La der des collabos : la langue française sur un chantier, c’est raciste

Publié le 17 mars 2017 - par - 31 commentaires - 2 620 vues

Quelle horreur : des esprits avisés, avec Vincent You, demandent qu’on parle français sur les chantiers français, comme dans tous les pays du monde on parle la langue du pays sur les chantiers ! Mais nos élites  comme d’habitude ne raisonnent pas rationnellement et se déchaînent. Quelle preuve de xénophobie, de nationalisme exacerbé, quelle discrimination que cette mesure !…

« C’est insupportable, ça me met hors de moi, ce sont des relents de préférence nationale », a déclaré, jeudi 16 mars, Laurent Berger, secrétaire général de la Confédération française démocratique du travail (CFDT). « On peut rediscuter de la directive travailleurs détachés en Europe. Mais surtout pas ce type de mesure. C’est franchement à vomir »

Cher Laurent Berger, allez donc voir le plus proche gastro-entérologue et prenez du spasfon. Vos états gastriques ne nous concernent en rien et la bonne éducation demande qu’on n’en parle jamais.

Quant à la préférence nationale, elle existe partout sauf en France. Elle existe dans tous les pays qui se font respecter. Mais au respect de ses nationaux la France préfère le suicide collectif. A l’emploi des ressortissants français, nos gouvernants préfèrent celui des étrangers.

« C’est absolument scandaleux. C’est une clause purement électoraliste dans le cadre d’une campagne présidentielle. (…) On stigmatise les étrangers parce qu’ils ne parleraient pas assez bien français. » a dit Philippe Martinez de la CGT.

On ne les stigmatise pas, on leur demande pour leur propre bien-être, pour le nôtre et pour les intérêts du chantier, de capter un minimum de notre langue. Etes-vous déjà allé sur un chantier M. Martinez ? On ne demande pas aux étrangers de parler français en alexandrins, on leur demande juste de comprendre ce qui doit absolument être compris, pour eux, pour nous.

Jean-Claude Mailly, de FO, a fustigé une « clause politicienne » guidée par « de l’opportunisme politique« .

Oh là là en effet il faut avoir peur de Marine…

Du côté du Medef, Pierre Gattaz trouve que c’est une bonne idée de parler français sur les chantiers, mais aussitôt, prudent, repentant, comme s’il avait sorti une énormité, il avance qu’il ne faut pas pour autant tomber dans le communautarisme ou, comble absolu, le nationalisme :

« Il faut faire attention qu’on ne se recroqueville pas encore une fois sur nous-mêmes. (…) Vous commencez comme ça, et puis après vous commencez à faire du favoritisme, et puis ensuite vous fermez les frontières françaises, et puis vous finissez par sortir de l’euro. »

Comme si les Français n’étaient pas déjà trop bons, trop patients, il faut en plus les accuser de recroquevillement sur eux-mêmes.

Michel Sapin, de son côté, estime que cette clause est raciste, discriminatoire, inapplicable, et pour tout dire, illégale…

Le français est-il une race, M. Sapin ? On se demande ce qu’en penserait Leopold Sedar Senghor, poète en français à ses heures. Le français est-il une discrimination, alors qu’il est un outil de communication, une culture, notre patrimoine ?

Gérard Larcher y est allé de sa contribution : Il juge notamment la mesure impossible à appliquer dans les Pyrénées-Orientales, en Alsace ou dans les Flandres, où se parlent aussi le catalan ou l’alsacien, ou le flamand.

La belle affaire : ceux qui parlent catalan ou alsacien dans les régions françaises concernées, parlent toujours aussi français. Eh oui les Lorrains pourraient être amenés à parler luxembourgeois, ils n’en mourraient pas car il s’agit de leur sécurité au travail.

« D’autant plus que d’autres pays pourraient demander la réciprocité. Que diraient les Lorrains qui travaillent au Luxembourg si ce pays leur demandait de parler luxembourgeois. »

Ah, voilà le problème ! Si on demandait aux Français de se mettre au croate ? Eh bien cher Gérard Larcher ils s’y mettraient. Il faut arrêter avec cette soi-disant incapacité des Français de se mettre aux langues étrangères, et de les prendre pour des imbéciles. De même que les travailleurs étrangers peuvent tout à fait se mettre au français, si on les aide un peu.

Quant à Cazeneuve, il remporte la palme des platitudes anti-France, en qualifiant la mesure de « clause Tartuffe » et accusant ses promoteurs du parti LR d’essayer d’en « tirer un profit électoral ». Dans un discours au Conseil économique, social et environnemental (CESE), il a estimé, mercredi, que cette mesure serait condamnée par « n’importe quel tribunal », car elle fait « obstacle à la concurrence d’entreprises étrangères faisant appel à des travailleurs détachés ».

