La Chapelle : voyage au coeur d’un Territoire perdu de la République

Publié le 2 juin 2017 - par - 22 commentaires - 4 267 vues
Share


Il aura fallu le courage d’une Cécile Beaulieu du Parisien, pour faire connaître au grand public l’existence de zones de non-droit dans Paris intra-muros. La boite de Pandore s’est ainsi ouverte, dévoilant un univers durablement dégradé, tant sur le plan matériel que moral. L’occasion de rappeler certaines réalités historiques trop souvent occultées.

Le harcèlement des femmes, à la sortie du métro La Chapelle n’est pourtant qu’une nuisance parmi bien d’autres : citons le harcèlement des commerçants qui ont le malheur de travailler à proximité des vendeurs à la sauvette, l’occupation des trottoirs obligeant les piétons à emprunter la chaussée pour passer, le harcèlement par les vendeurs de marlboros à la sortie du métro, la mendicité organisée, l’insalubrité de l’espace public, les émeutes dès que la Police ou les agents des douanes tentent de faire leur travail (cf : Le Parisien du 13/11/2003), les réseaux de prostitution (scandale révélé par Le parisien le 2/07/2005), le commerce de faux papiers (scandale révélé par Le Figaro du 20/05/2008), la revente de subutex, les fausses ordonnances, sans parler du commerce florissant de la drogue qui ne connait plus de limites.

C’est donc la cause des femmes qui a retenu l’attention des médias suite au rassemblement inédit du vendredi 19 mai 2017, marqué par la présence, place de La Chapelle de quelques personnalités dont Valérie Pécresse, présidente de Région Ile de France et Babette de Rozières, candidate LR pour les législatives. Malgré les tentatives des grands médias pour minimiser l’ampleur de la situation en donnant la parole à quelques bobos genre : « tout va bien Madame la Marquise »,  l’image d’un quartier dégradé s’est propagée en quelques heures dans la France entière. Il faut dire que les reportages sur les démantèlements successifs des campements de migrants, dans cette zone géographique avaient déjà planté le décor !

Mais comme souvent, le traitement médiatique se garde bien d’aller au fond des choses : il eut été bon d’en profiter pour reprendre la chronologie des événements dans le quartier Barbès-Marx Dormoy-La Chapelle. On a vu naître durant deux décennies, pléthore d’associations de quartier décidées à combattre la descente aux enfers, bien que les motivations de certaines soient restées plus ou moins ambiguës. Citons le Collectif Anti-Crack de Stalingrad, qui a organisé pas moins de quatre manifestations en 2001 et qui est resté célèbre pour ses « tournées des pères de famille », Coordination Toxicomanie, Olive 18 à l’initiative de commerçants du marché L’olive, EGO (Espoir Goutte d’or) Parents contre la drogue, Espoir 18, CRED 18 (Collectif pour le Rétablissement de l’Etat de Droit dans le XVIIIème), Action Barbès, et la toute dernière « SOS La chapelle et Marx Dormoy » à l’initiative de commerçants maghrébins de la rue Marx Dormoy.

Mais, qu’elles soient indépendantes ou grassement subventionnées, ces associations n’auront jamais réussi à inverser durablement la vapeur.

Il faut relire la genèse de cette déglingue au travers de l’excellent article de Nidam Abdi paru dans Libération du 22 juin 1995 : « Du trabendo au trafic d’armes à Barbès, de jeunes algériens ont glissé vers un soutien aux islamistes ».

http://www.liberation.fr/france-archive/1995/06/22/du-trabendo-au-trafic-d-armesa-barbes-de-jeunes-algeriens-ont-glisse-vers-un-soutien-aux-islamistes_136802

Tout est dit ! En pleine guerre civile algérienne, la diplomatie française n’a rien trouvé de mieux que d’accueillir à Barbès, des rescapés du FIS (Front Islamique du Salut) et pour quelle contrepartie, mystère ! On a donc fermé les yeux sur le débarquement de sans-papiers algériens, rompus à toutes les ruses, et experts en prosélytisme religieux. Tout cela se terminera par l’assassinat (jamais élucidé) de l’imam Sahraoui dans la mosquée de la rue Myrha. Les bons offices de la mouvance de l’Eglise Saint Bernard (alias Notre Dame des Sans Papiers) aideront grandement à leur implantation durable dans le quartier. Et au lieu de les soumettre à un suivi individualisé, on a préféré fermer les yeux sur de petits trafics s’auto-justifiant par la nécessité d’une économie de subsistance, et permettant ainsi au quidam de « payer sa modeste chambre d’hôtel à la nuit tombée ». Quel beau roman ! Donc pas question d’instaurer une tolérance zéro à Barbès ! Sauf que c’est dans ce climat d’impunité généralisé que d’autres trafics de grande ampleur ont pu se développer sans trop attirer l’attention, jusqu’à ce que les dégâts auprès de la population et notamment des plus jeunes, s’avèrent dramatiques.

