant un salaud infréquentable ? Mais puisque vous attaquez sur ce terrain, permettez-moi de vous poser une question que vous allez juger brutale, et à laquelle je vous invite à réfléchir : « cher Jean Glavany, votre père a-t-il combattu les nazis pour que son fils livre la France à l’islam ? »

Je vous invite, d’autre part, à prendre connaissance de l’émouvante lettre de René Marchand, pupille de la Nation, au maire UMP de Montluçon, intitulée : « Mon père n’a pas donné sa vie pour que Montluçon soit livrée à l’islam ».

http://ripostelaique.com/mon-pere-na-pas-donne-sa-vie-pour-que-montlucon-sa-ville-soit-livree-a-lislam.html

Je vous souhaite bonne réception, vous confirme notre disponibilité pour une rencontre, et vous transmets, cher Jean Glavany, l’expression de mes plus laïques et féministes salutations.

Lucette Jeanpierre

16 décembre

Les commentaires sont fermés.