Mais absolument pas, cher Monsieur Cazeneuve. Avez-vous donc oublié l’article 2 de notre constitution : « la langue de la république est le français » ? Il n’est donc pas encore illégal de parler français en France ! Vous, premier ministre – en sursis – devriez le savoir et n’avez aucune excuse de feindre de l’ignorer pour mieux nous estourbir.

On a donc pratiquement tout entendu, des états digestifs avariés de certains à la préférence nationale qui pour nos élites n’est qu’un gros mot. Mais voilà, ce n’est pas un gros mots mais une urgence pour nos travailleurs français, qui la réclament, à moins d’être abrutis par le lavage de cerveau ambiant.

Vertueuses et sélectives indignations. En matière de droit du travail, ou de contrat, la règle est toujours de parler la langue qu’on parle sur place. Cela a toujours été comme cela et il faut attendre maintenant pour s’en apercevoir ?

Chantal Del Sol dans le Figaro d’aujourd’hui écrit qu’on interdit bien le travail du chantier aux gens qui ne savent pas manoeuvrer les engins du chantier et que personne n’a l’idée de parler de discrimination. Or, maîtriser un minimum de la langue permet de mieux maîtriser les engins, la sécurité, tout ce qui concerne le travail. C’est une clé.

Ces indignations sont donc purement celles de faux-culs déconnectés idéologues vivrensemblistes qui se moquent bien des travailleurs en général et des travailleurs de chantier en particulier, et qui veulent que la France deviennent une auberge espagnole et un moulin ouvert à tous vents tant ils haïssent la France et veulent la détruire pour la remplacer par un gloubiboulga sans saveur et sans odeur. Même notre langue est continuellement attaquée dans ce but.

Maurice Druon, opposé aux réformes imbéciles de la langue française, disait : “Ma langue écrite, c’est ma patrie. Qui insulte ma langue écrite insulte ma patrie ». Aujourd’hui il ajouterait : qui veut faire disparaître ma langue est un traître.

Sophie Durand

Réalisant des documents uniques pour les entreprises.Pour ceux qui ne connaissent pas c’est un document obligatoire pour toute entreprise ayant au moins un salarié et qui référence tous les risques professionnels! Sachez que ce D.U est obligatoire;si il est pas fait ou mal fait il est passible d’une amende de 4500€ et si il y a un accident très grave,les assurances ne fonctionnent plus et cela passe en correctionnel pour le patron,car c’est une faute inexcusable et en SARL ou pas vos biens propres sont touchés et risque de peine de prison! Donc le but est de créer des procédures… lire la suite

On crié attention il a pas compris il nous sa sourie comme tout les idiot qui ne connaissent pas la langue du pays où il vie je le c’est je le fait mais ces pas sa on attend de vous ces que vous courrez parce-que un collègue le marteau lui a glisser des mains et qu’il chute droit sur vous et c’est un portugais qui crié attention c’est comme un gitans qui JOUE du flamenco j’aime bien mais je comprends pas .

Elle existe encore la France ?

Moi, ce qui me stigmatise, monsieur Philippe Martinez de la CGT, c’est votre attitude imbécile, parfaitement ségrégationniste, totalement intolérante à l’égard des vrais Français (ceux qui parlent la langue nationale).

Par vos manières stupides d’aveugle lobotomisé, vous me rappelez le comportement des adeptes à l’infecte secte.

Ne seriez-vous pas un petit musulman, Martinez ?

Réalisez-vous que, sans connaître le français, de pauvres malheureux risquent leur vie sur les chantiers du bâtiment où la moindre erreur peut être fatale pour l’ignorant, celui qui ne comprend pas le français ?

Et vous vous affirmez comme syndicaliste ?

J’ai travaillé sur des chantiers avec des ouvriers de différentes nationalités. Tous parlaient un bon français. Comment pourrions nous travailler avec des gens qui ne vous comprennent pas ? Que les socialos bobos me l’expliquent eux qui n’ont jamais travailler sur un chantier où le danger d’accident est quotidien.
Quant aux syndicats il y a longtemps qu’ils servent le haut patronna et la finance patibulaire. Ce sont des traîtres à la classe salariale qu’ils sont censés défendre.

Repentence à cul ouvert, un des derniers « cadeaux » de l’ectoplasme avant son départ. Sont associés au projet Taubira, Thuram, le CRAN et bien entendu SOS Racisme.

http://www.delitdimages.org/patrimoine-lhotel-de-marine-passe-de-devenir-memorial-de-lesclavage-video/

Le suicide français est en cours de finalisation. Cela va très mal se terminer.

