La France se prépare à une guerre dans le Pacifique

Publié le 28 mai 2017 - par - 8 commentaires - 3 934 vues
Share

La France est un petit pays… de 11 millions de kilomètres carrés, grâce aux 200 mille de Zone Économique Exclusive (ZEE) qui entourent le moindre de ses îlots. C’est, tout simplement, la deuxième ZEE du monde, juste derrière les Etats-Unis. La Polynésie française, à elle seule, comprend plus de 100 îles et atolls perdus dans le Pacifique, soit un territoire vingt fois plus vaste que le Royaume-Uni. Pourtant, à la fin de la guerre froide, Paris songeait à se débarrasser de ces territoires perdus dans le Pacifique. L’Accord de Nouméa ne proposait-il pas, dès 1998, à la Nouvelle-Calédonie un référendum sur son indépendance pour 2018 ? Aujourd’hui, les données ont changé. Paris a de bonnes raisons de garder ses territoires du Pacifique.
La Chine investit massivement dans le Pacifique, offrant des bourses d’études dans les universités chinoises, prêtant de l’argent pour financer les projets d’infrastructure dans toute la région. Les pays bénéficiaires doivent accepter, en retour, l’immigration de ressortissants chinois. Aux îles Tonga, au cours de la dernière décennie, les Chinois ont ainsi pris le contrôle de plus de 80 % des magasins.

La Chine a, bien entendu, investi aussi en Polynésie française, escale technique, pour elle, vers l’Amérique du Sud. La France accorde des visas pour les touristes chinois, met en place des vols directs entre la Chine et Papeete, laisse les Chinois investir dans l’industrie du tourisme locale et ouvre même ses ports aux navires de guerre chinois.
C’est que la France s’est rendu compte que ses possessions du bout du monde étaient, en fait, situées sur la nouvelle ligne de front entre la Chine et l’Amérique. L’Australie est, d’ailleurs, pressée de reprendre des relations diplomatiques avec la France. Ces relations avaient, rappelons-le, été endommagées par l’entêtement de Paris à poursuivre des essais nucléaires dans le Pacifique, dans les années 80. Après la lamentable affaire du Rainbow Warrior, les relations entre les deux pays avaient été enterrées. Rappelons que le navire amiral de l’organisation écologiste Greenpeace, présent dans la région pour protester contre les essais nucléaires français, avait été coulé dans le port d’Auckland, en Nouvelle-Zélande, par les services secrets français, le 10 juillet 1985. Le photographe Fernando Pereira avait, malheureusement, été tué au cours de cette opération peu honorable.

Mais la page est, bel et bien, tournée. L’année dernière, l’Australie a appuyé la candidature de la Nouvelle-Calédonie et de la Polynésie française pour participer au Pacific Island Forum, une des organisations politiques régionales les plus importantes. Canberra achète une douzaine de sous-marins français, pour une facture totale de 50 milliards de dollars australiens, au détriment du concurrent japonais Mitsubishi. Les troubles politiques croissants en Calédonie française ne sont que peu relatés dans la presse australienne, l’Australie ne semblant plus intéressée d’avoir comme voisins des Canaques indépendants. Il n’est plus, de toute façon, question pour Paris d’abandonner ses installations militaires en Nouvelle-Calédonie, quel que soit le résultat du référendum promis pour 2018.

La raison de ce rapprochement entre l’Australie et la France est simple : le géopoliticien de la guerre froide, l’Américain John Foster Dulles, avait compris, dès les années 1950, qu’il fallait construire des lignes de défense en Chine méridionale, à l’est des Philippines et autour d’Hawaï, pour contenir la Chine dans le Pacifique. L’Australie et la France sont, tout simplement, en train de construire une ligne de défense derrière laquelle ils pourront se réfugier, en cas de guerre prochaine entre les Etats-Unis et la Chine dans le Pacifique.

William Kergroach 

http://williamkergroach.blogspot.com/

Share

Quand la France construit une ligne de défense on sait ce que ça donne ! lol

Mais au fait , si les nations n’existent plus, au nom de quoi s’engage-t-on dans cette région? Bizarre non?

Et surtout des petits paradis pour les pieds noirs français à la recherche de la mer, du soleil et à distances des arabes.

Quand on prépare la guerre, il faut y mettre les moyens : avec un budget anémique, le ministère des armées serait bien en peine de faire quoi que ce soit !

Faites moi pas rire! La France est complètement ruiné, et en péril de guerre ethnique! La France est très largement désindustrialisé par le transfert de ses usines au Maghreb et ses technologies bradées en Chine! Les Dom Tom nous coutent un bras en rapport aux richesses produites, et si demain du gaz ou pétrole devaient être découvert, il y aurait de facto une réclamation d’indépendance de leurs part! 15 millions d’afro-maghrébins sur notre territoire loin d’êtres des foudres de guerre comme ouvriers mais remplissant nos geôles et dont les femmes fécondent sous statut social pérenne s’empressent de nous rendre minoritaire… lire la suite

Petite correction sur le nombre de musulmans en France .En 2011 , ils étaient entre 15 et 20 millions . Aujourd´hui , vu la vitesse à laquelle ils se reproduisent , et le nombre croissant d´immigrants légaux et illégaux , ils sont , plus que certainement entre 20 et 25 millions , peut être mëme plus ,
ce qui fait que dans quelques années ils seront plus nombreux que nous !!!

C’est d’un général MacArthur dont la France aurait besoin pour jouer sur cet échiquier, qu’en son temps, il appelait « la guerre des distances » ! Tout d’abord la France en a t-elle les moyens, avec son unique porte-avions en rade ?

Cet article propose une vision intéressante et éclairante sur une portion du monde dont on parle peu, malgré son importance cruciale dans la géo-politique du futur…A nous de ne pas oublier que ces territoires lointains existent, et que la France, par ses possessions dans la région, est un des acteurs qui comptent.

wpDiscuz