La réponse des élus n’a guère changé en vingt ans : contenir la déglingue dans un périmètre déterminé, éviter qu’elle ne s’étende, lutter non pas contre l’insécurité mais contre le « sentiment d’insécurité » et produire un discours compassionnel et culpabilisateur afin de faire taire toute opposition. Les Gaulois, les « souchiens » qui osent encore habiter le quartier, doivent comprendre que ce qu’ils perçoivent comme des agressions est en réalité une richesse culturelle qui mérite toute leur attention. Ce patrimoine multiculturel autoproclamé est d’ailleurs le fonds de commerce d’associations comme Bastina, qui organise moyennant finances, des ballades touristiques « équitables et solidaires » à travers le XVIIIe africain.. Mais pas question de s’attaquer aux mafias locales ! On mettra çà et là des cars de police à proximité des lieux « sensibles », avec ordre de ne pas s’opposer à quoi que ce soit d’illégal. Et le tout accompagné d’un zonage parfaitement inopérant (les fameuses Zones de Sécurité Prioritaire), d’une intox sur le « vivre ensemble », l’entretien d’une illusion de démocratie et de concertation via la coûteuse « démocratie locale ».


Sur le terrain, il est facile de constater qu’en réalité, les communautés coexistent sans toutefois se fréquenter (ou peu). Et contrairement aux beaux discours, les sentiments identitaires sont très présents. En témoigne la procession annuelle début septembre en hommage au Dieu Ganesh, ou encore la toponymie des commerces maghrébins en référence aux piliers de l’Islam que le bobo lambda sera incapable de déchiffrer… Malgré une tradition locale d’immigration, sur laquelle les élus tentent de s’appuyer pour justifier le remplacement de population, les communautés entendent défendre, voire imposer leurs mœurs, leurs convictions religieuses et défendre « leur » bout de territoire. C’est un apartheid culturel qui s’organise ici, malgré le brouillage opéré par la sous-traitance associative. Car le roman communal du multiculturalisme tient bon ! Et tant qu’il ne vous arrive rien, l’exotisme néocolonial garde tout son pouvoir de séduction.

La situation s’est compliquée depuis quelques années, du fait que le quartier de La Chapelle est en quelque sorte le terminus du périple de nombreux migrants venus de Calais ou d’Allemagne, espérant trouver un peu de dignité dans cette zone de non-droit où les lobbies protecteurs « no-borders » sont tout puissants. Mais mettre ces populations déracinées venant du Soudan, de Libye, d’Afghanistan, de Syrie en contact avec les réseaux mafieux du XVIIIe, n’est certainement pas une bonne idée, et risque à terme de faire un mélange très détonnant.


Actuellement, pour le temps d’une élection, les cars de police ont mis un terme à l’errance sur la voie publique des âmes en peine, qui n’ont pour seule compagnie que leur samsung en attendant désespérément des nouvelles des services chargés d’examiner leur demande d’asile. Et si encore ils en profitaient pour apprendre le français ! Mais cette occasion ne leur est même pas laissée !

Hector Poupon

Share

Principal acteur de la déglingue : un certain Daniel Vaillant … et ne croyez pas que l’opposition vaut mieux ! Sieur Bournazel après avoir courtisé Juppé puis Sarkozy se retrouve sur la même liste que Vaillant ! Belle l’opposition ! Recyclage électoral chez Macron sur la liste En Marche. Vraiment Ecoeurant ! J’espère que les électeurs auront un peu de bon sens et sanctionnerons ces opportunistes sans foi ni loi !

La fête de Ganesh qui a lieu tous les ans fin aoùt dans le quartier de « La Chapelle » réunit bien entendu les Indiens venus de toute l’Ile de France, et même de province, mais beaucoup d’Européens. L’ambiance est très sympa .On peut être soudé à sa communauté mais respecter le pays d’accueil, ce qui est le cas de ces gens.J’ai même vu des spectateurs se déplacer pour nous permettre de voir passer le minuscule dieu enfant à tête d ‘éléphant, dans son grand char.D’autre part dans les vitrines de certaines boutiques du quartier, où nous sommes très bien accueillis, on… lire la suite

Bien d’accord avec vous ! A condition d’admettre le droit à l’identité pour tous et de ne pas ostraciser en permanence ceux et celles qui défendent les racines chrétiennes de l’Europe.

Alors, M.Macron, vous voulez accroitre encore l’immigration, avec la multiplication de tous les problèmes sécuritaires qui tournent autour ? Alors qu’il serait beaucoup plus intelligent de faire cesser cette immigration, mais pour cela il faudrait un peu de courage et être à l’écoute des réclamations de la population qui n’aspire qu’à vivre en paix.

