La démocratie occidentale se soumet à la barbarie islamique

Publié le 11 octobre 2017 - par - 13 commentaires - 3 054 vues
Share

Les guerres modernes sont relativement brèves, parce qu’elles ne sont pas sources de profits immédiats et parce qu’elles ne reposent pas sur le principe du pillage et du viol, non que ceux-ci n’y existent pas mais ils n’en constituent pas l’enjeu principal.

Le combattant moderne souffre aujourd’hui d’une empathie envers les civils, empathie que les nouveaux conquérants de l’Europe ne ressentent absolument pas. Dans leurs regards, nos biens et nos corps ne sont que des objets à saisir et à dominer. La violence qui nous sépare d’eux est celle du prédateur devant sa proie.

Les populations sont de plus en plus sédentarisées et cette sédentarité a déclenché une soif de non-violence si bien que toute violence, si légitime qu’en soit la cause, est aujourd’hui rejetée par les peuples occidentaux. Leur passivité destructrice, leur pacifisme de déni, leur désarmement moral sont montés en vertus par les élites dirigeantes, les grands partis politiques, les médias, les réseaux sociaux sous le nom de résilience, comprendre soumission.

A cette non-violence, il faut ajouter une forte urbanisation, une intense scolarisation des jeunes, un taux de fécondité par femme en-dessous du seuil du renouvellement  démographique et un vieillissement des populations sédentaires qui accentue leur tendreté.

Dans le même temps, à la surface de la planète, des zones de résistance à cette mondialisation de la non-violence, de la scolarisation et de l’urbanisation sont apparues, zones où le taux de fécondité est au-delà de cinq enfants par femme.

C’est ainsi que les populations européennes désarmées par les Etats affrontent aujourd’hui des tribus pillardes venues des confins barbares d’Afrique et d’Asie. Ces tribus voient dans le monde sédentaire éduqué, ouvert, vantant les mérites des échanges et de la production, des conquêtes faciles.

Lucidement, on peut dire que les futurs conquis n’attendent que leurs conquérants venus des bords du monde ou déjà installés à l’intérieur du leur, dans ces fameux quartiers sensibles, ces territoires perdus des Républiques ou des royaumes européens, ces zones abandonnées à des communautés jouant des solidarités ethniques et surtout religieuses.

Dans cet univers de sociétés pacifiées et désarmées, le djihadisme avec son discours cohérent cristallise la violence et offre aux musulmans un débouché politico-religieux. Contre les sciences, contre l’éducation, contre le discours d’égalité homme/femme, contre les homosexuels, contre les juifs, pour l’esclavage des femmes et des enfants des vaincus, le djihadisme profite de la cécité volontaire de nos sociétés et de la complicité des islamo-gauchistes pour prospérer.

Pendant que la paix est vigoureusement imposée au troupeau sédentaire de plus en plus aveugle, de plus en plus désolidarisé et « découillé », les barbares de plus en plus violents, sont peu réprimés, souvent excusés.

Le djihadisme se revendique élite guerrière, réintroduisant dans le monde contemporain une sorte d’aristocratie de l’épée (ou plutôt de la kalachnikov).

Aristocratie et non pas classe de victimes sociales comme le montre l’échec de toutes les politiques de la ville avec leurs subventions, leurs constructions de bibliothèques et de salles de sport, de discrimination positive. L’aristocratie islamique exploite sans vergogne la générosité des Etats, le discours de sa victimisation par l’islamosphère.

Celle-ci constituée de la gauche, d’une grande partie de la droite, des médias et des milieux catholiques imagine que les barbares des banlieues et ceux que déversent les bateaux des passeurs sur nos rivages sont des civilisés potentiels, en quête d’Occident pour s’y intégrer et recevoir ainsi les bénéfices de la civilisation. Ils croient que les envahisseurs sont en manque d’affection, d’école, de soins, de théâtre, d’auteurs français, anglais, allemands, de cinéastes d’art et d’essai, de musiciens lalaland. Ils pardonnent tout aux migrants et sont d’une extrême sévérité, avec l’aide de juges islamo-compatibles, envers ceux qui contestent l’immigration musulmane. Cette contestation uniquement verbale, héritage de notre tradition démocratique, est anathématisée, déclarée populiste ou facho, avec des trémolos dans la voix. Et lourdement sanctionnée.