Laissez-moi vous raconter l’expérience de mon ami Manu, qui bosse sur les chantiers, comme responsable d’équipe : Il a fait 3 procès à 3 boîtes, c’est en cours, mais pourquoi ? Parce que toutes ces boîtes emploient majoritairement des clandestins, dont parfois 1 SEUL comprend le français !! Allez expliquer le boulot, les mesures de sécurité parfois modifiées, par rapport au chantier en question, à des gens qui, en plus de ne pas forcément être qualifiés, ne comprennent pas notre langue !! C’est comme si les panneaux routiers étaient différents selon les départements, vous imaginez le BORDEL, et les accidents… lire la suite

Combien parmi ces personnages sinistres sont réellement français ? Ils sont presque tous nés « ailleurs » et la France ne les intéresse que pour l’argent qu’ils peuvent se faire sur notre dos. Comme si les travailleurs de chantier les intéressaient….. !!

Cela fait parti des critères d’embauche de nombreuses entreprises en France de maitriser une deuxième langue même si parfois ça parait un peu abusif si l’activité de l’entreprise se limite géographiquement qu’à notre pays . Pourquoi les gens venant en France prétendre bénéficier de tous les droits ne devraient-ils pas faire des efforts pour être compréhensibles? On va demander bientôt aux chefs de travaux de parler une dizaine de langues pour pouvoir être compris par toutes les ethnies que l’on fait rentrer contre notre gré dans notre pays entre ouvriers détachés ne répondant pas au même droit du travail et… lire la suite

Et prendre en otage UNE militaire à Orly, comme ce matin, ça, ce n’est pas raciste. L’islamiste a judicieusement été abattu par les collègues de la jeune femme, et un complice arrêté.
Mais motus, le ouikên’d ,il ne faut pas affoler le franchouillard, en plus un mois avant les présidentielles.
Tout baigne, le ministre est sur place!

Si vous êtes patron, entre un bulgare intelligent et compétent qui ne connait pas un mot de français et un français débile qui salope son boulot, lequel allez vous choisir ?
Si certains emplois étaient correctement payés et si le dumping social n’existait pas le problème ne se poserait pas.

@ jarno..c’est comment « parpaing » en bulgare ? Opposer un « bulgare intelligent » face à « un français débile » …Une pièce ayant deux faces , j’opterais , au risque de créer un incident diplomatique avec la Bulgarie pour  » un français intelligent » face à un « bulgare débile » , ça le fait aussi non ?

Et un français qualifié, ça n’existe pas, hein ?

Je suis pour la préférence national, et, dans ce domaine, à défaut de « français », nos voisins immédiats, européens, comme les portugais, sont en général plutôt qualifiés…

Avec plus de 6 millions de sans-emploi, on n’a pas besoin de ces clandestins extra-européens !!!

C’est simple, quand les emplois ne peuvent être délocalisés, ce sont les employés que l’on « relocalise » !!

Ca s’appelle la MONDIALISATION, et c’est juste CRIMINEL !!!

je reviens ce matin même d’une visite de la Maison du Compagnonnage.
Depuis des temps immémoriaux, les compagnons du devoir ont été parmi les meilleurs artisans de la planète. Nous en avons tous dans nos famille et il n’est pas très élégant d’écrire que « des Français débiles salopent leur boulot ». Nous devons attacher le plus profond respect à la valeur « travail », ce travail que les Hamon et les Macron considèrent comme de la sous-merde, juste bon au moderne servage par les banquiers.

Attaquer la langue française à bel et bien commencer il y a bien longtemps. Par le dédain des anglophones. On pourrait dire la propagande que ce n’est pas chic de parler le français. Ou que ce n’est pas ausdi importante de parler cette langue. Et bien, je crois que cela a marché

Et  » CA  » ça se dit ministre !!!!
A propos de langue on devrait lui couper la sienne…Ensuite le pendre par les orteils en place publique à une potence ou le VRAI peuple de FRANCE pourra jouer aux fléchettes.
Pauvre type !

Le socialopisme n’en finit plus de pourrir toujours plus la France en attaquant tous azimuts nos valeurs éternelles. Ils sont les clairs alliés de l’envahisseur mahométan.
Pour que la langue française disparaisse de France VOTEZ MACRON.