Pour nous les ploucs qui n’habitons pas « Paaaaris » , vous savez une seule idée nous vient à l’esprit , ils ont voté pour hidalgo, ils l’ont , alors qu’ils se demm…avec…..

Ah oui? Moi j’habite Paris et j’ai voté W.de St Just aux municipales, puis Marine aux présidentielles, alors refléchissez un peu avant d’écrire n’importe quoi Zorglub!!!

Mais je parles pas de vous Féroé citoyen parmi tant d’autres mais de la totalité des Parisiens qui ont élu cette espagnole de basse souche qui fête le ramadan à l’hotel de ville.

Veuillez m’excuser zorglub, beaucoup de gens ici disent  » bien fait pour les bobos parisiens », c’est exaspérant de voir la sottise de ces bobos. Surtout que ce coin du 18ème n’était vraiment pas cher il y a 20 ans, et plein de gens pas très riches y ont acheté un logement.

Bien vu, en globalité. Mais avec la tarée NKM, ce n’aurait pas été différent. Il y avait la possibilité symbolique de remettre un bulletin W de Saint Juste au second tour, mais c’est tout…

« La réponse des élus n’a guère changé en vingt ans : contenir la déglingue dans un périmètre déterminé, éviter qu’elle ne s’étende »
Vous ne croyez pas si bien dire, créer des abcès de fixation est une stratégie classique. Alors que je soulevais la question de ces zones urbaines de non-droit qui ne sont jamais « pacifiées », un flic m’a répondu : « Tant qu’ils sont là, ils ne sont pas ailleurs… »

Bien triste réalité. Ayant vécu 30 années en région parisienne, j’ai eu l’occasion de voir la situation se dégrader au fil des ans. Laxisme et incompétence de nos dirigeants, alors qu’il suffirait d’APPLIQUER effectivement l’arsenal des lois existantes pour résoudre nombre de ces problèmes. Oui mais voilà, dans les milieux de la « haute » , les soirées « 3C » * sont encore très prisées.
* 3C : caviar, champagne, et cocaïne.

Dans votre article vous citez le nom de mon association Parents Contre la Drogue, pour info cette association ne s’est jamais occupé des problèmes du quartier, ce n’est pas son but. Par contre entre 1999 et 2002, j’ai effectivement organisé une douzaine de manifestations contre le trafic de crack qui sévissait à Marx Dormoy avec mon autre association qui s’appelait Entraide 18. J’ai toujours combattu et je continue à combattre toutes les associations largement financées par les pouvoirs publics et qui ne sont que des relais politiques de la gauche et que la droite à toujours également financée par lâcheté.… lire la suite

M.Lebigot,il me semble que plus récemment vous avez aussi lutté contre les salles de shoot dans le 10 ème. Grand merci de vos actions.

Un grand merci à vous Monsieur de remettre certaines pendules à l’heure. Il existe donc encore à Paris, des personnes qui luttent courageusement, mais à mon avis avec ce qui se prépare dans les prochains mois, vous allez avoir du « pain sur la planche »! Bon, j’irai mettre une bougie à saint Rita pour vous.

ce gouvernement déjà décrédibiliser par toutes ses affaires n’a pas le temps de s’occuper des problèmes des franaçais

Bientôt ce sera la France qui sera perdue et puis l’Europe. L’occident Chrétienne/Athée s’abandonne à l’Islam …

M. Le Ministre de la Justice me rappelle un employé de mon entreprise qui, quand tout le monde était sur les dents pour tenir un délai, passait son temps à briquer son bureau.
Regardez Monsieur, beau propre !
Tout le tintoin autour de la loi sur la moralisation de la vie publique c’est cela. Cacher son incompétence. C’est un leurre, un appeau et les oiseux tombent dans le piège.
La moralisation des « territoires perdus de la République » Monsieur le Ministre c’est pour quand ?

Et pendant ce temps M. Le Ministre de la Justice s’occupe de la moralisation de la vie publique. Mort de rire

C’est un fidèle de Roland Garros.

Ne riez pas, il prend sa mission très au sérieux et pour cela, il lui faut un bureau propre et une poubelle vide. Demain, il passe l’aspirateur et fait les cuivres, lui n’a pas le temps de commenter l’article de Poupon.😉

Qu’il n’oublie pas de changer les lustres et la moquette !

Bonjour, en complément des informations de Riposte Laïque, nous vous proposons avec leur autorisation notre Revue de presse quotidienne :

Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce vendredi 2 juin 2017

Est disponible dans la section Revue de presse de Crashdebug.fr

https://www.crashdebug.fr/revue-de-presse

Merci à Riposte Laïque,

Amicalement,

f.

wpDiscuz