L’illusoire tranquillité actuelle des sédentaires repose sur le déni du réel que leur imposent ceux qui soutiennent l’islam en parlant de stigmatisation, d’islamophobie, d’amalgame. Dans ce déni, il y a le refus de voir l’alliance musulmane qui fédère les djihadistes de la Mauritanie au Xinjiang, des banlieues d’Oslo à celles de Lagos. Et quand un Etat comme la Birmanie envoie manu militari les Rohingyas islamistes voir si l’herbe est plus verte au Bangladesh ou quand les nations du groupe de Visegrád réagissent face aux hordes qui transpercent les frontières de l’Europe en les restaurant, ils sont aussitôt mis au ban du monde globalisé.

De par son histoire (deux guerres mondiales, un passé colonial omniprésent, le théâtre de la guerre froide), l’Europe tient un rôle précurseur dans l’écroulement idéologique de l’Occident.

Devant sa déliquescence à la fois physique et mentale, on peut se demander si la parenthèse démocratique occidentale n’est pas en train de se refermer devant la fureur islamique.

Marcus Graven

[1] Ce texte est né de ma lecture très personnelle de Fascination du djihad –fureur islamique et défaite de la paix de Gabriel Martinez-Gros (édition puf).

Je recommande fortement l’achat de son ouvrage, tout en tenant  à signaler que Gabriel Martinez-Gros n’est nullement responsable de mon écrit, surtout quand je reprends ses mots.

Share

Acheté (en numérique). J’attaque la lecture dès ce soir. Merci !

Une telle photo mérite la 17° Chambre ! D’autres l’ont connu !
Texte d’un rare lucidité ! Sédentarité contre migration, l’Autre sans Haine,
Le Suicide assisté, refusé aux individus, autorisé aux Civilisations !

Lucide et brillant. Reste la question : comment assurer notre survie et celles de nos enfants dans ce contexte.

j’ajoute que je méprise ces gens et que je les emmerde autant que j’emmerde les islamo collabos !

parce que les islamistes se considèrent comme des guerriers, comme une « élite guerrière » ? Aristocratie de la kalach ? Ah ! Ah ! elle est bien bonne celle-là ! Tuer des populations désarmées, des gens qui sont assis à des terrasses de café ou qui écoutent un concert dans une salle et qui ne peuvent pas se défendre, s’en prendre à des promeneurs sur une avenue, massacrer des innocents et des enfants, c’est être « guerrier », ça ? NON ! c’est être lâche couard, peureux, sans couilles ! Les vrais guerriers se nommaient Achille, Ajax, Bayard, La Rochejacquelein, Charrette, Jehanne d’Arc,… lire la suite

et miyamoto musashi, l’un des plus grand escrimeur du japon féodal, pour prendre le contexte international.AH, L ARMEE IMPERIALE DU JAPON, FACE AUX GRANDS GUERRIERS ARABES, JUSTE POUR RIRE.

suicide français! et européen, cf la décadence de Rome qui arrosait les « barbares » pour être tranquille, ils ont eu le déshonneur et l’envahissement!

rectificatif:la democratie occidentale est complice de la barbarie islamique,,,
fabius qui trouve que nosra fait du bon boulot en syrie laique peut vous le confirmer,,,

On se demande bien par quel miracle à rebours cette civilisation occidentale qui fut la plus brillante et la plus élevée de tous les temps en est venue à accepter et subir l’assaut des sectateurs dégénérés de l’assassin violeur, pédophile et esclavagiste sorti du désert arabique il y a plus de mille ans.

C’est certain, Gérard ! les « bougies fumeuses » que furent les prétendues lumières commencèrent la sape de la France chrétienne et cela atteignit son apogée sous la « glorieuse » révolution et sous la Terreur ! La France a amorcé sa chute dès cette époque-là et ne s’en relèvera pas, sauf si…

Il n’y a pas de « civilisation occidentale ». La civilisation chrétienne a été remplacée sur les terres de l’ancienne Chrétienté par une société matérialiste, qu’on peut appeler civilisation si on veut, voire post-humaniste, mais qui est condamnée par ses énormes contradictions internes, dont cette lubie de tout accepter y compris l’inacceptable. En tout cas cet article est excellent.

C’est certainement le meilleur article que j’ai lu sur Riposte Laique pour expliquer la paresse mentale, psychologique francaise. Un peuple qui a finalement et certainement trop bien vecu par rapport a certaines tribues de sauvages qui auujourd’hui vient lui reclamer des comptes. Lorsqu’on mange tous les jours a sa faim, qu’on n’est pas malade, qu’on a juste a se preoccuper de l’intensite de ses orgasmes, on ne voit plus rien, on n’entend plus rien. Au final, on appelle la misere, la souffrance, la mort, le chaos et il arrive.. et parce qu’a force de provoquer la douleur elle finit par… lire la suite

Cette démonstration du sort qui attend les peuples civilisés est absolument implacable…

wpDiscuz