Jeunes Identitaires de Poitiers, venez à Paris, vous serez les héros de la manifestation

Hier, je m’adressais à Marine Le Pen, pour tenter de la convaincre, modestement, de la grande importance de sa présence, ce samedi, dans les rues de Paris, pour manifester contre le fascisme islamiste. Ce jour, je m’adresse aux 73 jeunes de Génération Identitaire qui ont fait plaisir à la France entière – excepté celle des salons parisiens – en occupant le toit de la mosquée en construction de Poitiers.

Je veux d’abord leur faire part de mon admiration pour leur courage, leur abnégation, leur engagement désintéressé au service de notre pays. Je veux d’autre part leur tirer mon chapeau pour la réussite presque militaire d’une telle opération. Avoir tout prévu comme ils l’ont fait, avoir réussi à ne pas alerter l’attention des services de police, avoir aussi méticuleusement préparé, organisé et réussi une telle opération, de la part de jeunes Français âgés de 18 à 25 ans, est tout simplement admirable.

C’est pourquoi, jeunes Identitaires, j’avoue ne pas bien comprendre les raisons pour lesquelles, ce mardi matin, je ne lis toujours pas le nom de votre organisation parmi les 35 associations qui soutiennent l’initiative de Résistance républicaine, et sa marche contre le fascisme islamiste.

Etant d’un naturel optimiste, je me dis que peut-être les organisateurs attendent-ils le dernier moment pour annoncer ce qui serait l’événement de cette marche : votre présence dans ce cortège, avec les banderoles qui vous ont rendu célèbre.

Mais, et j’espère me tromper, je crains que des susceptibilités mal placées, voire des calculs politiciens ne soient les vraies raisons de votre possible absence. Les chefs du Bloc Identitaire auraient-ils des griefs avec certains des participants de cette manifestation, suite à une scission – à laquelle je n’ai rien compris – qui les a frappés ? Auraient-ils souhaité, comme lors de l’Apéro saucisson pinard ou les Assises, être les co-organisateurs, et pas seulement des soutiens ? Des erreurs de communication auraient-elles été commises par les organisateurs ? Très franchement, je n’en sais rien, et je m’en moque.

Ce qui m’intéresse, c’est que vous soyez là. Car, sachez le, vous seriez, par votre présence, les vrais héros de la manifestation. Je suis convaincu que les gens, sur les trottoirs, et tous les manifestants, vous applaudiraient, vous ovationneraient, viendraient vous serrer la main, vous remercier de ce que vous avez fait, et vous traiteraient comme des jeunes héros que, peut-être sans le savoir, vous êtes devenu aux yeux de millions de Français.

Naturellement, il vous appartient de décider ce que vous ferez. Mais laissez-moi espérer que ma lettre d’hier, à Marine Le Pen, et celle que je vous fais parvenir, via Riposte Laïque, ce matin, auront servi à quelque chose.

Alors, chers compatriotes, à samedi ?

Bernard Bayle

Print Friendly

Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans RESISTANCE REPUBLICAINE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.