Quel crétin pitoyable… et la sécurité, il en fait quoi ? il pense que ce n’est pas dangereux de mettre aux commandes d’un bulldozer de 25 tonnes un type qui ne comprend rien à ce qu’on lui dit ? ce crétin est à vomir

Parler le français en France est le plus petit commun dénominateur, si ensuite les personnes parlent dix autres langues c’est tant mieux mais le français en France d’abord et, sur un chantier, comprendre la langue parlée par tous est un des facteurs principaux de la sécurité pour éviter les accidents du travail. Accidents de travail qui non seulement peuvent coûter la vie des travailleurs mais aussi sont à charge des assurances, et la société. C’est tellement évident que cela ne se discute même pas tout comme l’emploi de la main d’œuvre locale pour lutter contre le chômage ne se discute… lire la suite

L’arabe, langue officielle de l’Elysée c’est pour quand ?

si on pousse le bouchon un peut plus loin on va finir par nous refaire le coup de la tour de Babel, ca risque d’être coton pour faire des murs droits et des bâtiments qui tiennent debout!
le Francais est la langue du pays de France depuis le traité de Villers Coterais, traité édicter par le roy Francoys premier, alors messieurs les abrutis si vous n’aimez pas le Francais quittez ce pays, il ne s’en portera que mieux!

(Fin)

Semblablement, nos dirigeants fédéralistes cherchent aujourd’hui à rabaisser le statut de notre langue afin de livrer le peuple québécois à la ploutocratie planétaire.

Chers Français, je vous exhorte à mener avec vaillance ce combat essentiel. Il vous conduira au cœur de cette patrie immatérielle que nous, Québécois, partageons avec vous, puisqu’elle le pôle conducteur de nos patries charnelles respectives.

Marc Labelle
Patriote du Québec

Réponse pour Marc, c’est déjà trop tard, les français ne respectent pas plus leur magnifique langue que le bord de leurs routes jonchés de détritus. Pas UN de ces « bon » français ne connait l’histoire de la lutte des Québécois et la loi 101 pour « nettoyer » le Français des milliers d’anglicismes qui s’étaient incrustés presque durant trois siècles. Maintenant ils se vautrent dans les lol, wtf, les gang, et autres best of dans les show room. Arrivé de France au Québec le 23 octobre 1959 à l’age de 12 ans, je connais un peu le sujet Quand je leur fait la… lire la suite
Votre texte est stimulant. « Ma patrie, c’est la langue française », affirmait Albert Camus. Le débat sur la « clause Molière » illustre clairement que la lutte primordiale est engagée entre les patriotes éveillés et les globalistes nihilistes. La langue, c’est le pivot de l’identité, que développe et fortifie la liberté de penser, d’agir, de ressentir. De vivre. Vos dirigeants politiques actuels trahissent l’héritage de François Ier, qui fit du français la langue du Royaume de France par l’adoption de l’Ordonnance de Villers-Cotterêts en 1539. Chez-nous en Nouvelle-France, la langue française devint officielle en 1663 avec l’Édit de création… lire la suite

Malgré ce que beaucoup pensent, Les Républicains ce n’est pas les socialopes même si il faut voter Marine et Front National aux prochaines élections

Seules les bourriques gauchisantes mal repenties à la JINO répètent comme des crétins que LR et PS c’est pareil … ce n’est évidemment pas le cas. Bien entendu qu’il faut élire MARINE à tout prix mais il faut aussi démolir MACRON à tout prix.

Et en Australie, sur les chantiers, on parle aborigène? L’Inde compte quelque 860 langues et dialectes, mais a pour langues officielles l’hindi et l’anglais. Et au Brésil, à moins de parler la version brésilienne du portugais, y travailler sur une chantier sera pour le moins difficile! Alors, trêve de conneries, en France, sur les chantiers, on parlera français! C’est déjà assez que notre inculte Ministre sans Education veuille imposer l’apprentissage de l’arabe à l’école primaire! Et pis quoi encore?

Magnifique plaidoyer face à ces aboiements ignobles, merci Sophie Durand !

D’accord avec votre appréciation.Ce plaidoyer fait beaucoup de bien.

Des ouvriers sont venus chez moi refaire les enduits et peinture de la cuisine ,heureusement que ma voisine du dessus parle l’arabe car pour leur demander quoique ce soit il faut un interprète ça peut être créatif d’emplois,heureusement le chef de chantier sait encore parler lire et écrire le Français c’est mieux pour remplir les papiers des travaux.le chantier en face pour remettre en état l’escalier idem mais c’était en roumain et en polonais selon les équipes donc 2 interprètes.impossible d’expliquer quoique que soit .quand on a changé la chaudière pour l’eau le gars m’a dit une fois qu’elle était… lire la suite
wpDiscuz