La cruauté et la souffrance de l’autre, c’est écrit dans le Coran…

Dans mon combat contre cette putréfaction qui veut envahir le monde qui s’appelle « Soumission à Allah », par devoir je continue de débusquer toutes les imperfections, toutes les incitations à la barbarie et toutes les grossières erreurs scientifiques contenues dans le Coran que je considère comme une sorte de Bible réécrite à la sauce Marc Dutroux ou Michel Fourniret qui se seraient sentis inspirés par le ciel pour imposer leur loi et commettre leurs méfaits.

Tout ce que je sais sur les musulmans, c’est en fréquentant et affrontant des musulmans que je l’ai appris. Et si aujourd’hui, j’ai tourné en dérision de nombreux musulmans avec une prédilection certaine pour les salafistes, c’est en allant sur le terrain de la connaissance du Coran et de l’Arabe littéraire que je m’y suis pris. Aucun de ceux-là ne peut s’en remettre jamais. Leur vie a été soudain couronnée par le vide et le sentiment d’une mort inéluctable à l’approche de la cinquantaine. Bonjour Mister Tariq Ramadan, cherchez bien dans vos souvenirs,  paraîtrait qu’il y aurait une fatwa contre vous.!! Le seul contre-poison, c’est le Bouddhisme ZEN.

L’impression générale que je retire de ces joutes verbales dont je n’ai jamais perdu aucune, c’est que pour la plupart de ceux vivant en France, sauf en général ceux provenant de l’Europe de l’Est, les musulmans sont des stratèges avançant à coups de petits calculs primaires tout en portant un masque derrière lequel ils dissimulent une cruauté et une indifférence complète à la souffrance de l’Autre. En outre, comme j’ai énormément voyagé, j’ai fini par connaître comme le fond de ma poche tous les musulmans de la planète Terre et aux dernières nouvelles,  y’en aurait  pas sur la Lune, peut-être quelques chinois bientôt à l’horizon mais c’est pas encore sûr et certain..

La preuve de la cruauté et d’une complète indifférence à la souffrance de l’Autre est notoirement inscrite dans le verset 2 de la 24 ème sourate du Coran : «  Alzaniyatu wa alzani faijlidou koula minhuma mi ata jaldatin wala ta khuthkum bihima rafatum fi deni Allahi in kuntum tu minouna bi Allahi wa al yawmi al-akhiri . Walyashhad athabahuma ta ifatum mina almou minina »

Traduction « La fornicatrice et le fornicateur, fouettez-les chacun de cent coups de fouet. Et ne soyez point pris de pitié pour eux dans l’exécution de la loi d’Allah si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Et qu’un groupe de croyants assiste à leur punition. ».

En application de ce doux verset plein d’amour, de tolérance et de paix, une femme soudanaise d’une quarantaine d’années a été récemment fouettée en public par deux policiers armés de nerfs de bœuf à cause du fait qu’elle portait un jean qui dépassait légèrement sous son ample robe et que cela est considéré par la Charia régnant à Khartoum, comme une incitation à la débauche qui règne en Occident. La femme pleurait et souffrait tellement qu’elle se roulait par terre pour implorer la pitié de ces deux tortionnaires. A l’époque, on a vu cette scène en ouverture au Journal de 13 heures présenté par la journaliste Elise Lucet, mais rien sur le journal de France 2 présenté le même jour par David Pujadas, sans doute qu’il s’en foutait vu que c’était une femme qui prenait des coups et pas de braves militants du Hamas qui ont juré,  dans leur constitution, la mort d’Israël.

http://www.rmc.fr/editorial/139175/la-video-dune-femme-fouettee-au-soudan-fait-scandale/

Une autre preuve de cette cruauté et de cette indifférence à la souffrance de l’Autre est l’affreux verset 34 de la sourate 4 du Coran concernant les femmes « Arrijalu koawamouna ala al nissaï bima faddala Allahu ba’dahum ala ba’dim wa bima anfaqoomin amwalihim faalssalihatou qanitatum hafitfatun lilghaybi bima Allahu. Waalati takhfouna nushouzahunna fa’ithoohunna waohjurouhunna fi  almadaji’i wa idrihounna. Fa’in ata’nakum fa la tabghou ‘alayhinna sabilab inna Allaha kana aliyyan kabiran ».

Traduction : »Les hommes ont force d’autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs bien. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah… »

Ce verset illustre sans contestation possible la régression du sort des femmes dans l’Islam par rapport aux préceptes énoncés par Jésus-Christ . Comme ceux qui souhaitaient lapider une  femme et devaient lui jeter la première pierre parce qu’elle avait commis un adultère, interrogeaient Jésus, celui-ci créa une maxime vénérée jusqu’à nos jours et qui a fondé en partie notre civilisation occidentale en matière de progrès des mœurs : «  Que celui qui n’a jamais pêché lui lance la première pierre » . Sept siècles plus tard, dans exactement les mêmes circonstances, Mahomet édicta qu’il fallait attendre que la femme accouche, pour pouvoir ensuite la déchiqueter à coup de lapidation après que la naissance du petit musulman se soit produite. Toujours ces calculs monstrueux qui sont la marque de fabrique de l’éthique musulmane !!

Par son sermon  «  Que celui qui n’a jamais pêché lui lance la première pierre »  Jésus abolissait les violences sur les femmes et fondait les principes d’une religion chrétienne d’amour et d’apaisement alors que sept siècles plus tard , on retournait à l’âge des cavernes avec Mahomet, cynique et brutal, qui rétablissait la légitimité des violences corporelles sur les femmes.

Dernière précision : quand j’ai assisté à plusieurs conférences de Tariq Ramadam dans les quartiers sensibles, d’une manière constante celui-ci a reconnu la légitimité des violences physiques sur les femmes et surtout sur les jeunes filles pour les faire obéir et les cantonner à au service de la maison, faisant en cela une application stricte,  bien dans la ligne du courant salafiste,  du verset 34 de la 4ème sourate de son satané Coran.

Huineng


Derniers articles du même auteur :



Ce contenu a été publié dans NOUVELLE EXTREME DROITE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.